Église Saint-Pourçain de Naves

église située dans l'Allier, en France
Église Saint-Pourçain
Naves.Eglise.jpg
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
église paroissiale
Diocèse
Paroisse
Paroisse Saint-Léger-Sainte-Procule-Gannat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Construction
début XIIIe siècle
Religion
Propriétaire
commune
Patrimonialité
non protégée
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Allier
voir sur la carte de l’Allier
Red pog.svg

L'église Saint-Pourçain est une église catholique située à Naves (Allier), en France.

LocalisationModifier

L'église est située dans le département français de l'Allier, sur la commune de Naves. Elle se trouve à l'extrémité nord du bourg et domine la plaine de Bellenaves et de Chantelle, ainsi que le col de Naves, situé un peu plus à l'est. Le cimetière est derrière l'église ; au fond du cimetière a été placée une table d'orientation.

HistoriqueModifier

L'église a été construite au début du XIIIe siècle à l'initiative des archevêques de Bourges, qui étaient seigneurs du lieu, où ils possédaient un château. Elle a remplacé une et plus probablement deux églises plus anciennes. La première mention de l'église de Naves figure dans une charte de Pépin le Bref, donnée à Clermont-Ferrand en 763, par laquelle le roi la met, ainsi que les terres qui en dépendent, sous l'autorité de l'abbaye de Mozac, près de Riom[1]. En 1115, le pape Pascal II rattache l'église de Naves à l'abbaye Saint-Léger d'Ébreuil. Le clocher date du XIXe siècle.

DescriptionModifier

L'église comporte une nef unique de quatre travées. Le chœur est voûté d'ogives. La porte de la façade est surmontée d'un arc à six voussures reposant sur trois colonnettes de chaque côté. Devant cette porte se trouvait autrefois un porche en bois dont on peut trouver la trace sur le mur de façade.

Notes et référencesModifier

  1. L'abbaye de Mozac a bénéficié de nombreuses libéralités de la part de Pépin, qui est venu plusieurs fois en Auvergne. La charte restitue à l'abbaye des terres qui lui avaient été données par son fondateur, le comte Calminius et son épouse Namadia, et qui lui avaient été enlevées dans les troubles qui ont suivi ; de ce fait, la charte témoigne de l'existence de l'église de Naves dès le milieu du VIIe siècle. Hippolyte Gomot, Histoire de l'abbaye royale de Mozat, Paris, Aubry, 1872, donne le texte de cette charte dans sa note 3, pp. 244-246 : in vicaria Cantellensi ecclesiam vocabulo Navas cum mansis et cunctis sibi adjacentibus terris, c'est-à-dire « dans la vicairie de Chantelle, l'église appelée Naves avec les fermes et toutes les terres adjacentes ».

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Anne Courtillé, Auvergne et Bourbonnais gothique, Nonette, éd. Créer, 1991, p. 311.