Élections législatives de 2020 dans le Territoire de la capitale australienne

Élections législatives de 2020 dans le Territoire de la capitale australienne
25 sièges de l'Assemblée législative
AndrewBarrportrait (cropped).jpg Parti travailliste – Andrew Barr
37,8 %
 −0,6
Sièges obtenus 10  −2
Alistair Coe at 2CC in 2016.jpg Parti libéral – Alistair Coe
36,4 %
 −0,3
Sièges obtenus 9  −2
Shane Rattenbury 2020 (cropped).jpg Verts australiens – Shane Rattenbury
13,5 %
 +3,2
Sièges obtenus 6  +4
Ministre en chef
Sortant
Andrew Barr
Travailliste

Les élections législatives de 2020 dans le Territoire de la capitale australienne ont lieu le afin de renouveler les 25 sièges de l'Assemblée législative de la capitale australienne, Canberra.

ContexteModifier

Les élections de 2016 voient la victoire du Parti travailliste pour la quatrième fois consécutive. Menés par le Ministre en chef Andrew Barr, ils arrivent en tête des premières préférences et obtiennent douze sièges contre onze au principal parti d’opposition, le Parti libéral. Avec 2 sièges, les Verts australiens se retrouvent à nouveau en position de faiseur de rois, ce qui conduit au renouvellement du gouvernement de coalition avec les travaillistes, et la reconduction d'Andrew Barr[1].

Système électoralModifier

 
Le bâtiment de l'assemblée à Canberra.
 
Exemple de bulletin de vote utilisé en 2016.
 
Carte des 5 circonscriptions.

L'Assemblée législative du Territoire de la capitale australienne est un parlement unicaméral doté de 25 sièges pourvus pour quatre ans à l'aide d'une forme modifiée du scrutin à vote unique transférable dans cinq circonscription électorales de cinq sièges chacune. Le scrutin utilisé, à finalité proportionnelle, est connu sous le nom de système électoral de Hare-Clark : les électeurs classent au moins autant de candidats que de sièges à pourvoir par ordre de préférences en écrivant un chiffre à côté de chacun de leur noms sur le bulletin de vote, 1 étant la première préférence[2].

Dans la pratique, les candidats sont regroupés sur le bulletin de vote par partis, et les électeurs peuvent librement sélectionner l'ensemble des candidats de ce parti ou en sélectionner des candidats de partis différents. Les partis ne sont pas contraint de présenter autant de candidats que de sièges à pourvoir, et dans le cas de petit partis tendent à en présenter un nombre restreint afin de limiter la dispersion des voix de leurs électeurs. Contrairement à d'autres partie de l'Australie, les partis ne peuvent distribuer de pamphlet à l'entrée des bureaux de vote indiquant aux électeurs comment répartir leurs voix pour les soutenir[2].

Au moment du dépouillement, il est d'abord établi le quota de voix à atteindre par un candidat pour obtenir un siège en divisant le nombre de votes valides plus un par le nombre de sièges à pourvoir plus un. Les premières préférences sont d'abord comptées et le ou les candidats ayant directement atteint le quota sont élus. Pour chaque candidat élu, les secondes préférences de ses électeurs sont ajoutés au total des voix des candidats restants, permettant éventuellement à ces derniers d'atteindre à leur tour le quota. Si aucun candidat n'a atteint le quota dans la circonscription, ou qu'il reste des sièges à pourvoir après attribution des secondes préférences, le candidat arrivé dernier est éliminé et ses secondes préférences attribuées aux candidats restants. Si un candidat est élu ou éliminé et que ses secondes préférences vont à un candidat lui-même déjà élu ou éliminé, les préférences suivantes sont utilisées, et ainsi de suite. L'opération est renouvelée jusqu'à ce qu'autant de candidats que de sièges à pourvoir atteignent le quota. La particularité du système de Hare-Clark tient au calcul de la répartition de ces secondes préférences : celles ci sont ainsi divisées par le nombre total de première préférences du candidat déjà élu. La répartition des sièges est ainsi faites à l'avantage des électeurs qui ne sont pas déjà représentés à l'assemblée par leur premier choix, ce qui, dans un système de parti, tend à une répartition proportionnelle. Cette proportionnalité du système électoral n'est cependant possible qu'en présence d'un grand nombre de préférences secondaires, au risque en leur absence de se transformer en scrutin majoritaire plurinominal. L'électeur doit par conséquent obligatoirement indiquer un minimum de cinq préférences. À défaut, son bulletin est considéré comme nul[2],[3].

Les élections de 2020 sont les deuxièmes depuis le passage en 2014 à cinq circonscription de cinq sièges, contre deux de cinq et une de sept auparavant[4].

Forces en présencesModifier

Les formations ci-dessous sont les branches territoriales des partis nationaux.

Principales forces politiques
Parti
Nom en anglais
Idéologie Chef de file Résultat en 2016
Parti travailliste
Labor Party
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
Andrew Barr 38,4 % des voix
12 députés
Parti libéral
Liberal Party
Centre droit
Libéral-conservatisme, libéralisme économique
Alistair Coe 36,7 % des voix
11 députés
Verts australiens
Australian Greens
Gauche
Écologie politique
Shane Rattenbury 10,3 % des voix
2 députés

SondagesModifier

Date Institut ALP LNP Verts Autres
SurveyMonkey 36,1 % 38,6 % 9,6 % 15,7 %
uComms 37,6 % 38,2 % 14,6 % 9,3 %

RésultatsModifier

Résultats des législatives de 2020
dans le Territoire de la capitale australienne[5]
 
Partis Premières
préférences
% +/- Sièges +/-
Parti travailliste 101 693 37,81   0,6 10   2
Parti libéral 90 955 33,82   2,9 9   2
Verts australiens 36 307 13,50   3,2 6   4
Progressistes 5 439 2,02 Nv 0  
Belco 5 263 1,96 Nv 0  
Parti pour la justice animale 4 746 1,76   0,3 0  
Autres partis 17 884 6,65 - 0 -
Indépendants 6 619 2,46   2,0 0  
Votes valides 268 906 98,77
Votes blancs et invalides 3 342 1,23
Total 272 248 100 - 25  
Abstentions 33 752 11,04
Inscrits / participation 306 000 88,96

Notes et référencesModifier

  1. (en) Kirsten Lawson, « Labor and Greens hammer out deal to see Shane Rattenbury in Cabinet, Joy Burch as Speaker », sur The Canberra Times, CanberraTimes, (consulté le 22 juillet 2020).
  2. a b et c (en) Geoffery William George Goode, « The Hare-Clark system of proportional representation », sur prsa.org.au (consulté le 22 juillet 2020).
  3. (en) « Tasmania 2006 Election. Antony Green Election Guide », sur www.abc.net.au (consulté le 22 juillet 2020).
  4. (en) « Background on Proposed Changes to the Northern Territory Electoral Act », sur www.abc.net.au, (consulté le 17 juillet 2020).
  5. (pt) « Dashboard - Electoral Results Display System », sur www.electionresults.act.gov.au (consulté le 17 octobre 2020).