Ángel de la Independencia

El Ángel de la Independencia (« L'Ange de l'Indépendance ») est une colonne sise sur un rond-point du centre de Mexico à l'extrémité du Paseo de la Reforma. La colonne mesure 36 mètres, et la statue à son sommet, qui pèse 7 tonnes pour 6,7 mètres de hauteur, est faite bronze couvert de feuilles d'or. L'ensemble mesure 45 mètres, en comptant la base.

Colonne de l'Indépendance
Columna de la Independencia
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Destination initiale
Commémoration du 100e anniversaire de l'Indépendance du Mexique
Style
Architecte
Antonio Rivas Mercado (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Hauteur
45 m
Propriétaire
Patrimonialité
Artistical monument (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Mexique
voir sur la carte du Mexique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Mexico
voir sur la carte de Mexico
Red pog.svg
L'ange de l'indépendance.

El Ángel a été construit en 1910 pour célébrer le centenaire de l'indépendance du Mexique. En 1925, l'édifice est transformé en mausolée ; sa base renferme les restes des héros de l'indépendance du Mexique :

La colonne et la statue à son sommet est inspirée par la colonne de Juillet (place de la Bastille à Paris) et la colonne de la victoire (Grande étoile à Berlin).

L'Angel de la Independencia a été endommagé par le séisme de 2017 dans l'État de Puebla[4]. Le , les travaux de rénovation démarrent, par l'installation d'un échafaudage qui permet aux experts de mener des analyses scientifiques de l'intérieur et de l'extérieur de l'ouvrage, afin de pouvoir planifier intégralement la restauration de la structure du bâtiment[4].

L'Angel est fermé pour une période indéterminée depuis le , après avoir été vandalisé la veille par des anarcha-féministes durant des manifestations (un mouvement qui réclamait l'ouverture d'enquête sur des viols présumés commis par des policiers municipaux de Mexico sur des femmes et des jeunes filles).

NotesModifier

  1. José Mariano Jiménez
  2. Mariano Matamoros
  3. Francisco Javier Mina
  4. a et b (es) « El Angel, a punto de restauración », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 12 septembre 2019)