Ouvrir le menu principal

Élection présidentielle comorienne de 2019

Élection présidentielle comorienne de 2019
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 309 137
Votants 166 447
53,84 %
Votes blancs et nuls 7 439
Azali Assoumani 2018.jpg Azali Assoumani – CRC
Voix 96 635
60,77 %
 +45,8
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Mahamoudou Ahamada – Indépendant
Voix 23 233
14,62 %
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Mouigni Baraka Said Soilihi – Indépendant
Voix 8 851
5,57 %
 −9,5
Président de la République
Sortant Élu
Azali Assoumani
CRC
Azali Assoumani
CRC
Président intérimaire
Moustadroine Aboudou

L'élection présidentielle comorienne de 2019 se déroule de manière anticipée le afin d'élire le président de l'Union des Comores.

Le président sortant Azali Assoumani est réélu avec 60,7 % des suffrages au premier tour[1]

Sommaire

ContexteModifier

Ayant fait modifier la constitution par référendum en juillet 2018 afin de supprimer la limite de mandat consécutif, le président Azali Assoumani est candidat à sa réélection et fait avancer comme attendu la date du scrutin, initialement prévu pour 2021.

Vingt candidatures sont déposées auprès de la Cour suprême de Moroni avant la date limite, deux mois avant le scrutin. Figurent notamment les principaux adversaires d'Assoumani au précédent scrutin[2].

Le 9 février, la Cour suprême publie la liste définitive des treize candidats retenus. Les candidatures des principaux opposants sont rejetées sous des prétextes divers, dont notamment celle de l'ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi, chef de l'Union de l'opposition, et celle d'Ibrahim Mohamed Soulé, candidat du parti Juwa. La totalité des candidats soutenus par des partis sont exclus, hormis Assoumani, qui n'affronte ainsi que des candidats indépendants considérés comme mineurs[3]. L'indépendance de la cour, dont l’intégralité des membres sont nommés par le président Assoumani, est remise en cause, Soilihi qualifiant l'élection ainsi restreinte de « hold-up électoral dont le résultat est connu d'avance ». Des dizaines de responsables et de partisans de l'opposition sont par ailleurs arrêtés au cours des mois précédant le scrutin[4].

Au cours de la campagne qui s'ensuit, le candidat indépendant Mahamoudou Ahamada reçoit le soutien du parti Juwa, dont les sympathisants parviennent à remplir le stade Ajao de Moroni, fréquemment utilisé pour mesurer la force de mobilisation d'un candidat dans l'archipel[5]

RésultatsModifier

Résultats de la présidentielle comorienne de 2019[6],[7]
Candidats Partis Voix %
Azali Assoumani CRC 96 635 60,77
Mahamoudou Ahamada Ind. 23 233 14,62
Mouigni Baraka Said Soilihi Ind. 8 851 5,57
Mohamed Soilihi Ind. 6 110 3,84
Ali Mhadji Ind. 1 484 2,93
Hamidou Karihila Ind. 3 880 2,44
Fahmi Saïd Ibrahim Ind. 3 782 2,38
Hassani Hamadi Ind. 3 576 2,25
Saïd Larifou Ind. 3 368 2,12
Achmet Saïd Ind. 3 326 2,09
Ibrahim Ali Mzimba Ind. 2 185 1,38
Saïd Djaffar Elmacely Ind. 1 474 0,93
Salim Saandi Ind. 1 104 0,69
Suffrages exprimés 159 008 95,53
Votes blancs et invalides 7 439 4,47
Total 166 447 100
Abstentions 142 690 46,16
Inscrits / participation 309 137 53,84

SuitesModifier

Tout au long de la campagne, et dès l'annonce des résultats, les opposants dénoncent une fraude généralisée[8].

Le 28 mars, Soilihi Mohamed est arrêté après avoir pris la tête d'un Conseil national de transition[9]. Les violences font trois morts[10]. Le 8 avril, celui-ci est libéré après avoir renoncé à diriger le CNT et avoir reconnu la réélection du président sortant[11].

Notes et référencesModifier