Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Windsor.
Windsor
Description de l'image Windsor_fontsample.svg.
Présentation
Type titrage avec serif (empattement)
Créée vers 1905
Auteur(s) Inconnu
Entreprise Stephenson Blake

Le Windsor est une police de caractère de style titrage avec serif (empattement), créé aux alentours de 1900 et éditée par la fonderie Stephenson Blake[1]. Woody Allen l'utilise dans sa version Light Condensed pour ses titres, en noir au blanc.

Sommaire

HistoireModifier

Son contexte de créationModifier

À l'orée du XXe siècle, la publicité se développe en raison de l'augmentation du nombre de produits manufacturés[2]. Il faut donc trouver des caractères qui attirent l'œil et c'est ainsi que se développent des caractères de titrage gras à empattements parmi lesquels on trouve Belwe, Cheltenham et Windsor[2].

Les incertitudes sur son origineModifier

Windsor est attribuée à Eleisha Pechey (1831-1902) mais Paul McNeil récuse cette attribution et considère que l'auteur de cette police est un ou des anonymes de fonderie Stephenson Blake[2]. Notons qu'Eleisha Pechey était déjà mort depuis 3 ans au moment de sa création. Quant à sa date de création, il n'y a pas de réelle certitude si ce n'est qu'elle aurait été créée aux alentours de 1900. Paul McNeil estime qu'elle aurait été réalisée entre 1905 et 1910[2].

Déclin et renouveauModifier

Après un court succès, Windsor devient démodée jusqu'aux années 60 où les polices de type victorien et édouardien connaissent un regain d'intérêt au Royaume-Uni[2].

CaractéristiquesModifier

Le styleModifier

Windsor combine deux influences stylistiques. La première est le style édouardien qui s'inspire de réédition de caractères du XIXe siècle comme Bookman[2],[3]. La seconde est l'Art nouveau qui a court à l'époque et cela se remarque aux courbes naturelles des caractères notamment le S serpentin avec ses empattements inclinés ou encore la queue du Q qui est inspirée de motifs floraux[1],[3].

La formeModifier

Le M majuscule, le W sont largement ébrasés, P et R ont de très grands empattements supérieurs. Les minuscules a, h, m et n de la fonte Windsor ont des pieds d'assises orientés, e a un trans-coup orienté.

Windsor existe en différents styles dont : Light, Bold, Ultra Heavy, Extra Bold Condensed, Elongated, et Bold Outline[1].

UsagesModifier

Woody AllenModifier

Windsor est connue pour être la police des films de Woody Allen et pour cause, 36 films sur les 46 réalisés utilisaient Windsor (en 2011)[4]. Il l'utilise pour la première fois pour titre Annie Hall en 1977 car dans son film précédent, Love and Death (1975), il ne l'utilisait pas encore[5]. Ce choix typographique est du fait d'Ed Benguiat (typographe et percussionniste de jazz) qui la recommanda à Woody Allen lors d'un petit déjeuner au New Jersey[4],[5]. Dès lors Windsor devint indissociable des films de Woody Allen, en blanc sur fond noir en version Light Condensed avec un fond musical de jazz[6].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Windsor », sur fonts.com (consulté le 19 janvier 2019)
  2. a b c d e et f (en) Paul McNeil, The Visual History of Type, Londres, Laurence King Publishing, , 672 p. (ISBN 978-1-78067-976-1), p. 176-177
  3. a et b « Windsor – Font Review Journal » (consulté le 19 janvier 2019)
  4. a et b (en-GB) Jonathan Glancey, « Windsor is just Woody Allen's type », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  5. a et b (en) « Woody Allen's Typography », sur kitblog.com, (consulté le 19 janvier 2019)
  6. Peter Gabor, « Pourquoi Woody Allen utilise depuis (presque) toujours le Windsor », sur design et typo (consulté le 19 janvier 2019)