Ouvrir le menu principal

Élections régionales de 2017 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Élections régionales de 2017 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie
199 députés du Landtag
Majorité absolue : 100 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 13 164 832
Votants 8 579 042
65,17 %  +5,6
Votes exprimés 8 487 373
Votes nuls 91 669
2017-05-04-WDR Wahlarena-1420.jpg CDU – Armin Laschet
Voix 2 797 084
32,96 %
 +6,7
Députés élus 72  +5
2017-05-04-WDR Wahlarena-1410.jpg SPD – Hannelore Kraft
Voix 2 649 513
31,22 %
 −7,9
Députés élus 69  −30
2017-05-04-WDR Wahlarena-1425.jpg FDP – Christian Lindner
Voix 1 065 509
12,55 %
 +4
Députés élus 28  +6
2017-05-04-WDR Wahlarena-1428.jpg AfD – Marcus Pretzell
Voix 624 552
7,36 %
Députés élus 16  +16
2017-05-04-WDR Wahlarena-1414.jpg Grünen – Sylvia Löhrmann
Voix 539 059
6,35 %
 −5
Députés élus 14  −15
Parti vainqueur par circonscription
Carte
17e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortante Élu
Hannelore Kraft
SPD
Armin Laschet
CDU

Les élections régionales de 2017 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (en allemand : Landtagswahl in Nordrhein-Westfalen 2017) se tiennent le , afin d'élire les 181 députés de la dix-septième législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. Du fait des résultats et en application de la loi électorale, 199 députés ont été élus.

ContexteModifier

Le , après avoir échoué à faire adopter son projet de loi de finances, le premier cabinet de coalition rouge-verte minoritaire de la ministre-présidente sociale-démocrate Hannelore Kraft prononce la dissolution du Landtag et convoque des élections anticipées.

Au cours des élections régionales du suivant, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) retrouve son statut de première force politique du Land avec 39,1 % des suffrages exprimés et 99 députés sur 237. L'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), premier parti au Landtag depuis , atteint un score historiquement bas de 26,3 % des voix et 67 sièges, ce qui conduit son chef de file Norbert Röttgen à être limogé neuf jours plus tard du gouvernement fédéral. Toujours troisième, l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) reste stable à 11,3 % et 29 élus, devançant le Parti libéral-démocrate (FDP), qui se rétablit à 8,9 % des suffrages, soit 22 parlementaires. Enfin, le Parti des pirates (Piraten) accède au parlement du Land en totalisant 7,8 % des voix et 20 députés. À l'inverse, Die Linke en est exclue avec 2,5 %, après deux ans de soutien sans participation au cabinet Kraft I.

Il faut à peine cinq semaines au SPD et aux Grünen pour assurer le maintien de leur alliance, forte d'une majorité absolue de 128 sièges. Le , Kraft est investie pour un second mandat et forme alors son second gouvernement.

Le rapport de force évolue avec les élections fédérales du . La CDU s'impose en effet avec 39,8 % des suffrages exprimés, devant le SPD qui en rassemble 31,9 %. Les Grünen sont toujours troisième et réunissent 8 % des voix. Ils sont suivis de Die Linke, qui atteint 6,1 %, et du FDP, qui totalise 5,2 %. Avec 2,2 % des bulletins de vote, les Piraten sont largement distancés[1].

Au cours des élections européennes du , les chrétiens-démocrates confirment de justesse leur position de première force politique de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avec 35,6 % des suffrages, contre 33,8 % aux sociaux-démocrates. Les écologistes restent troisièmes en accumulant 10,1 % des voix, tandis que le parti populiste Alternative pour l'Allemagne (AfD) s'installe en quatrième place avec 5,4 %. Comptant 4,7 % des bulletins, la gauche radicale le suit et devance ainsi les libéraux, qui se contentent de 4 %. Les pirates continuent eux leur chute avec seulement 1,4 % des exprimés en leur faveur[2].

Mode de scrutinModifier

Le Landtag est constitué de 181 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 128 circonscriptions ; la seconde voix lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 181 sièges est répartie en fonction des secondes voix récoltées, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité. Ainsi, lors des élections de , le SPD a remporté 99 circonscriptions mais son score lui accordait seulement 71 députés, donc la taille du Landtag a augmenté de 56 sièges au total.

CampagneModifier

Principaux partisModifier

Parti Chef de file Résultat en 2012
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Hannelore Kraft
(Ministre-présidente)
39,1 % des voix
99 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Armin Laschet 26,3 % des voix
67 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Sylvia Löhrmann
(Ministre de l'Éducation)
11,3 % des voix
29 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Christian Lindner
(Président fédéral du FDP)
8,6 % des voix
22 députés
Parti des pirates d'Allemagne
Piratenpartei Deutschland
Patrick Breyer 7,8 % des voix
20 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Marcus Pretzell Absent

SondagesModifier

Sondages en vue des élections locales de 2017 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie[3]
Institut Date SPD CDU Verts FDP Pirates Linke AfD
FgW 11/05/2017 31 % 32 % 6,5 % 13,5 % 6 % 6,5 %
YouGov 11/05/2017 30 % 31 % 7 % 9 % 2 % 8 % 9 %
INSA 09/05/2017 33 % 32 % 7 % 13 % 5 % 7 %
FgW 05/05/2017 32 % 32 % 7,5 % 12 % 6 % 6 %
Infratest dimap 04/05/2017 32 % 31 % 7 % 13 % 5 % 8 %
Forsa 28/04/2017 35 % 29 % 6 % 12 % 6 % 7 %
YouGov 25/04/2017 36 % 27 % 6 % 7 % 8 % 11 %
Infratest dimap 23/04/2017 34 % 34 % 6 % 10 % 5 % 8 %
INSA 11/04/2017 37 % 28 % 6 % 10 % 5 % 10 %
Infratest dimap 19/03/2017 37 % 30 % 6 % 9 % 5 % 9 %
Forsa 15/03/2017 40 % 26 % 6 % 11 % 5 % 7 %
INSA 05/03/2016 38 % 27 % 7 % 10 % 4 % 11 %
Infratest dimap 19/02/2017 37 % 30 % 7 % 7 % 6 % 10 %
FgW 10/02/2017 36 % 32 % 7 % 8 % 5 % 9 %
YouGov 27/01/2017 31 % 31 % 11 % 7 % 1 % 5 % 12 %
Emnid 21/01/2017 32 % 30 % 10 % 8 % 7 % 10 %
Infratest dimap 30/10/2016 32 % 32 % 12 % 7 % 5 % 9 %

RésultatsModifier

Voix et siègesModifier

Résultats des élections régionales de 2017 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Partis Circonscriptions Sièges proportionnels Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 3 242 495 38,35 72   43 2 797 084 32,96 0 72   5
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 2 919 613 34,53 56   43 2 649 513 31,22 13 69   30
Parti libéral-démocrate (FDP) 723 866 8,56 0   1 065 209 12,55 28 28   6
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 460 450 5,45 0 Nv. 624 552 7,36 16 16   16
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 509 648 6,03 0   539 059 6,35 14 14   15
Die Linke (Linke) 414 496 4,9 0   415 808 4,9 0 0  
Parti des pirates (Piraten) 118 896 1,41 0   80 939 0,95 0 0   20
Autres 66 467 0,79 0   315 209 3,71 0 0  
Votes valides 8 455 931 98,56 8 487 373 98,93
Votes blancs et nuls 123 111 1,44 91 669 1,07
Total 8 579 042 100 128 - 8 579 042 100 71 199   38
Abstentions 4 585 790 34,83 4 585 790 34,83
Nombre d'inscrits / participation 13 164 832 65,17 13 164 832 65,17

ConséquencesModifier

Le soir du scrutin, Hannelore Kraft du SPD indique qu'elle démissionne de la présidence régionale et de sa vice-présidence fédérale du parti[4]. À peine cinq jours après, Armin Laschet de la CDU et Christian Lindner du FDP s'accordent pour entreprendre des négociations pour constituer une alliance majoritaire. Leurs discussions s'axent principalement sur l'éducation, l'économie et la sécurité publique[5].

Les deux partis annoncent le être parvenus à un accord de coalition qui permet l'investiture de Laschet et de son gouvernement par le Landtag un mois plus tard. C'est la première fois depuis qu'une coalition noire-jaune est formée à un niveau gouvernemental[6].

Analyse sociologiqueModifier

Sondage Forschungsgruppe Wahlen[7]
Catégorie CDU SPD FDP AfD Grünen Linke Piraten
Sexe
Hommes 32 % 30 % 14 % 9 % 5 % 5 % 1 %
Femmes 33 % 33 % 12 % 6 % 8 % 5 % 1 %
Âge
Moins de 30 ans 23 % 27 % 13 % 8 % 10 % 7 % 3 %
30−44 ans 31 % 26 % 14 % 9 % 8 % 6 % 2 %
45−59 ans 31 % 32 % 12 % 9 % 8 % 5 % 1 %
Plus de 60 ans 40 % 36 % 13 % 4 % 3 % 3 % 0 %
Statut
Ouvrier 27 % 38 % 8 % 11 % 5 % 6 % 1 %
Employé 32 % 33 % 13 % 6 % 7 % 5 % 1 %
Fonctionnaire 42 % 27 % 12 % 6 % 7 % 4 % 1 %
Indépendant 39 % 17 % 22 % 7 % 8 % 5 % 1 %
Études
Hauptschulabschluss 35 % 41 % 11 % 7 % 2 % 3 % 0 %
Mittlere Reife 34 % 32 % 11 % 10 % 4 % 5 % 1 %
Abitur (baccalauréat) 31 % 26 % 14 % 8 % 8 % 6 % 1 %
Hochschulabschluss (supérieur) 32 % 27 % 17 % 4 % 10 % 6 % 1 %

Notes et référencesModifier

  1. (de) Directeur fédéral des élections, « Bundestagswahl 2013 – Ergebnisse Nordrhein-Westfalen », sur bundeswahlleiter.de (consulté le 17 mars 2017).
  2. (de) Directeur fédéral des élections, « Europawahl 2014 – Ergebnisse Nordrhein-Westfalen », sur bundeswahlleiter.de (consulté le 17 mars 2017).
  3. (de) « Sonntagsfrage – Nordrhein-Westfalen (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 16 mars 2017).
  4. (de) « Kraft kündigt Rücktritt als SPD-Landesvorsitzende an », sur t-online.de, (consulté le 26 mai 2017).
  5. (de) « CDU und FDP wollen über Koalition verhandeln », sur mdr.de, (consulté le 25 mai 2017).
  6. (de) « Schwarz-gelber Koalitionsvertrag steht », sur www.faz.net, (consulté le 13 juin 2017).
  7. (de) « Soziale Gruppen », sur www.forschungsgruppe.de (consulté le 3 septembre 2019).

Voir aussiModifier