Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Élection pontificale de 1159

Double élection pontificale de 1159
Armoiries pontificales de Alexandre III & Victor IV(Antipape).
Dates et lieu
Début du conclave
Fin du conclave
Lieu du vote Antique basilique vaticane
Pape élu
Nom du cardinal élu Rolando Bandinelli &
Ottaviano Crescenzi Ottaviani
Nom de pape Alexandre III &
Victor IV(Antipape)
Listes des papes : chronologique · alphabétique

L'élection pontificale de 1159 se déroule du au , juste après la mort du pape Adrien IV. Elle aboutit à une double élection. Le cardinal Rolando Bandinelli est élu par une majorité de cardinaux en tant que pape Alexandre III mais une minorité refuse de le reconnaître et désigne son propre candidat, Ottaviano de Monticelli, qui prend le nom de Victor IV, créant un schisme qui durera jusqu'en 1178.

Sommaire

ContexteModifier

Le schisme est le résultat des tensions croissantes à l'intérieur du Sacré Collège concernant la politique étrangère du Saint-Siège. Les États pontificaux au cours du XIIe siècle sont une sorte de tampon entre les deux puissances européennes - le Saint-Empire romain germanique et le royaume de Sicile. Dans la période qui suit le concordat de Worms en 1122, la papauté est alliée avec l'Empire plutôt qu'avec la Sicile, mais pendant le pontificat d'Adrien IV (1154-1159) cette alliance est rompue du fait que l'empereur Frédéric Barberousse ne respecte pas les termes du traité de Constance (1153) qui l'oblige à aider la papauté pour rétablir son autorité à Rome, alors gouvernée par la commune, mais aussi quelques autres territoires qui font partie du patrimoine de saint Pierre, tombé sous le contrôle du roi de Sicile[1]. Dans ces circonstances, Adrien IV décide de rompre l'alliance avec l'empereur et de faire la paix avec Guillaume Ier de Sicile en signant le traité de Bénévent (1156). Lors des années suivantes, se produisent des tensions croissantes entre la papauté et l'empereur Frédéric Barberousse. Celui-ci parvient à renforcer son influence sur l’Église d'Allemagne[2]. Le changement de direction de la politique étrangère du pape entraîne la division du Sacré Collège en partisans et adversaires de la nouvelle politique, qui ne trouvent pas de compromis après la mort d'Adrien IV.

L'élection de 1159 a également d'importantes conséquences juridiques. Jusqu'alors, l'élection du nouveau pape nécessite l'unanimité parmi les électeurs, ce qui conduit au schisme lorsque l'existence de factions dans le Sacré Collège rend l'unanimité impossible[3]. Pour éviter tout schisme à l'avenir, le troisième concile du Latran, en 1179, promulgue le décret Licet de Evitanda Discordia, qui dispose que le pape est élu à la majorité des deux tiers des cardinaux participant à l'élection[4].

Cardinaux-électeursModifier

RésultatModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  • (en) Ian Stuart Robinson : The Papacy 1073–1198. Continuity and Innovation - Cambridge University Press - Cambridge Medieval Textbooks - 1990 :
  1. Robinson, p. 464-465
  2. Robinson, pp. 388–391 et 464–471
  3. Robinson, p. 57
  4. Robinson, p. 84