Villa Medicea di Fiesole

La villa Medicea di Fiesole (ou villa Medici a Fiesole) est une villa médicéenne construite par l'architecte Michelozzo. C'est l'une des plus anciennes, construite entre 1451 et 1457[1], et la mieux conservée. Elle est située sur la commune de Fiesole, limitrophe de Florence.

Villa Medicea di Fiesole
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Partie de
Architecte
Surface
21 100 m2 ou 448 800 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Identifiant
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Toscane
(Voir situation sur carte : Toscane)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Florence
(Voir situation sur carte : Florence)
Point carte.svg
La villa au XVe siècle, détail de la Dormition de la Vierge de Domenico Ghirlandaio
Le jardin
Le jardin

Une prouesse techniqueModifier

La villa a été construite à flanc de colline par Michelozzo pour Giovanni di Cosimo, le fils cadet de Cosme l’Ancien et frère de Pierre le Goutteux. Sa construction fut considérée par ses contemporains comme une prouesse. La description de la villa par Vasari, un siècle plus tard, dans sa Vie de Michelozzo, témoigne encore de cette admiration : « Et pour Giovanni, fils de Cosme de Médicis, Michelozzo construisit à Fiesole un autre magnifique palais, dont les fondations sont juste dans l’escarpement de la colline, ce qui coûta fort cher, mais fut ensuite très utile, car il fit dans la partie basse des voûtes, des caves, des étables, des pressoirs et de belles et pratiques pièces habitables ; au niveau supérieur, outre les chambres, salles et autres pièces ordinaires, il en fit quelques-unes pour la musique. En somme, Michelozzo démontra dans cette construction sa compétence d’architecte, car, en plus de ce que l’on vient de signaler, la maçonnerie fut faite de telle façon que malgré sa position sur une colline, elle n’a jamais bougé[2]. »

Les différents niveaux de terrassement nécessitérent des murs de soutènement aux dimensions alors inédites. Chaque niveau « associait étroitement l'architecture des locaux et les jardins selon une division rationnelle[3]. »

Un lieu de villégiature idéalModifier

La villa offrait depuis ses hauteurs un magnifique panorama sur Florence. Elles correspondait au lieu de villégiature idéal, tel que le décrivait Alberti dans son traité Della Famiglia situé « dans un lieu un peu élevé, dans un environnement de champs et forêts », et exposé au soleil. Elle était particulièrement appréciée par Politien qui en vante les mérites dans une lettre à Marsile Ficin.

Laurent le Magnifique en hérita en 1469 après la mort de son père Pierre le Goutteux. Domenico Ghirlandaio célébra la renommée de la villa en la représentant dans la Dormition de la Vierge, la fresque de la chapelle Tornabuoni, qui achève le cycle de Marie dans l’église Santa Maria Novella de Florence (l‘édifice qui surplombe la villa est le couvent San Girolamo, une construction due à la volonté de Cosme l‘Ancien).

Elle resta la propriété des Médicis jusqu'en 1671 et changea ensuite plusieurs fois de mains : en 1772, elle fut vendue à Lady Orford, la belle-sœur d'Horace Walpole. Elle fit ouvrir une viale, une voie carrossable, pour relier la villa à la Via Fiesolona, afin de la rendre plus accessible[4]. Au XIXe siècle la villa fut acquise par l'artiste William Blundell Spence et, en 1911, par Lady Sybil Cutting, femme de l'écrivain Geoffrey Scott et mère d'Iris Origo qui y passa son enfance.

BibliographieModifier

  • Le ville medicee. Guida completa, Isabella Lapi Ballerini, Giunti 2003.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Aucune propriété n'est inscrite à cet emplacement sur le cadastre de 1451. Sur celui de 1457, y figure le domaine, déclaré propriété de Giovanni di Cosimo.
  2. Vasari, Vie de Michelozzo, dans Vies des plus illustres peintres, sculpteurs et architectes, 1550 puis 1568.
  3. Giorgio Galletti, Giovanni di Cosimo et le jardin de la villa Médicis à Fiésole, in Jardin des Médicis, Actes Sud, 1997
  4. Pierre de la Ruffinière Du Prey, The Villas of Pliny from Antiquity to Posterity

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :