Ouvrir le menu principal
Wolfgang Wickler
Description de cette image, également commentée ci-après
Wolfgang Wickler en 2009
Naissance Munich (Allemagne)
Nationalité Allemand
Domaines Éthologie, Sociobiologie
Institutions Institut Max Planck,
Université de Munich
Renommé pour mimétisme

Wolfgang Wickler est un zoologiste et éthologue allemand. Il a été reçu en 1974 comme membre scientifique de la société Max Planck et nommé l'année suivante directeur du département d'éthologie de l'Institut Max Planck de physiologie comportementale à Seewiesen près de Starnberg. Après sa retraite (1999), il a maintenu une collaboration étroite avec cet institut et assuré sa transition vers sa nouvelle vocation devenant par la suite l'Institut Max Planck pour l'ornithologie.

Parcours professionnelModifier

Wolfgang Wickler, est né le , à Berlin. Après des études secondaires, il a étudié la biologie, puis reçut une bourse pour aller étudier à l'Institut Max Planck de physiologie comportementale sous la supervivion de Konrad Lorenz et Erich von Holst. Après avoir obtenu son doctorat en réalisant sa thèse sur le comportement des poissons, il a été assistant scientifique à Seewiesen à partir de 1960 et devint professeur à l'Université de Munich en 1969. Il fut également nommé professeur à la faculté des sciences naturelles de cette université en 1976. En 1970, il donna des conférences à la faculté de théologie catholique de cette même université sur les fondements biologiques des conceptions morales de l'homme.

L'une des spécialités de Wickler fut la reconstruction de la phylogénie des communautés animales ainsi que l'analyse de la communication chez les animaux. Il a étudié, entre autres, les «dialectes» d'oiseaux. En 1968, il publia un livre sur le mimétisme qui fut le seul livre sur le sujet en langue allemande jusqu'en 2002. Les autres domaines de recherche de son département à l'Institut Max Planck pour la physiologie comportementale concernaient les études sur le comportement social des araignées et des sauterelles, l'acquisition de la nourriture, la reproduction et l'accouplement des crevettes, ainsi que des publications plutôt philosophiques sur une tentative d'"explication biologique" en relation avec des questions éthiques.

Son livre, écrit en collaboration avec Ute Seibt en 1981, Das PrinzipEigennutz (Le principe de l'auto-intérêt), reçut une grande attention de la part du grand public de même que le livre, Männlich - Weiblich Ein Naturgesetz und seine Folgen (Homme - Femme, une loi naturelle et ses conséquences), également écrit avec Ute Seibt, en 1983. Le point focal de ces deux livres porte sur l'évolution des comportements. La question centrale a été formulée ainsi: "comment le comportement des êtres vivants s'est-il élaboré, si la théorie de l'évolution est correcte?"[1] Bien que leurs livres ne nient pas les influences culturelles sur le comportement humain, elles sont considérées comme marginales, tout au plus.

En novembre 1997, le conseil de la société Max Planck a décidé de fermer l'Institut Max Planck de physiologie comportementale, avec le départ à la retraite du professeur Wolfgang Wickler le . Sa recherche ornithologique a été poursuivie à l'Institut Max Planck d'ornithologie.

Avec l'ancienne éthologue, Hanna-Maria Zippelius, Wolfgang Wickler est l'un des critiques les plus agressifs de la théorie de l'instinct de son mentor, Konrad Lorenz[2].

RéférencesModifier

  1. „Das Prinzip Eigennutz“, Vorwort
  2. Wolfgang Wickler: Von der Ethologie zur Soziobiologie. In: Jost Herbig, Rainer Hohlfeld (Hrsg.): Die zweite Schöpfung. München 1990, S. 176