Ouvrir le menu principal

Vrais amis en anglais

page de liste de Wikipédia

Contrairement aux faux-amis, qui représentent souvent un obstacle à l'apprentissage de la langue, les vrais amis en anglais[1] sont des mots ayant la même forme (parfois à quelques petites différences près) et le même sens qu'en français : ainsi « bus », « poison », « radio », « taxi ». On dit qu'ils sont « transparents ».

Sommaire

OriginesModifier

L'influence du français sur l'anglais a ses origines dans le développement du moyen anglais. Après la conquête normande de l'Angleterre en 1066 par Guillaume le Conquérant, la langue de la Cour, de la littérature et de la documentation a été supplantée par l'anglo-normand pendant deux ou trois siècles avant que l'anglais se rétablisse. Presque mille ans après la conquête, l'influence normande se voit toujours dans la langue anglaise[2].

De manière générale, l'anglais a beaucoup emprunté au français pour le vocabulaire culinaire, militaire, diplomatique, linguistique et tout ce qui concerne l'habillement et les soins corporels. Inversement, les techniques récentes dont les principes sont définis d'abord dans les pays anglophones (informatique, marketing, télécommunication, gestion d'entreprise par exemple) transmettent au français des mots anglais qu'on appelle des anglicismes ; certains de ces mots ne sont que des allers-retours (budget, routine, attaché-case).

Définitions : vrai ami total et vrai ami partielModifier

Selon la linguiste Leila Caid, « un vrai ami total est un mot homophone/homographe [dans] deux langues ayant une origine commune et qui est resté semblable [dans] les deux langues pour toutes ses acceptions. Il s’agira d’un vrai ami partiel lorsque la paire de mots diffère pour un sens. »[3]. L'anglais parle respectivement de true cognate et de semi-true cognate[4].

En raison de ce qu'on appelle la polysémie (un terme a souvent plusieurs sens ou acceptions), certains mots anglais sont à la fois de vrais amis et de faux amis, c'est le cas de date qui signifie, outre « date », aussi « rendez-vous amoureux » ou, plus familièrement « rencard ».

Il faut noter cependant que la transparence n'est pas complète :

  • l'usage des mots est différent : un mot courant en français peut avoir un sens mélioratif en anglais (grand) ou pompeux (extraordinaire ou vis-à-vis, popularisé par Matrix Reloaded) ;
  • certains mots ont changé de sens : ainsi le mot anglais charade a le sens de « mascarade », « parodie », « simulacre » tandis que le français « charade », au sens de « devinette », d'« énigme », se dit riddle en anglais.

D'une manière générale, compter sur les vrais amis pour combler des lacunes en anglais est une fausse bonne idée : l'on court le risque de ne pas être compris ou de passer pour un pédant.

Règles de convergence lexicaleModifier

On peut constater quelques règles générales de « convergence lexicale », avec des exceptions[3] :

  • Les noms de terminaison «...tion » ont le même sens qu'en français : portion, section. Même le mot translation, qui signifie habituellement « traduction », a le sens de « translation » dans le domaine technique.
  • Les noms de terminaison «...ty » ont souvent leur équivalent français en «...té » : university, université.
  • Les noms de terminaison «...ism » ont souvent leur équivalent français en «...isme » : socialism, socialisme.
  • Les noms de terminaison «...ology » ont souvent leur équivalent français en «...ologie » : technology, technologie.
  • Les adjectifs en « ...able » ou « ...ible » ont aussi un sens proche du français quand ils sont formés sur des racines d'origine française ou latine : capable (capable), impossible (impossible).
  • Les adjectifs en « ...ous » sont souvent transposables en « ...eux » : delicious (délicieux), fabulous (fabuleux), precious (précieux).
  • Les verbes en « ...ate » correspondent généralement à des verbes français du premier groupe (« ...er ») : tolerate (tolérer), create (créer), enumerate (énumérer).
  • Les verbes en « ...ize » (ou « ...ise ») correspondent à des verbes français en « ...iser » : privatize (privatiser), realize (réaliser), modernize (moderniser).
  • Les mots composés de racines grecques ou latines non transformées par l'usage, sont facilement compréhensibles : maths (maths), metropolitan (métropolitain), rigid (rigide), television (télévision), taxi (taxi), xenophobe (xénophobe). On trouve majoritairement ces mots dans les sciences, les techniques, la biologie, la désignation des espèces.

ExemplesModifier

  • immediately = immédiatement
  • current = courant
  • price = prix
  • name = nom
  • baby = bébé
  • queue = queue (file d'attente)
  • harp = harpe
  • apparently = apparemment
  • successively = successivement
  • dance = danse
  • age = âge
  • just = juste

Notes et référencesModifier

  1. Lionel Dahan, Michel Marcheteau, Vrais et faux amis en anglais, EAN, 2006, 160 p.
  2. (en) Albert Baugh et Thomas Cable, A History of the English Language [« Une histoire de la langue anglaise »], Prentice Hall, , 3e éd., 447 p. (ISBN 9780130151667, lire en ligne), « The Norman Conquest and the Subjection of English, 1066-1200 ».
  3. a et b Leila Caid, « Les cognates français/anglais », in Études de linguistique appliquée, 2008/1, n° 149, pp. 65-76.
  4. Laura K. Lawless, Vrais amis - French English Cognates, sur le site About.com.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier