École normale d'éducation physique

L'école normale d'éducation physique, (aussi connue sous l'acronyme ENEP ou ENSEP à partir de 1944) est une ancienne école supérieure d'éducation physique française. Fondée en 1933 et disparue en 1975, elle était chargée de former les enseignants d'éducation physique de l'enseignement secondaire ainsi que les futurs cadres de la discipline.

Elle a fusionné avec l'Institut national des sports (INS) lors de la création de l'Institut National du Sport et de l'Éducation Physique (INSEP) en 1975. Cet établissement changera d'acronyme en 2009 pour devenir l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance.

La discipline a bénéficié d'une nouvelle reconnaissance au travers de l'ouverture d'un département EPS au sein de l'École normale supérieure de Cachan en 2002.

HistoireModifier

Issue de la transformation de l'institut régional d'éducation physique (IREP) de Paris par décret (), l'ENEP reste deux ans rue Lacretelle (locaux de la faculté de sport (STAPS)), avant d'être à nouveau séparée de l'IREP de Paris (deux entités distinctes)[1].

Après une année de transition (1935) où elle était partagée entre les locaux du ministère de la santé (rue de Tilsitt) pour les cours théoriques et le stade Roland-Garros pour les cours pratiques, l'ENEP s'installe de manière provisoire au 40 boulevard Jourdan en attendant la fin des travaux de l'avenue du Tremblay (dans le Bois de Vincennes) qui doit accueillir l'INS et l'ENEP.

Sous le régime de Vichy, la dénomination change et l'école devient l'école normale d'éducation physique et sportive (ENEPS).

À la libération, l'ENEPS devient l'ENSEP, école normale supérieure d'éducation physique, et perd sa mixité : les filles vont à Châtenay-Malabry alors que les garçons restent au boulevard Jourdan pour une année, avant de rejoindre la redoute de Gravelle pour son dortoir et la redoute de la Faisanderie pour ses installations sportives (sur le site de l'avenue du Tremblay, seule la partie pour l'INS était terminé).

À partir de la promotion 1946-47, la durée des études passe de deux à trois ans.

En 1956, l'aile devant abriter l'ENSEP garçon enfin terminée les accueille, tandis que les filles restent à Châtenay-Malabry. S'ensuit une période de cohabitation entre l'INS et l'ENSEP garçon, qui forme un ensemble souvent appelé de manière non officielle les établissements de Joinville.

Le 5 juin 1969, un décret signé par le sous-secrétaire d'état chargé de la jeunesse et des sports Joseph Comiti annonce la fin du recrutement de l'ENSEP. La dernière promotion entrant dans les écoles en 1970 (promotion 1970-73) est considérablement réduite (35 hommes au lieu de 70 ; 35 femmes au lieu de 70). Cette dernière promotion regroupait Femmes et Hommes, 11 avenue du Tremblay, Paris 11°, site de l'INS.

DirectionModifier

Entité Nom Direction
ENEP Paul Chailley-Bert 1933 - 1935
ENEP Ernest Loisel 1935 - 1941
ENEPS Henri Marty 1941 - 1943
Entité Nom Direction
ENSEP jeunes hommes Michel Poirion 1945 - 1950
ENSEP jeunes hommes Jacques Flouret 1951 - 1954
ENSEP jeunes hommes Raymond Boisset 1954 - 1956
ENSEP jeunes hommes Maurice Lorrain 1956 - 1959
ENSEP jeunes hommes Raymond Greatereau 1959 - 1966
ENSEP jeunes hommes Robert Joyeux 1966 - 1970
Entité Nom Direction
ENSEP jeunes filles Charlotte Michel 1945 - 1946
ENSEP jeunes filles Yvonne Surrel née Gasnot 1946 - 1967
ENSEP jeunes filles Jacqueline Roger 1967 - 1970
Entité Nom Direction
ENSEP jeunes hommes et filles Robert Joyeux 1970 - 1973

Notes et référencesModifier

  1. Jean Zorro, Images de 150 ans d'EPS, édition AEEPS, 2002.