Éric Leser

journaliste français

Éric Leser, né le à Lille, est un journaliste français. Ancien dirigeant du service économique du journal Le Monde, il a été directeur général du pure player d’information Slate.fr.

Éric Leser
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

ParcoursModifier

Éric Leser est diplômé de l'Institut pratique du journalisme (promotion 1986), et titulaire d'une maîtrise en histoire contemporaine. Entré à La Tribune de l'Économie en 1986, il passe ensuite par les rédactions du Nouvel Économiste, de Fortune France, de Reuters et de Mieux Vivre. En 1992, il rejoint la rédaction du journal Le Monde comme journaliste économique. Il couvre notamment les déboires du Crédit Lyonnais et en tire un livre, Crazy Lyonnais[1],[2].

En , il est nommé correspondant à New York. Il y couvre, entre autres, le 11-Septembre, la réélection de George W. Bush, les deux guerres d’Afghanistan et d’Irak et l’ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans[3].

En 2007, il revient à Paris pour prendre la tête du service économique du journal. Dans le même temps, après avoir rencontré Jacob Weisberg, qui dirige Slate Group, il veut importer l'idée d’une version française du magazine en ligne Slate, le premier magazine pure player fondé en 1996 aux États-Unis par Microsoft, et racheté en 2004 par le groupe Washington Post. Devant l'impossibilité de créer Slate.fr au sein du groupe Le Monde, en , il quitte le quotidien[4].

Le , Slate.fr est lancé avec cinq associés : Jean-Marie Colombani, Jacques Attali, Éric Leser, Éric Le Boucher et Johan Hufnagel.

En , Slate Afrique voit le jour. C'est le premier magazine en ligne du continent africain en français.

Le , Slate lance Wikipol[5], la première encyclopédie collaborative en ligne des femmes et hommes qui comptent dans le paysage politique français dans la perspective des élections présidentielles de 2012.

Il quitte Slate en 2017 après la prise de contrôle du magazine par Ariane et Benjamin de Rothschild, et il est remplacé à la direction générale par Marc Sillam.

En 2018, il écrit Automobile, France d’en haut contre France d’en bas[6],[7].

Il devient rédacteur en chef de la revue Transitions et Énergies[8],[9].

OpinionModifier

Dans un article de , Éric Leser se dit « juif, mais profondément attaché à la France et à la laïcité[10]. »

BibliographieModifier

  • Éric Leser, Crazy Lyonnais, Calmann-Lévy, 1995.
  • Éric Leser, Automobile, France d'en haut contre France d'en bas, Eyrolles, 2018.

Notes et référencesModifier

  1. « Crazy lyonnais » sur lexpansion.com, 20 février 1995.
  2. Un livre, un jour sur ina.fr, 7 février 1995.
  3. (en) « The Carlyle Empire » sur counterpunch.org.
  4. (en) « Interview: Jacob Weisberg, Chairman, Slate Group: Breaking Out Of The Beltway » sur cbsnews.com, 15 février 2009.
  5. « Slate.fr lance Wikipol, un wikipedia du monde politique » sur challenges.fr, 10 mars 2011.
  6. Pierre-Antoine Delhommais, « Pierre-Antoine Delhommais - Le volant de la colère », sur Le Point, (consulté le )
  7. « L'automobile, c'était mieux avant », sur Les Echos, (consulté le )
  8. Cyrille Ardaud, « Polluants et chers, pourquoi les véhicules SUV séduisent-ils autant ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  9. « Transitions & Energies se lance sur le réseau dès le 30 mai », sur unionpresse.fr, (consulté le )
  10. Français et juif, ma réponse à «Juif ou français, il faut choisir», Slate.fr 27 mars 2012