Élections législatives macédoniennes de 2006

Élections législatives macédoniennes de 2006
120 sièges de l'Assemblée
(Majorité absolue  : 61 sièges)
Type d’élection Élection législative
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 741 449
Votants 974 891
55,98 % en diminution 17,5

Votes exprimés 937 018
Votes blancs et nuls 37 833
C5E 0815 (16864370215).jpg VMRO-DPMNE – Nikola Gruevski
Voix 304 572
32,50 %
en augmentation 4,1
Députés élus 45 en augmentation 11
Defense.gov News Photo 051026-D-2987S-031.jpg SDSM – Vlado Bučkovski
Voix 218 463
23,31 %
en diminution 18,3
Députés élus 32 en diminution 28
Ali Ahmeti.jpg BDI/DUI – Ali Ahmeti
Voix 113 522
12,12 %
en diminution 2,3
Députés élus 17 en diminution 1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
DPA/PDSh – Arben Xhaferi (mk)
Voix 70 261
7,50 %
en augmentation 2,2
Députés élus 11 en augmentation 4
5e législature de l'Assemblée
Diagramme
Président du gouvernement
Sortant Élu
Vlado Bučkovski
SDSM
Nikola Gruevski
VMRO-DPMNE

Les élections législatives macédoniennes de 2006 (en macédonien : Македонски парламентарни избори (2006)) se tiennent le mercredi , afin d'élire les 120 députés de la 5e législature de l'Assemblée de Macédoine, pour un mandat de quatre ans.

Alors que l'abstention connaît une forte hausse, l'alliance de centre droit réunie autour du parti conservateur et libéral de Nikola Gruevski l'emporte sur la coalition de centre gauche formée autour des sociaux-démocrates du président du gouvernement Vlado Bučkovski. Sept semaines plus tard, Gruevski accède au pouvoir après formé une coalition avec le Parti démocratique des Albanais (DPA/PSDh).

ContexteModifier

Lors des élections législatives (mk) du , la coalition Ensemble pour la Macédoine (ZMZ) — formée autour de l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) — de l'ancien président du gouvernement Branko Crvenkovski s'impose avec 41,6 % des suffrages exprimés et 60 députés sur 120 à l'Assemblée. Elle devance l'alliance constituée autour de l'Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure - Parti démocratique pour l'unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) du président du gouvernement Ljubčo Georgievski, qui obtient 25 % des voix et 33 sièges. Après s'être allié avec l'Union démocratique pour l'intégration (BDI/DUI), Branko Crvenkovski retrouve le pouvoir[1].

Le , le président de la République Boris Trajkovski meurt dans l'écrasement de son avion alors qu'il survole le territoire de la Bosnie-Herzégovine[2]. Une élection présidentielle (mk) anticipée est convoquée le suivant. Au premier tour, Crvenkovski vire en tête avec 42,5 %, et s'impose au second tour deux semaines plus tard avec 62,6 % des voix[3]. Il est remplacé à la tête du gouvernement par le ministre de l'Intérieur Hari Kostov, qui n'appartient pas à la SDSM, le [4].

Kostov annonce sa démission dès le en raison de divergences au sein de la coalition au pouvoir[5]. Neuf jours plus tard, le ministre de la Défense Vlado Bučkovski est élu président de la SDSM face à Radmila Šekerinska, un accord entre eux prévoyant que le nouveau dirigeant du parti serait proposé à Crvenkovski pour succéder à Kostov. Bučkovski est désigné à la présidence du gouvernement juste après son élection[6].

Système électoralModifier

L'Assemblée de Macédoine (Собрание на Македонија) est un parlement monocaméral composé de 120 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal dans six circonscriptions de 20 sièges chacune. Les électeurs votent pour le candidat d'une liste, et ce vote correspond à une voix pour cette dernière tout en jouant le rôle d'un vote préférentiel pour le candidat en question, lui donnant la possibilité de faire monter sa place dans la liste. Après décompte des suffrages, les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt au quotient simple, sans seuil électoral au niveau national. Toutes les listes reçoivent par conséquent un siège en proportion de leurs part des suffrages exprimées, avec un siège par tranche de 1/20ème de suffrage dans chacune des six circonscription, soit un seuil de facto de 5 % des suffrages exprimés. Les sièges sont répartis, au sein des listes, entre les candidats ayant reçu le plus grand nombre de suffrages en leur nom, par ordre décroissant.

CampagneModifier

La campagne est marquée par des incidents violents, cinq après la fin de l'insurrection albanaise. Dans les sondages, l'Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure - Parti démocratique pour l'unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) de Nikola Gruevski devance l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) du président du gouvernement Vlado Bučkovski, pénalisé par de mauvais résultats économiques. Selon le président de la République Branko Crvenkovski, ces élections doivent permettre de « prouver la capacité et le potentiel démocratique [du pays] à reprendre le processus d'intégration dans l'Union européenne et l'OTAN »[7].

Principales forces politiquesModifier

Parti/coalition Idéologie Chef de file Score en 2002
Ensemble pour la Macédoine (SDSM)
За Македонија заедно (ZMZ)
Centre gauche
Social-démocratie, libéralisme, europhilie
Vlado Bučkovski
(Président du gouvernement)
41,6 % des voix
60 députés
Pour une Macédoine meilleure (VMRO-DPMNE)
За подобра Македонија (ZPM)
Centre droit
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne, europhilie
Nikola Gruevski 28,4 % des voix
34 députés
Union démocratique pour l'intégration
Демократска унија за интеграција (DUI)
Bashkimi Demokratik për Integrim (BDI)
Centre droit
Conservatisme social, europhilie, intérêts des Albanais
Ali Ahmeti 14,4 % des voix
18 députés

RésultatsModifier

Résultats des élections législatives macédoniennes de 2006[8]
 
Parti/coalition Voix % +/- Sièges +/-
Pour une Macédoine meilleure (ZPM) 304 572 32,50   4,06 45   11
VMRO-DPMNE 38   11
Parti socialiste de Macédoine (SPM) 3   2
Parti libéral de Macédoine (LPM) 2   3
Union démocratique (DZ) 1   1
Union des Roms de Macédoine (SRM) 1   1
Autres 0   1
Ensemble pour la Macédoine (ZMZ) 218 463 23,31   18,28 32   28
Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) 23   26
Parti libéral-démocrate (LDP) 5   6
Parti démocratique des Serbes de Macédoine (DPS) 1   1
Parti démocratique des Turcs de Macédoine (DPT/TDP) 2   2
Parti uni des Roms de Macédoine (OPR) 1   1
Union démocratique pour l'intégration (BDI/DUI) 113 522 12,12   2,31 17   1
Union démocratique pour l'intégration (BDI/DUI) 14   2
Parti pour la prospérité démocratique (PPD/PDP) 3   1
Ligue démocratique des Bosniaques (DLB) 0  
Parti démocratique des Albanais (PDSh/DPA) 70 261 7,50   2,15 11   4
VMRO - Parti populaire (VMRO-NP) 57 077 6,09 Nv 6   6
Nouveau Parti social-démocrate (NSDP) 56 624 6,04 Nv 7   7
Renouveau démocratique de Macédoine (DOM) 17 364 1,85 Nv 1   1
Parti de la reconstruction économique (PEO) 12 718 1,36 Nv 0  
Parti populaire agricole de Macédoine (ZNP) 12 628 1,35 Nv 0  
Parti pour l'avenir européen (PEI) 11 255 1,20 Nv 1   1
Alternative démocratique (DA) 11 067 1,18   0,28 0  
Autres[a] 47 538 5,07 0   1[b]
Suffrages exprimés 937 018 96,12
Blancs et nuls 37 873 3,88
Total 974 891 100 120  
Abstention 766 558 44,02
Inscrits / participation 1 741 449 55,98

AnalyseModifier

Après une journée de vote qui s'est déroulée dans le calme, le centre droit l'emporte sur le centre gauche au pouvoir. Handicapé par les mauvaises performances économiques du pays, le président du gouvernement Vlado Bučkovski reconnaît sa défaite, saluant la capacité des Macédoniens à voter lors « d'élections honnêtes et libres »[9].

ConséquencesModifier

Après avoir formé une alliance avec le Parti démocratique des Albanais (DPA/PDSh) et le Nouveau Parti social-démocrate (NSDP), le président de l'Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure - Parti démocratique pour l'unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) Nikola Gruevski forme son premier gouvernement le .

NotesModifier

  1. Partis ayant reçu moins de 1 % des voix.
  2. Issu du NDP.

RéférencesModifier

  1. CHRISTOPHE CHATELOT, « Macédoine : la victoire de l'opposition pourrait imposer un gouvernement de coalition avec les Albanais de l'UCKM », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Le président macédonien meurt dans un accident d'avion », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Les Macédoniens ont élu leur premier ministre président », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Le nouveau gouvernement macédonien entre en fonction », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Démission du premier ministre macédonien sur fond de blocage politique », EURACTIV,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « MACEDONIAN DEFENSE MINISTER NAMED NEW PREMIER », Radio Free Europe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « La Macédoine choisit ses députés sous le regard de l'Union européenne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) European Election Database, « Macedonia: Parliamentary Election 2006 », sur eed.nsd.uib.no (consulté le ).
  9. Christophe Châtelot, « L'opposition de droite remporte les élections législatives en Macédoine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier