Élection présidentielle béninoise de 2021

Élection présidentielle béninoise de 2021
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 802 303
Votants 2 431 414
50,63 %  −15,4
Votes blancs et nuls 134 099
Patrice Talon at the 52nd African Development Bank Annual Meeting in Gandhinagar (Cropped).jpg Patrice Talon – Indépendant[a]
Colistier : Mariam Chabi Talata Zime
Voix 1 982 534
86,30 %
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Alassane Soumanou – FCBE
Colistier : Paul Hounkpe
Voix 261 096
11,36 %
Président
Sortant Élu
Patrice Talon
Indépendant
Patrice Talon
Indépendant

L’élection présidentielle béninoise de 2021 a lieu le afin d'élire le président de la République du Bénin pour un mandat de cinq ans.

Le président sortant Patrice Talon est candidat à un second mandat. Le scrutin se tient dans un contexte d'accusations d'autoritarisme et de restrictions de la démocratie portée envers le président sortant, une révision constitutionnelle adoptée deux ans auparavant ayant durci drastiquement les conditions de candidatures. Seuls se présentent ainsi face à Patrice Talon deux candidats, Alassane Soumanou et Corentin Kohoué, dont les candidatures ont de fait nécessité l'approbation des membres des partis présidentiels, ce qui amène une partie de l'opposition à les qualifier de candidats fantoches.

Patrice Talon l'emporte sans surprise dès le premier tour du scrutin.

ContexteModifier

Dérive autoritaire de Patrice TalonModifier

 
Patrice Talon

L'élection présidentielle de voit la victoire de Patrice Talon, qui remporte avec près de deux tiers des voix le second tour l'opposant à Lionel Zinsou, dauphin du président sortant Thomas Boni Yayi qui ne peut se présenter pour un troisième mandat. Le Bénin est alors réputé comme un exemple de démocratie sur le continent africain[1].

Talon entreprend très vite des réformes économiquement libérales. Celles-ci provoquent des manifestations et des mouvements de grèves dans le pays et, en retour, un durcissement de leur réglementation de la part du gouvernement, allant jusqu'à une interdiction dans certains secteurs ; ce qui lui vaut des accusations d'autoritarisme. En parallèle, le président s'engage à lutter contre la corruption qui affecte le pays[2]. Lors de la campagne, le candidat Talon avait ainsi fait de la bonne gouvernance un de ses principaux thèmes, de même qu'un passage au mandat unique, qu'il qualifie alors « d'exigence morale ». Sa réforme visant à l'instituer est cependant bloquée par le Parlement, qui refuse de créer le précédent d'un président en exercice faisant modifier les termes constitutionnels de son mandat[3].

Crise politiqueModifier

Surtout, la réputation de Patrice Talon est sérieusement écornée par les législatives d'avril 2019, qui voient le gouvernement restreindre si drastiquement les possibilités de candidature des partis politiques que seules deux formations pro-gouvernementales parviennent à concourir. L'Union progressiste et le Bloc républicain, tous deux créés pour l'occasion, remportent ainsi la totalité des sièges en l'absence de concurrents, excluant totalement du Parlement les partis d'opposition, qui en retour avaient appelé au boycott du scrutin[4]. Le taux de participation historiquement bas s'établit à 23 %, contre 65 % aux précédentes législatives.

 
Voitures brûlées à Cotonou le .

L'opposition accuse le président Talon d'autoritarisme, et appelle sans succès à un arrêt du processus électoral afin d'organiser un nouveau scrutin inclusif[1],[5],[6]. Amnesty International dénonce dans un communiqué, deux jours avant le scrutin, « la vague d'arrestations arbitraires de militants politiques et de journalistes et la répression des manifestations pacifiques »[7]. Le scrutin est par ailleurs marqué par une coupure totale d'internet le jour du vote, une action vivement critiquée par l'opposition, la société civile et les observateurs internationaux[8], de même que le niveau de répression jugé « alarmant » de la part du gouvernement[9],[10],[11]. Les jours suivant le scrutin sont émaillés d'affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre. Ces dernières répliquent à l'aide de gaz lacrymogènes et de tirs à balles réelles sur les manifestants brulant des pneus et jetant des projectiles divers[12],[13]. Amnesty International dénonce la mort de quatre manifestants ainsi que des arrestations arbitraires, y compris celle d’un blessé grave. Un fort déploiement sécuritaire dans les rues de Cotonou et à Porto-Novo prend forme à l’approche de la cérémonie d’investiture de la nouvelle assemblée : des paras commandos, des chars anti-émeutes, des CRS et des unités de la Garde Républicaine sont ainsi chargés de maintenir l’ordre[14],[15].

Un dialogue politique s'engage pendant six mois et aboutit cependant à un accord sur les règles de participation aux élections. Lors des municipales de 2020, qui impliquent 546 arrondissements, seuls cinq partis parviennent à voir leur participation validée en amont par la Cena, contre 34 listes de partis ou d'alliance de partis aux municipales précédentes en 2015[16],[17]. Seul le parti des Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE) parvient avec les deux formations gouvernementales à franchir le seuil électoral de 10 % des voix au niveau national nécessaire pour obtenir des sièges[18]. La démocratie béninoise, « faussée » par une dérive autoritaire et restrictive, n'est plus jugée pluraliste, tandis que l'ensemble des principaux rivaux politiques de Patrice Talon se retrouvent exclus du jeu politique par des condamnations judiciaires ou des exils forcés[19],[20].

Préparation du scrutinModifier

À l'approche de la présidentielle de 2021, le président sortant est théoriquement le seul à pouvoir présenter sa candidature. Une révision constitutionnelle opérée en 2019 impose en effet aux candidats d'obtenir les parrainages d'au moins 10 % du total des députés et des maires, soit 16 parrainages. Or, les 160 élus concernés — 83 députés et 77 maires — appartiennent quasiment tous à la majorité présidentielle[20],[21]. Seuls 6 maires membres des Forces Cauris pour un Bénin émergent font ainsi partie de l'opposition, qui n'a aucun député[22]. Talon promet en retour de « tout faire » pour organiser un scrutin inclusif ouvert à ses opposants en leur obtenant leur parrainages. Cette main tendue est cependant jugée par l'opposition comme une manière pour le pouvoir de choisir ses propres adversaires, à son avantage[23],[24]. Le FCBE ainsi que le parti Les démocrates (LD), créé entretemps par des soutiens de l'ancien président Boni Yayi, redoutent ainsi la désignation en leur sein de « Cheval de Troie » par le président sortant[25].

Système électoralModifier

Le président de la République du Bénin est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Est élu le candidat qui réunit la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. À défaut, les deux candidats arrivés en tête s'affrontent lors d'un second tour organisé dans les quinze jours, et celui réunissant le plus de suffrages est déclaré élu[26]. Suite à une révision constitutionnelle adoptée en novembre 2019, chaque candidat à la présidence se présente pour la première fois avec un colistier candidat à la vice-présidence pour un mandat de cinq ans, chargé de mener à son terme le mandat du président en cas d'empêchement[27].

Les candidats doivent être de nationalité béninoise de naissance, ou l'avoir obtenue depuis au moins dix ans, résider au Bénin, être de « bonne moralité et d'une grande probité », jouir de leurs droits civils et politiques, être âgés de plus de 40 ans et de moins de 70 ans au moment de leur candidature, et jouir d'un état complet de bien-être physique et mental dûment constaté par un collège de trois médecins assermentés par la cour constitutionnelle[26]. À ces conditions s'ajoute, depuis 2019, l'obligation de réunir les parrainages d'au moins 10 % du total des 83 députés et 77 maires du pays, soit 16 parrainages[21].

CampagneModifier

CandidatsModifier

Les candidats ont jusqu'au 4 février pour recueillir les parrainages nécessaires et déposer leur candidature[28]. 20 candidatures sont déposées.

Le professeur de droit Frédéric Joël Aïvo est le premier à déclarer sa candidature[29]. Le président sortant Patrice Talon annonce la sienne le , une décision attendue malgré sa promesse en 2016 d'effectuer un mandat unique[30]. Il dévoile sept jours plus tard le nom de son colistier, en la personne de la vice-présidente de l'assemblée Mariam Chabi Talata Zime. Ce choix provoque la surprise, celle-ci ne faisant pas partie des deux noms avancés par les partis de la mouvance présidentielle, le président ayant finalement choisi de ne pas les départager[30],[31].

Ganiou Soglo, fils de l'ancien président Nicéphore Soglo, décide de déposer une candidature invalide, sans colistier et sans parrainage, en signe de protestation contre la réforme constitutionnelle[32].

L'ancien ministre Alassane Soumanou est porté candidat par les Forces Cauris pour un Bénin émergent.

Le parti Les Démocrates, fondé par l'ancien président Boni Yayi, dépose la candidature sans parrainages de l'ancienne ministre Reckya Madougou , avec le député Patrick Djivo pour colistier[33]. Corentin Kohoué se présente cependant avec pour colistière Irénée Agossa, ce qui amène le parti à accuser ces candidatures dissidentes d'avoir été organisées par le gouvernement de Patrice Talon[34].

La Commission électorale nationale autonome (CENA) rend publique, le , la liste provisoire des candidatures valides. Seuls le président sortant, Alassane Soumanou, et Corentin Kohoué voient leur candidature validée par la Commission, une situation confirmée par la publication de la liste définitive validée par la Cour constitutionnelle dix jours plus tard[35],[36],[37]. Huit des candidatures restantes d'opposants ont vu leur dossier de candidature rejeté[38].

Patrice Talon se retrouve ainsi seul face à deux candidats presque inconnus du grand public, qualifiés de candidats « fantoches » par une grande partie de l'opposition[39].

Arrestations d'opposantsModifier

La campagne est marquée par l'éclatement d'un scandale politique avec l'arrestation de plusieurs opposants, dont Bio Dramane Tidjani et Mammadou Tidjani, deux membres du parti Les Démocrates arrêtés en février. Accusés d'avoir reçu des fonds pour recruter des individus dans le but de saboter le processus électoral, ils sont jugés le 1er mars coupables d'association de malfaiteurs et de terrorisme[40] L'ex-ministre de la Justice Reckya Madougou est arrêtée pour les mêmes motifs le 3 mars 2021 à Porto Novo à la sortie d'un meeting organisé conjointement avec plusieurs autres personnalités dont les candidatures ont été rejetés, au cours duquel ils rassurent leur militants quant à leur participation à l'élection présidentielle[41].

Accusée d'avoir participé à un projet d'assassinats politiques visant à perturber l'élection présidentielle, Reckya Madougou est poursuivie elle aussi pour association de malfaiteurs et terrorisme[42]. Le procureur spécial auprès la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), Elonm Mario Mètonou, rend publique l'affaire dès le lendemain de l'arrestation au cours d'une conférence de presse. Selon les éléments de l’enquête, Reckya Madougou serait entrée en contact le 24 février via son collaborateur Georges Sacca avec le colonel Ibrahim Mama Touré pour lui proposer l'organisation d'un double assassinat à commettre sur deux autorités politiques — une femme et un homme dont l'identité est gardée secrète — en échange d'une somme d'argent, et ce afin de conduire à la suspension du processus électoral[43]. Les deux individus sont arrêtés le 26 février lors de l'échange des fonds, en provenance selon l'enquête des comptes de Reckya Madougou[44]. Dans les jours qui suivent, un quatrième complice, un policier accusé d'avoir transmis des informations sensibles destinées à faciliter les projets assassinats est arrêté à son tour[45].

Très vite, le gouvernement est accusé par l'opposition d'avoir instrumentalisé la lutte contre le terrorisme pour procéder à une arrestation qu'elle juge politique et dénuée de fondement. Selon elle, l'arrestation aurait été décidée par l'appareil judiciaire sous la pression des autorités, et aurait pour origine la fortune personnelle de Reckya Madougou, susceptible de financer une opposition conséquente au gouvernement. Des meetings sont organisés courant mars pour réclamer sa libération[46],[47]. Les accusations de l'opposition sont appuyées par la fuite du pays d'Essowé Batamoussi le 5 mars. Ce juge à la Cour de la répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) affirme ne plus pouvoir exercer de manière indépendante, dénonçant les pressions du pouvoir pour constituer des dossiers à charge sur les opposants politique, y compris dans l'affaire Reckya Madougou, dont « le dossier ne comportait aucun élément qui pouvait nous décider à la mettre en détention ». Le gouvernement dénonce quant à lui une manipulation politique visant à déstabiliser l'État[39],[48].

RésultatsModifier

Résultats provisoires
de la présidentielle béninoise de 2021[49],[50]
Candidats
et colistiers
Partis Premier tour
Voix %
Patrice Talon
Mariam Chabi Talata
Indépendant[a] 1 982 534 86,30
Alassane Soumanou
Paul Hounkpe
FCBE 261 096 11,36
Corentin Kohoué
Irénée Agossa
LD[b] 53 685 2,34
Votes valides 2 297 315 94,48
Votes blancs et nuls 134 099 5,52
Total 2 431 414 100
Abstention 2 370 889 49,37
Inscrits / participation 4 802 303 50,63

ConséquencesModifier

Les résultats provisoires de la Commission électorale nationale autonome (CENA) sont rendu publics le , suivis de ceux de la Cour constitutionnelle le , en attente des recours éventuels[28]. Patrice Talon l'emporte sans surprise dès le premier tour de scrutin[51],[52],[53]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Soutenu par l'Union progressiste et le Bloc républicain
  2. Candidature dissidente

RéférencesModifier

  1. a et b « Bénin : une abstention massive aux législatives pour protester contre le gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2019)
  2. L'opposition béninoise appelle à l'unité aux législatives
  3. Grand Format Bénin – Patrice Talon a-t-il oublié sa promesse sur le mandat unique ?
  4. Au Bénin, l’opposition privée d’élections législatives
  5. Le Point Afrique, « Bénin : sale temps pour Cotonou », sur Le Point, (consulté le 1er mai 2019)
  6. « Législatives au Bénin : l’opposition lance un ultimatum à Patrice Talon au lendemain du scrutin », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 1er mai 2019)
  7. « Bénin : en l'absence de l'opposition, abstention massive aux législatives », sur France 24, (consulté le 1er mai 2019)
  8. « Bénin. Couper Internet le jour du scrutin est une attaque directe contre la liberté d’expression », sur www.amnesty.org (consulté le 1er mai 2019)
  9. « Les résultats des législatives espérés jeudi », sur VOA (consulté le 1er mai 2019)
  10. « Législatives: le Bénin toujours dans l'attente des résultats », sur TV5 Monde, (consulté le 1er mai 2019)
  11. « Législatives au Bénin: la Commission électorale confirme la faible participation - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 1er mai 2019)
  12. « Retour au calme au Bénin après les violences post-électorales », sur France 24, (consulté le 17 mai 2019)
  13. « Bénin : heurts autour du domicile de Boni Yayi », sur TV5MONDE, (consulté le 17 mai 2019)
  14. « Bénin: installation de la nouvelle législature sous haute sécurité - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 17 mai 2019)
  15. « Bénin: le ministre de l'Intérieur reconnaît l'usage d'armes par la police - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 17 mai 2019)
  16. « [Édito] Les municipales au Bénin, un test démocratique – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 20 avril 2020).
  17. « Elections communales et municipales de mai 2020: L’ordre de passage des partis sur les médias validé - La Nation Bénin », sur La Nation Bénin, (consulté le 20 avril 2020).
  18. Dg24h, « Les résultats des élections municipales du 17 mai 2020 - 24 Heures au Bénin », sur www.24haubenin.info (consulté le 24 mai 2020).
  19. « Au Bénin, quatre ans après l’élection de Patrice Talon, la dérive autoritaire », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 30 décembre 2020).
  20. a et b « Au Bénin, une démocratie qui chancelle et inquiète, à cinq mois de la présidentielle », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 30 décembre 2020).
  21. a et b « Présidentielle 2021 au Bénin: "Il n'y a aucun risque d'exclusion", Alain Orounla », sur Bénin Web TV, beninwebtv, (consulté le 30 décembre 2020).
  22. « Parrainage au Bénin : vers une élection présidentielle exclusive ? », sur Afrik.com, Afrikcom, (consulté le 7 janvier 2021).
  23. « Présidentielle au Bénin: la main tendue de Patrice Talon à l'opposition », sur RFI, RFI, (consulté le 30 décembre 2020).
  24. KOACI, « Bénin : La Présidentielle fixée au 11 Avril 2021, Patrice Talon promet de faire participer l'opposition », sur KOACI (consulté le 30 décembre 2020).
  25. TEKH-SOLUTIONS, « Banouto », sur Banouto (consulté le 30 décembre 2020).
  26. a et b Jean-Pierre Maury, « Bénin, Constitution du 11 décembre 1990, MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 30 décembre 2020).
  27. « Le Bénin se dote d'un vice-président », sur DW.COM (consulté le 9 janvier 2021).
  28. a et b « Présidentielle 2021 au Bénin : la CENA dévoile le calendrier électoral », sur Afrik.com, Afrikcom, (consulté le 7 janvier 2021).
  29. « Présidentielle au Bénin : Joël Aïvo ira « jusqu’au bout » ».
  30. a et b « Présidentielle 2021/ Flou à propos du colistier du chef de l’État: Le Vice-président, un choix apparemment difficile pour Talon et sa mouvance », sur Matin Libre (consulté le 21 janvier 2021).
  31. « Présidentielle au Bénin: Talon choisit la vice-présidente de l'Assemblée comme colistière », sur RFI, RFI, (consulté le 24 janvier 2021).
  32. « Bénin : Ganiou Soglo blessé par balles dans une embuscade – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 8 février 2021).
  33. « Bénin: le parti Les Démocrates, de Boni Yayi, choisit son ticket pour la présidentielle », sur RFI, RFI, (consulté le 18 février 2021).
  34. TEKH-SOLUTIONS, « Banouto », sur Banouto (consulté le 18 février 2021).
  35. « Liste provisoire », sur www.cena.bj (consulté le 18 février 2021).
  36. « Présidentielle au Bénin : Patrice Talon, Alassane Soumanou, Corentin Kohoué… La surprenante affiche de campagne – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 18 février 2021).
  37. « liste définitive », sur www.cena.bj (consulté le 12 mars 2021).
  38. « Election présidentielle au Bénin : huit opposants définitivement écartés », sur lemonde.fr,
  39. a et b « Présidentielle au Bénin : Patrice Talon prend goût au pouvoir et la démocratie s'en ressent », sur Franceinfo, (consulté le 9 avril 2021).
  40. Marianne Lecompte, « Bénin : démocratie en péril », sur usherbrooke.ca,
  41. « Bénin: l'opposante Reckya Madougou, candidate des Démocrates, arrêtée », sur RFI, (consulté le 18 mars 2021)
  42. « Reckya Madougou accusée de « terrorisme » : ce que la justice béninoise reproche à l’opposante – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 18 mars 2021)
  43. « Interpellation de Rechya Madougou : Les éclairages du procureur de la Criet », sur La Nation Bénin, (consulté le 25 mars 2021)
  44. « Affaire Reckya Madougou : ce que dit le procureur spécial près la CRIET, Mario Mètonou », sur Afrik.com, (consulté le 25 mars 2021)
  45. « Criet/Affaire de terrorisme: Reckya Madougou, un policier et deux autres prévenus en prison », sur La Nation Bénin, (consulté le 6 avril 2021).
  46. « Bénin: l’opposition continue de dénoncer la détention de Reckya Madougou », sur RFI, RFI, (consulté le 6 avril 2021).
  47. « Opposante en détention au Bénin: un magistrat dénonce des pressions politiques », sur RFI, RFI, (consulté le 6 avril 2021).
  48. « Bénin : un juge d'un tribunal spécial fuit le pays dénonçant des "pressions" », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 9 avril 2021).
  49. (cs) « CENA », sur www.cena.bj (consulté le 30 décembre 2020).
  50. « Proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 11 avril 2021 », sur courconstitutionnelle.bj (consulté le 16 avril 2021).
  51. « Au Bénin, Patrice Talon réélu à la tête d'un pays plus divisé que jamais », sur TV5MONDE, (consulté le 13 avril 2021).
  52. « Bénin : Patrice Talon réélu dès le premier tour, selon la commission électorale – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 13 avril 2021).
  53. « Bénin: la Cour constitutionnelle confirme les résultats provisoires de la présidentielle », sur RFI, (consulté le 16 avril 2021).