Ouvrir le menu principal

Émile Vuigner, ou Marie-Émile Vuigner, était ingénieur civil à la Compagnie des Canaux et ingénieur en chef des travaux et de la voie à la Compagnie des chemins de fer de l'Est. Il est connu pour ses réalisations aux bassins de la Villette et au canal de l'Ourcq. Émile Vuigner est aussi l'un des fondateurs de la Société des ingénieurs civils de France. Il est né à Saint-Valery-sur-Somme dans le département de la Somme le . Il décède dans cette même commune en 1865.

Sommaire

Entrepôts de La VilletteModifier

En 1836, Émile Vuigner fait construire les docks-entrepôts du bassin de la Villette, quai de La Loire pour le stockage de grains. En 1860 il fait construire les docks-entrepôts du pont de Flandre, quai de la Gironde.

Canal de l'OurcqModifier

Entre 1839 et 1841, Émile Vuigner, alors directeur technique de la société concessionnaire du canal de l'Ourcq est à l'origine de nombreux travaux sur ce canal. En effet, la pente du canal atteint par endroits 9 cm par kilomètre, ce qui posait des problèmes pour la navigation. Cette pente avait été retenue auparavant afin d'acheminer de l'eau de qualité à Paris. Il fit donc construire cinq écluses à double sas. Elles dégageaient un passage de 3,20 m de large et permettaient d'écluser simultanément trois flûtes. La hauteur des chutes était de l'ordre de 40 cm. Cette solution était alors la moins onéreuse. De plus, les deux sas permettaient d'en consacrer un à la navette rapide qui reliait Paris à Meaux, et l'autre pour le fret. Aujourd'hui une seule de ces écluses est encore en service, à Varreddes. Les quatre autres ont été remplacées entre 1991 et 1998 par des écluses à un seul sas offrant un passage de 5,20 m. En 1841, afin d'apporter plus d'eau au canal de l'Ourcq, la compagnie décide d'utiliser l'eau venant du Clignon, un des affluents de l'Ourcq. Cependant, un problème se pose: l'affluent se situant sur la rive gauche, il faut franchir l'Ourcq. Émile Vuigner va alors concevoir le pont-canal du Clignon, ouvrage à trois arches permettant la navigation de bateaux jusqu'à 3,20 m de largeur.

Les chemins de fer de l'EstModifier

BibliographieModifier

  • E.Vuigner, Mémoire relatif aux travaux exécutés pour l'établissement de l'embranchement du camp de Châlons: chemin de fer de vingt-cinq kilomètres, construit en soixante-cinq jours, ed. Dunod, 1863.

SourcesModifier

Voir aussiModifier