Vicente Gil-Franco

peintre catalan

Vicente Gil-Franco, né le à Barcelone et mort le à Boulogne-sur-Mer, est un peintre catalan

Vicente Gil-Franco
Image dans Infobox.
Gil-Franco dans son atelier
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Il manifeste tout enfant des dispositions pour le dessin et la peinture qui l'amènent à suivre l'enseignement des beaux arts à Valence puis à Barcelone.

A vingt ans profondément antimilitariste, il quitte l'Espagne, franchit la frontière à la faveur des vendanges, pour gagner Paris puis le nord de la France. Il séjourne à Lille où il perfectionne sa technique de la sculpture. Il fait à cette époque la connaissance du Dr Vrasse. En 1926, ce dernier l'invite à Boulogne-sur-Mer. Il y reste trois mois puis s'installe à Equihen où il prend un atelier. Il y peindra de nombreux paysages et des scènes de la vie des pêcheurs.

En 1936, il retourne en Espagne pour se mettre au service de la République espagnole. Commissaire à l'Éducation Nationale, il va intégrer l'action de propagande républicaine et réaliser notamment une série de cartes postales dont la vente était destinée à aider les combattants sur le front. Dans cette période il exécute un certain nombre de toiles, de dessins et de gravures postmodernistes où il exprime son horreur de la guerre. Les œuvres de cette période sont animées d'une fougue et d'une passion imprégnées des œuvres de Goya et des muralistes mexicains.

Il exposera aux côtés du Guernica de Picasso au pavillon espagnol de l'Exposition Internationale des Arts et Techniques à Paris en 1937 ainsi qu'à la « Sala de Exposiciones de las Juventudes Libertarias » à Barcelone sous l'énoncé de « Exposicion de Arte Revolucionario de Gil-Franco », le Musée national d'art de Catalogne conserve dans ses collections des œuvres exposées lors de ces deux expositions.

Chassé d'Espagne en 1938 par la répression franquiste, il s'installe à Pont-de-Briques, dans le Nord-Pas-de-Calais. La plupart de ses œuvres réalisées en Espagne seront détruites lors du bombardement de la région en . Les œuvres présentées à la vente font partie des rares rescapées de cette période. Harassé par les bombardements et les humiliations des autorités d'occupation, il part en 1943 s'installer avec son épouse dans la région de Rodez, à Clairvaux où naîtra l'aînée de ses enfants, Catherine.

De 1944 à 1947, Gil-Franco demeurera à Franconville à l'invitation de l'artiste lyrique Roger Bourdin. Il travaillera peu durant cette période hormis une série de bois gravés sur l'horreur des camps de concentration, dont le Musée d'Art moderne de la ville de Paris fera l'acquisition des années plus tard.

Il retourne à Boulogne-sur-Mer en 1947 et réalise une première exposition qui remporte un franc succès[réf. nécessaire]. Dès lors, il travaillera avec acharnement jusqu'en 1958 à dépeindre tant par la peinture, la gravure, les bas-reliefs et une importante production de céramique, le quotidien des gens de la mer du Nord-Pas-de-Calais, (Expositions à Lille, Gand, participation à la Biennale de Menton, au Salon de l'Art Libre).

Vicente Gil-Franco s’éteint à Boulogne-sur-Mer le  ; en hommage à son travail, la ville dédiera quelques années plus tard une place à son nom.

Ses œuvres figurent dans les collections du MNAC de Barcelone, du musée d'Art Moderne de la ville de Paris, du musée de Boulogne-sur-Mer, du Musée de la céramique de Desvres et dans de nombreuses collections privées en Europe.

GalerieModifier

 
Place Gil Franco à Equihen