Élections sénatoriales égyptiennes de 2020

Les élections sénatoriales égyptiennes de 2020 ont lieu les 11 et avec des second tours les 8 et 9 septembre afin d'élire les membres du Sénat égyptien. La diaspora égyptienne vote quant à elle les deux jours précédant chaque tour de scrutin.

Élections sénatoriales égyptiennes de 2020
200 des 300 sièges du Sénat
11 et (1er tour)
9 et 10 août à l'étranger
8 et (2d tour)
6 et 7 septembre à l'étranger
Corps électoral et résultats
Inscrits 62 940 165
Votants au 1er tour 8 959 035
14,23 %
Blancs et nuls au 1er tour 1 381 294
Votants au 2d tour 2 884 757
10,22 %
Blancs et nuls au 2d tour 433 053
PFN – Abdel-Wahab Abdel-Razek
Sièges obtenus 194
Assemblée élue
Diagramme

Le scrutin est marqué par une quasi absence des partis d'opposition réprimés par le gouvernement, et un désintérêt de la population pour un scrutin sans réel enjeux, conduisant à des taux de participation particulièrement bas. La Liste nationale unifiée menée par le Parti du futur de la nation, qui soutient de manière affirmée le président al-Sissi, obtient 173 sièges dès le premier tour sur les 200 à pourvoir — dont la totalité des 100 sièges au scrutin de liste, en l'absence de listes concurrentes —. Au second tour organisé un mois plus tard, la coalition remporte également la plupart des sièges, totalisant 194 sénateurs sur les 200 élus par la population.

Système électoral

modifier

Le Sénat est la chambre haute du parlement bicaméral égyptien. Jusqu'en 2014, ce dernier comportait une chambre haute appelée Conseil consultatif, aboli à la suite de la Révolution égyptienne de 2011. La prise du pouvoir par Abdel Fattah al-Sissi conduit cependant au retour au bicamérisme avec l'adoption par référendum d'une révision de la constitution en [1],[2].

Le Sénat ainsi recréé est composé de trois cents sénateurs renouvelés tous les cinq ans, dont un tiers nommé par le président et les deux tiers restants élus directement par la population. Sur ces deux cents sénateurs élus, cent le sont au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans autant de circonscription électorale et les cent autres au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées et seuil électoral de 5 %. Ces derniers sont répartis dans quatre circonscriptions dont deux de trente-cinq sièges et deux autres de quinze, basées sur les limites des vingt-sept gouvernorats du pays[3],[4],[5]. Les candidats doivent être âgés d'au moins vingt cinq ans, bénéficier de leurs droits civiques, avoir compléter le cycle d'études primaires, et avoir fait leurs service militaire[6].

Le président nomme les 100 sénateurs restants entre l'annonce des résultats officiels des élections et la tenue de la première session de la chambre. Ces nominations sont à la discrétion du chef de l'État, mais sont soumises à plusieurs règles. Les nominés doivent répondre aux mêmes critères que ceux de candidatures des sénateurs élus. S'ils sont membres de partis politiques, la nomination de ces sénateurs ne doit pas aboutir à un changement de majorité. Ils ne peuvent appartenir au même parti politique que celui du président avant son élection, et ne peuvent avoir candidaté sans succès aux élections au scrutin direct. Enfin, un quota de 10 % de sièges réservés aux femmes doit être respecté[7].

Pour la première fois depuis 1959, les militaires sont autorisés à se présenter à des élections[8]. Peu avant le scrutin, un amendement interdit cependant aux anciens officiers à la retraite de se présenter à une élection sans avoir obtenu au préalable l'autorisation du Conseil suprême des forces armées, une modification considérée comme ayant pour but de permettre au président al-Sissi — lui même un ancien général — d’écarter tout futur concurrent du même bord[9],[10].

Campagne

modifier

Un total de 787 candidats et vingt-quatre partis sont en lice. La période de campagne officielle s'étale sur deux semaines du au [11]. Il est interdit aux candidats d'utiliser des slogans religieux ou de faire campagne dans les lieux de cultes.

Le parti du futur de la nation (Mostaqbal Watan) part grand favori du scrutin. Ce soutien affirmé du président al-Sissi est en effet le seul à faire concourir des candidats dans la quasi-totalité des circonscriptions au scrutin majoritaire, et domine la principale coalition en lice, formée de onze partis sous le nom de Liste nationale unifiée[12]. Cette dernière est également la seule formation a se présenter au scrutin de liste, ce qui devrait lui assurer un minimum de 100 sièges, la loi électorale exigeant simplement d'une liste qu'elle franchisse le seuil électoral en recueillant les voix d'au moins 5 % des suffrages[13].

Résultats

modifier

Les résultats du premier tour sont annoncés le [14], et ceux du second tour le [15]

Résultats des sénatoriales égyptiennes de 2020[16],[17],[18],[19],[20]
 
Parti Proportionnelle Circonscriptions Total
Premier tour Second tour
Votes % Sièges Votes % Sièges Votes % Sièges
Parti du futur de la nation 100,00 70 68 20 158
Parti populaire républicain 7 5 1 13
Parti de l'assemblée 5 0 0 5
Néo-Wafd 4 0 0 4
Gardiens de la nation 3 0 0 3
Réforme et développement 3 0 0 3
Parti social démocratique 3 0 0 3
Mouvement national 2 0 0 2
Parti égyptien de la liberté 1 0 0 1
Tagammu 1 0 0 1
Parti de l’Égypte moderne 1 0 0 1
Total Liste nationale unifiée 100 73 21 194
Coalition Ittihad 0 0 0
Coalition longue vie à l’Égypte 0 0 0
Autres partis 0 0 0
Indépendants 1 5 6
Sénateurs nommés 100
Votes valides 7 577 741 84,58 7 577 741 84,58 2 451 704 84,99
Votes blancs et invalides 1 381 294 15,42 1 381 294 15,42 433 053 15,01
Total 8 959 035 100 100 8 959 035 100 74 2 884 757 100 26 300
Abstentions 53 981 130 85,77 53 981 130 85,77 25 333 123 89,78
Inscrits / participation 62 940 165 14,23 62 940 165 14,23 28 817 880 10,22

Analyse et conséquences

modifier

Le scrutin est marqué par une très forte abstention, seuls 14,23 % des inscrits s'étant rendus aux urnes au premier tour. Sur plus de 63 millions d'électeurs potentiels, seuls huit millions auraient ainsi voté, dont un million de votes blancs ou nuls[21]. La population montre ainsi son désintérêt pour le Sénat, chambre haute consultative dépourvue de réels pouvoirs qui est alors perçue comme ayant surtout pour fonction de placer des proches du pouvoir à des positions confortables associées à une immunité judiciaire. Un manque d'enjeu exacerbé par l'absence de réelle compétition entre les listes, le gouvernement ayant muselé l'opposition[22],[23],[24].

Sans surprise, le scrutin est dominé par la Liste nationale unifiée menée par le Parti du futur de la nation. Seule en lice au scrutin de liste, la coalition remporte l'intégralité des 100 sièges à la proportionnelle. Sur les cent sièges à pourvoir au scrutin majoritaire, soixante-quatorze le sont dès le premier tour, les vingt-six autres se retrouvant en ballotage au mois de septembre[25],[26]. Sur les 52 candidats encore en lice pour ces sièges, vingt-quatre appartiennent au Parti du futur de la nation, qui domine également le second tour[27].

Malgré des menaces de poursuites envers les quelque cinquante millions d'abstentionnistes du premier tour, le second connait une nouvelle baisse de la participation, qui s'établit à 10,22 %[17]. Le parti du futur de la nation remporte vingt sièges et le Parti populaire républicain un autre, les cinq sièges restants allant à des indépendants. La Liste nationale unifiée totalise ainsi 194 sénateurs sur les deux cents directement élus[28].

La séance inaugurale a lieu le suivant. Abdel Wahab Abdel Razek, du parti Néo-Wafd est élu à la présidence[29].

Références

modifier
  1. (en) « Egypt's Sisi ratifies laws governing legislative elections, including law on Senate - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  2. (en) « Egypt’s parliament approves law establishing Senate council », sur Egypt Independent, (consulté le ).
  3. (en) « Egypt to hold Senate elections in August », sur EgyptToday (consulté le ).
  4. (en) « Egypt Senate elections to start on Aug. 9 », sur Arab News, (consulté le ).
  5. (en) « Egypt's National Election Committee: 63 million eligible voters in Senate election », sur EgyptToday (consulté le ).
  6. (ar) « لا يقل عن 25 سنة وأنهى التعليم الأساسي.. 6 شروط لمرشح مجلس النواب », sur صدى البلد, ElBaladOfficial,‎ (consulté le ).
  7. (ar) « 5 ضوابط لتعيين رئيس الجمهورية 100 نائب بمجلس الشيوخ », sur صدى البلد, ElBaladOfficial,‎ (consulté le ).
  8. « Egypte: le Parlement autorise les militaires à se présenter aux élections », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  9. (en) Reuters, « Egypt's Sisi approves ban on retired army officers standing for election », sur Egypt Independent, (consulté le ).
  10. (en) « Egypt: New election law prevents anyone from competing against Sisi in future elections », sur The North Africa Journal, (consulté le ).
  11. (en) « Egypt's National Elections Authority issues final list of senate election candidates - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  12. (en) « Egypt's Mostaqbal Watan Party slated to win Senate election: Political analyst - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  13. (en) Gamal Essam El-Din, « Senate slam dunk - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  14. (en) « Egypt to announce Senate election results on Wednesday - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  15. (en) « Egypt may hold "early" parliament elections in October: source - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  16. (ar) « الموقع الرسمي للهيئة الوطنية للانتخابات », sur www.elections.eg (consulté le ).
  17. a et b (en) « Egypt's NEA announces results of Senate election run-offs - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  18. (ar) « الجريدة الرسمية تنشر النتائج الكاملة لانتخابات مجلس الشيوخ .. مستند », sur صدى البلد, ElBaladOfficial,‎ (consulté le ).
  19. (ar) « أسماء الفائزين في"إعادة انتخابات الشيوخ" », sur صدى البلد, ElBaladOfficial,‎ (consulté le ).
  20. (ar) « ننشر أسماء القائمة الوطنية من أجل مصر بعد فوزها بانتخابات الشيوخ », sur صدى البلد, ElBaladOfficial,‎ (consulté le ).
  21. (en) « 2020 Senate elections' participation rate reaches 14.23%, with 8M voters: Egypt’s NEA », sur EgyptToday (consulté le ).
  22. AFP, « En Égypte, des élections sans enjeu pour renouveler la chambre haute du Parlement », sur Le Journal de Montréal, (consulté le ).
  23. « L'Égypte organise un vote discret pour la restauration de la Chambre haute du Parlement -Laminute.info », sur Laminute.info, laminuteinfo, (consulté le ).
  24. (en) Sam Hamad, « Egypt's senate election farce helps Sisi recruit more regime loyalists », sur alaraby, (consulté le ).
  25. (en) Middle East Monitor, « Egyptian electoral list dominated by Sisi supporters wins Senate election », sur Middle East Monitor, middleeastmonitor, (consulté le ).
  26. (en) Mahmoud Mourad, « Supporters of Egypt's Sisi set to dominate newly created Senate », sur U.K., ReutersUK, (consulté le ).
  27. (en) « Vote-counting in Egypt's Senate run-offs kicks off Wednesday night - Politics - Egypt », sur Ahram Online (consulté le ).
  28. (ar) « Second tour », sur el-yom.com (consulté le ).
  29. « Egypt's Senate members take oath », sur www.xinhuanet.com (consulté le ).