Épididymite

inflammation de l’épididyme
Épididymite
Description de cette image, également commentée ci-après
Une épididymite (côté gauche) due à une gonorrhée.
Spécialité UrologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CISP-2 Y74Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 604Voir et modifier les données sur Wikidata
DiseasesDB 4342
MedlinePlus 001279
eMedicine 436154, 378309 et 777181Voir et modifier les données sur Wikidata
MeSH D004823
Médicament Ceftriaxone, DL-ofloxacine, ciprofloxacine et levofloxacin hemihydrate (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Epididymo-orchitis-pro

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'épididymite est une inflammation de l'épididyme (située au sommet du testicule). On la distingue de l'orchite, qui est une inflammation du testicule, et des l'orchiépididymite qui est l'inflammation simultanée de l'épididyme et du testicule. Elle est le plus souvent d'origine infectieuse.

SymptômesModifier

La bourse est augmentée de volume, spontanément douloureuse et la peau est inflammatoire, rouge voire luisante. Les douleurs qui se sont installées progressivement, irradient vers l'aine le long du cordon spermatique[1]. La pesanteur du testicule au fond de la bourse exacerbe la douleur alors que sa suspension contre l'abdomen la soulage (signe de Prehn positif)[2],[1]. Il peut y avoir des signes associés d'infection régionale : douleur de la prostate, écoulement purulent signant une urétrite), brûlures à la miction, etc. Elle peut s'accompagner de fièvre. À la palpation du testicule on perçoit une tuméfaction douloureuse au sommet du testicule caractéristique de l'épididyme enflammé.

Causes principalesModifier

Dans la très grande majorité des cas l'épididymite est d'origine infectieuse. Typiquement chez l'homme jeune, l'épididymite est principalement due à Chlamydia trachomatis ou dans le cadre d'une gonorrhée (Neisseria gonorrhoeae), transmis par voie sexuelle. Tandis que chez l'homme plus âgé ce sont des entérobactéries, transmises par voie urinaire rétrograde, qui sont retrouvées. Dans ce dernier cas la contamination est favorisée par l'existence d'un obstacle en aval de la vessie (sténose urétrale, hypertrophie prostatique) ou par des manœuvres endo-urétrales (sondage, urétro-cystoscopie) qui peuvent faciliter la colonisation bactérienne. Plus rarement, il peut s’agir d’un acheminement par voie sanguine du virus des oreillons ou de bactérie comme une Brucella ou Mycobacterium tuberculosis[1],[2].

Diagnostics positif et différentielModifier

L'impression clinique est complétée au minimum par un examen des urines comportant une bandelette urinaire (recherche de leucocyturie) et un examen cytobactériologique des urines avec antibiogramme permettant d'identifier le germe en cause. Des prélèvements urétraux, des sérologies et des hémocultures seront réalisés de façon complémentaires en fonction du tableau complet.

L'atteinte simultanée du testicule (orchite) est systématiquement recherchée. L'atteinte est bilatérale dans 10 % des cas[1]. La torsion du cordon spermatique est le principal diagnostic différentiel recherché car c'est une urgence chirurgicale absolue[2].

TraitementModifier

L'antibiothérapie probabiliste est débutée dès la bactériologie effectuée, puis adaptée en fonction des résultats de l'antibiogramme. L'antibiotique retenu est souvent identique à celui des prostatites et on utilise des quinolones en première intention. La durée doit être suffisamment longue, soit quatorze jours pour une épididymite simple ou trois semaines s'il existe une prostatite associée, voire jusqu'à six semaines s’il y a eu des antécédents identiques[1],[3].

L'usage d'un préservatif jusqu'à la fin du traitement est de règle, ainsi que le dépistage des partenaires. L'antalgie nécessite le port d'un suspensoir ou d'un slip serré, la prescription d'un repos et d'anti-inflammatoires non stéroïdiens[1].

ComplicationsModifier

Non ou mal traitée l'épididymite infectieuse peut diffuser et entraîner des complications locales (orchite, abcès, ischémie du testicule) ou chroniques (infertilité, atrophie du testicule)[2].

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Matthieu Mengin et al., « Douleurs et tuméfactions scrotales : prise en charge initiale diagnostique et thérapeutique par le généraliste », Revue Médicale Suisse, vol. 11,‎ , p. 2270-2273 (lire en ligne).
  2. a b c et d « Symptômes de l'épididymite », sur Le Figaro.fr (consulté le 29 février 2020).
  3. V. Phé et al., Prostatites et épididymites, Elsevier Masson SAS, Paris, .

Articles connexesModifier

Liens externesModifier