Utilisateur:Roumpf/Brouillon2

Château Malakoff modifier

Château Malakoff est un groupe réunissant trois marques historiques de champagne, les champagnes Beaumet, Oudinot et Jeanmaire, et racheté en 2004 par le groupe Laurent-Perrier.

Histoire modifier

Château Malakoff est créé en 1977, lorsque la famille Trouillard reprend la maison de Champagne Beaumet. L'entreprise rachète ensuite les maisons Oudinot et Jeanmaire en 1981[1]. La maison Beaumet a été fondée en 1878 et a déménagé au début du XXe siècle de Pierry à Châlons-en-Champagne[2]. La maison Oudinot fut fondée à la fin du XIXe siècle par Jules Edouard Oudinot à Avize puis a été revendue par Marcel Oudinot[2]. La maison Jeanmaire est fondée en 1933 par André Jeanmaire à Avize[3].

Château Malakoff est vendu en 2004 au groupe Laurent-Perrier pour 60 M€[4],[5],[6].

En 2004 lors de son rachat, le groupe possède un site de production à Épernay, un centre de pressurage et de stockage à Oger (Marne) et un centre de pressurage à Landreville (Aube)[7],[8] ainsi que 125 ha de vignoble en exploitation dont 60 ha en propre comprenant 34 ha de grand cru et 20 ha de premier cru[4]. Le site de la rue Malakoff à Épernay est revendu en 2009 à la maison Gosset[9]. Ce site de deux hectares, dit du « château Malakoff », comprenant un parc arboré, une demeure ancienne, des caves souterraines jusqu'à 30 mètres de profondeur et des bâtiments de production, fut construit à l'origine pour la chaîne d'épicerie Félix Potin et fut ensuite occupé par la famille Trouillard qui y installa sa résidence et les champagnes Jeanmaire[10].

Notes et références modifier

  1. Union des Maisons de Champagne, « Chronologie des évènements », sur maisons-champagne.com.
  2. a et b « Champagne Beaumet Jeanmaire », sur Champagner.
  3. « Jeanmaire (maison de Champagne) », sur Dico du vin, le dictionnaire du vin, .
  4. a et b Laurent Flallo, « Champagne : Laurent-Perrier négocie l'acquisition de Château Malakoff », sur Les Échos, .
  5. « Lettre du ministre du 5 février 2004 - secteur vinicole (BOCCRF 2005-04) », sur Ministère de l'Économie et des Finances.
  6. Saskia Rücker, Le risque moral par rapport aux fusions & acquisitions, BoD – Books on Demand, (ISBN 978-3-89821-825-2, lire en ligne).
  7. « Une acquisition capitale pour le succès à long terme de LAURENT-PERRIER », sur www.boursica.com, .
  8. « REIMS-EPERNAY | Le vignoble poursuit ses investissements », Le Moniteur,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « Champagne Gosset buys premises in Epernay », sur Drinks International, .
  10. Guénaël Revel, « Guide 2014 des Champagnes et Autres Bulles » [PDF], Publications Modus Vivendi, (ISBN 978-2-89523-800-3), p. 131.

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

Article connexe modifier

Lien externe modifier

Vin modifier

Données détaillées modifier

Consommation mondiale modifier

Consommation de vin par personne en 2005[1]
# Pays Conso
(litres par hab. et par an)
1   Vatican 62,02[2]
2   Andorre 60,13
3   France 55,85
4   Luxembourg 52,70
5   Italie 48,16
6   Portugal 46,67
7   Slovénie 43,77
8   Croatie 42,27
9   Suisse 39,87
10   Espagne 34,66
11   Hongrie 33,06
12   Danemark 31,37
13   Argentine 28,81
14   Autriche 28,81
15   Roumanie 26,90
 
Consommation annuelle de vin par habitant en 2012[3] :
  • moins de 1 litre par hab. et par an
  • de 1 à 7 litres par hab. et par an
  • de 7 à 15 litres par hab. et par an
  • de 15 à 30 litres par hab. et par an
  • Plus de 30 litres par hab. et par an

Dans le passé, un cabaretier servait du vin au détail. Aujourd'hui, le vin peut s'acheter directement chez les producteurs, dans des commerces spécialisés, dans des enseignes généralistes ou sur des sites internet spécialisés. L'achat chez les producteurs peut être un objectif de l'œnotourisme mais ce n'est pas le seul.

Selon une étude prospective du cabinet britannique IWSR (International wine and spirits research), 31,7 milliards de bouteilles sont consommées en moyenne entre 2009 et 2013. 32,78 milliards de bouteilles seront consommées en 2018[4].

L'Europe représente encore les deux tiers de la consommation mondiale de vin en 2015 mais elle perd des parts de marché au profit des autres continents[5]. Le consommateur européen est devenu au cours des années, plus exigeant, plus sélectif, plus regardant sur la qualité et curieux des vins d'autres contrées. Le consommateur mondial désire des vins plus aromatiques et structurés comme le montre l'évolution au niveau mondial du degré d'alcool d'1,1° entre 1980 et 2007 (évolution donc pas simplement liée au changement climatique), cette volonté œnologique conduisant les grands exportateurs de vin à sous-estimer le degré alcoolique sur l'étiquette de leurs bouteilles afin de payer moins de taxes douanières[6].

Production mondiale modifier

Production mondiale de vin en millions d'hectolitres[7]
Années Production
1951-1955 210,6
1971-1975 313,1
1976-1980 326
1981-1985 333,6
1986-1990 304
1991-1995 263,1
1996-2000 272,6
2001-2005 272,3
2006-2010 271,3
Production de vin par pays en millions d'hectolitres[7]
Pays 1981-1985 1986-1990 1991-1995
  Italie 72,1 65,7 60,8
  France 67,5 64,6 52,9
  Espagne 34,0 33,5 26,4
  États-Unis 17,7 18,2 17,6
  Argentine 20,5 19,9 15,6
  Chili 6,6 4,1 3,3
  Australie 4,0 4,3 4,8
  Chine 2,7 3,1
  Afrique du Sud 8,6 7,7 8,2
  Allemagne 9,8 10,0 10,4
  Portugal 9,0 8,46 7,28
  Roumanie 8,7 7,13 5,53
  Russie 3,35
  Nouvelle-Zélande
  Hongrie 4,99 11,0 3,82
  Grèce 5,0 4,24 3,67
Total Mondial 333,6 304 263,1

L'Italie et la France restent les principaux producteurs de vin mais, ces dernières décennies, leur production a beaucoup diminué[8] (-40 % entre 1990 et 2008). Pendant la même période, la production chinoise était multipliée par 5,9 (soit 490 % de croissance). La Chine vise plus la quantité que la qualité mais les choses pourraient changer. Par ailleurs, ces dernières années, la production espagnole a considérablement crû, au point que pour l'année 2011, la production espagnole égalait quasiment celle de l'Italie (39,9 millions d'hectolitres pour l'Espagne contre 40 millions pour l'Italie)[9]. D'autres sources annoncent, pour la même année, une plus forte production pour l'Espagne (40,3 millions d'hectolitres) que pour l'Italie (40,2 millions d'hectolitres)[10]. En 2014, la France aurait retrouvé sa place de premier producteur mondial (46,2 millions d’hectolitres) devant l'Italie (44,4 millions d’hectolitres) et l'Espagne (37 millions d’hectolitres)[11].

Pays exportateurs modifier

Exportation de vin par pays en millions d'hectolitres[7]
Pays 1986-1990 1991-1995 1995-2000 2000-2005 2010 2013 2014 2015
  Espagne 4,65 7,35 8,82 12,1 17,2 18,5 22,3 24,0
  Italie 12,8 15,1 14,8 15 21,5 20,3 20,4 20,0
  France 12,8 11,5 15,3 14,8 13,9 14,5 14,3 14,0
  Chili 0,18 0,87 2,25 3,92 7,32 8,7 8,1 8,8
  Australie 0,25 1,0 2,09 5,46 7,81 7,1 7,0 7,4
  Afrique du Sud 0,05 0,37 1,2 2,36 3,79 5,2 4,2 4,2
  États-Unis 0,61 1,18 2,31 3,23 4,0 4,1 4,0 4,2
  Allemagne 2,71 2,69 2,33 2,64 3,93 4,0 3,9 3,6
  Argentine 0,22 0,59 1,03 1,53 2,74 3,1 2,6 2,7
  Portugal 1,55 1,95 2,14 2,57 2,67 3,0 2,8 2,8
  Nouvelle-Zélande 0,02 0,08 0,15 0,32 1,42 1,8 1,9 2,1
Total Mondial 43,53 51,1 60,9 72,4 95,6 101,3 102,4 104,3
Exportation de vin par pays en milliards d'euros[7]
Pays 2013 2014 2015
  France 7,8 7,7 8,24
  Italie 5,0 5,0 5,35
  Espagne 2,6 2,5 2,64
  Chili 1,4 1,4 1,65
  Australie 1,3 1,3 1,46
  États-Unis 1,2 1,1 1,4
  Nouvelle-Zélande 0,78 0,85 0,96
  Allemagne 1,0 0,97 0,95
  Portugal 0,72 0,73 0,74
  Argentine 0,67 0,63 0,74
  Afrique du Sud 0,63 0,59 0,63
Total Mondial 25,7 25,5 28,3

Certains pays plantent de façon effrénée, ce qui à terme devrait amener sur le marché d'énormes quantités de nouveaux vins et faire chuter les prix. En 2008, les nouvelles plantations ont augmenté de 240 % en Nouvelle-Zélande, de 169 % en Australie et de 164 % en Chine. De son côté, la Commission européenne veut libéraliser complètement les droits de plantation en Europe d'ici 2018 au plus tard, ce qui sera une grande première.

Chine : importation de vin en millions USD. Chiffres 2003-2008
Origine 2003 2004 2005 2006 2007 2008
  Monde 33 53 75 139 258 381
  France 8 14 22 39 98 150
  Australie 3 6 11 27 45 59
  Chili 16 20 13 21 47 57
  Italie 1 3 4 12 20 27
  États-Unis 2 4 4 11 19 76
Données provenant de l’USDA Foreign Agricultural Service (19 août 2009)[12]

Si la production chinoise a fortement augmenté ces dernières années, la croissance de la consommation (17 % annuel en volume de 2003 à 2008) a entraîné un boom des importations chinoises de vin. En 2008, elles représentaient 18 % en valeur de la consommation chinoise.

La France a été la grande bénéficiaire de ce mouvement. Sa part de marché en valeur est passée de 24 % en 2003 à 39 % en 2008. Cette forte progression s'explique par une montée en gamme des importations chinoises. Alors que le vin en vrac représentait 57 % des importations en 2003, ce pourcentage n'était plus que de 22 % en 2008. La part de marché du Chili a été la principale victime de ce mouvement : le vin en vrac représentait en 2008 encore plus de 60 % de ses exportations vers la Chine.

  1. Wine Institute: consommation de vin par habitant et par pays
  2. Au XIVe siècle à la Cour des papes d'Avignon, elle était de 750 litres par personne et par an (Jean-Pierre Saltarelli, Les vins des papes d'Avignon, Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, t. 127, 2007, p. 73).
  3. wineinstitute.org 2012
  4. « La consommation de vin va continuer de grimper dans le monde », sur lemonde.fr,
  5. « Un milliard de bouteilles de vin bues en plus par an d'ici cinq ans », sur sud-de-france.com,
  6. (en) American Association of Wine Economists (AAWE), « Splendide Mendax : False label claims about high and rising alcohol content of wine », AAWE working paper,‎ , p. 1 à 39 (lire en ligne)
  7. a b c et d Analyses conjoncturelles OIV
  8. FAO stast
  9. (it) « Vino: Spagna incalza Italia nella lista dei big mondiali »
  10. (es) « España supera a Italia, estableciéndose como segundo productor mundial de vino tras Francia. »
  11. Laurence Girard, « La France redevient le premier producteur mondial de vin », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. (en) : USDA Foreign Agricultural Service : Le marché du vin en Chine, août 2009 publié sur Globaltrade.net