Turok: Dinosaur Hunter

jeu vidéo de 1997

Turok
Dinosaur Hunter
Image illustrative de l'article Turok: Dinosaur Hunter

Éditeur Acclaim
Développeur Iguana Entertainment
Musique Darren Mitchell[1]

Date de sortie 31 janvier 1997
Genre Jeu de tir à la première personne
Mode de jeu Solo
Plate-forme Nintendo 64, PC, Xbox One, Nintendo Switch
Média Cartouche Nintendo 64, CD-Rom
Contrôle Manette, Clavier

Turok : Dinosaur Hunter (ou simplement Turok) est un jeu vidéo de tir en vue à la première personne sorti sur la console Nintendo 64 en 1997 dans le monde. Le jeu est développé par Iguana Entertainment et édité par Acclaim, et il est le premier jeu de ces compagnies à être sorti sur Nintendo 64.

Le jeu a fait l'objet d'un remaster sur Windows, Xbox One et Nintendo Switch.

TrameModifier

UniversModifier

Turok : Dinosaur Hunter est adapté de la bande dessinée américaine Turok, créée par Rex Maxon et publiée par Dell Comics (1956-1962), puis par Valiant Comics.

Le joueur contrôle un guerrier amérindien, Turok, qui doit arrêter le Campaigner, homme voulant conquérir le monde avec une arme ancienne et puissante dont le joueur récupère les pièces le long des huit niveaux.

Le jeu en lui-même se démarque par son action prenant place dans huit grands niveaux en plein air pour la plupart, sa réalisation tout en 3D, ainsi que son effet de brouillard permanent permettant de conserver un nombre d'images par seconde convenable. La cartouche du jeu fait 8 Mo.

SynopsisModifier

Le joueur prend le contrôle de Tal'Set (Turok), un Amérindien guerrier voyageant dans le temps. Le manteau de Turok est transmis à chaque génération à l'aîné des mâles. Chaque Turok est chargé de protéger la barrière entre la Terre et Lost Land, un monde primitif où le temps n'a pas de sens. The Lost Land est habitée par une variété de créatures, des dinosaures aux étrangers. Un seigneur maléfique connu sous le nom de Campaigner cherche un ancien artefact connu sous le nom Chronoscepter, une arme si puissante qu'elle a été brisée en morceaux afin de l'empêcher de tomber entre de mauvaises mains.

Système de jeuModifier

Le jeu est composé de huit vastes niveaux. Les premiers niveaux (de un à six) se déroulent dans la jungle ou dans une ancienne cité en ruine, style Maya. D'ailleurs, l'un d'eux se déroule dans une cité perchée dans les arbres, un peu comme les habitats Ewok de Star Wars. Les deux derniers niveaux se déroulent dans un environnement semi-désertique. Le dernier se déroulant à l'intérieur de la base de l'ennemi, le Campaigner, dans un environnement style science fiction.

Le jeu comporte quatre boss :

  • Un militaire soutenu par deux hummer qui attaquent le joueur ;
  • Une mante religieuse géante ;
  • Un tyrannosaure Cyborg ;
  • Le Campaigner, le chef des ennemis que le joueur avait affronté durant le jeu.

La plupart des ennemis sont humains, sauf dans le dernier niveau ou le joueur doit affronter des cyborgs et des robots. Les ennemis humains sont soit des mercenaires ou alors des guerriers anciens, style maya. Il existe d'autres catégories d'ennemis non humains, comme les Mantis, une race extraterrestre du genre insecte dont le joueur détruit le nid dans la suite du jeu, Turok 2: Seeds of Evil.

Pour ce qui est des animaux, il y a des droméosauridés (ou raptors), des dimetrodons, des triceratops montés par un guerrier, des libellules géantes, des cafards géants et des plantes carnivores géantes (elle ne se déplacent pas, mais attaquent par la projection de piquants et si on est trop près, en « mordant »). Il y a également des biches et des sangliers qui permettent au joueur de récupérer des vitalités.

Turok possède un couteau, un arc avec la possibilité de récupérer des flèches explosives, un pistolet, un fusil à pompe, un fusil automatique (balles simples et explosives pour les deux fusils), une mitraillette, un fusil à plasma, une gatling, un lance-grenade, un fusil à impulsion, une arme alien, un quadruple lance-roquettes, un canon à fusion et le Chronoscepter. À savoir que les armes suivantes ont des munitions communes entre elles :

  • le pistolet et la mitraillette ;
  • les deux fusils ;
  • le fusil à plasma, le fusil à impulsion et l'arme extraterrestre.

Liste des niveauxModifier

Le jeu est composé de huit niveaux[2] :

  1. Ruine du hub niveau de départ du jeu qui permet de rejoindre, a la fin, le hub permettant d'acceder aux 7 niveaux différents. Il se déroule dans la jungle principalement
  2. La jungle représente le deuxième niveau du jeu. Similaire au Hub, la jungle est plus dense et plus épaisse et comporte des constructions antiques amenant, le joueur, à des zones en hauteurs. Il devra également explorer des grottes où s'abritent de nombreux Leapers.
  3. La ville antique
  4. Les ruines
  5. Les catacombes
  6. Le village arboricole
  7. Les terres oubliées
  8. La confrontation finale est le dernier niveau du jeu, qui est, accessible après la récupération de toutes les clés dispersées dans les différents niveaux. L'aspect de ce niveau emprunte des styles de science-fiction où d'innombrables éléments sont présents : pièges sont présents : ascenseurs antigravitationnels, lasers,... Le joueur devra emprunter des pièces contenant des ordinateurs, passer dans des marées artificielles, des zones d'eaux, des couleurs étroits pour combattre un tyrannosaure Cyborg, et ensuite, le Campaigner.

DéveloppementModifier

Turok est initialement paru dans la bande dessinée de Western Publishing et Dell Comics en [3]. Valiant Comics relance la série et publie le premier numéro de leur série Turok en . L'éditeur de jeux vidéo Acclaim Entertainment rachète Valiant pour une somme de 65 millions de dollars en [4] et le développeur Iguana Entertainment pour 5 millions de dollars[5]. Comme il s'agit du premier titre exclusif pour la Nintendo 64 de Acclaim, Turok a fait partie d'une stratégie visant à développer des jeux et de faire de l'argent sur des licences sur divers médias de divertissement[6]. Turok a été annoncé en et planifié sur la prochaine console de Nintendo, la « Ultra 64 » qui sera nommée Nintendo 64[7].

Le développement commença en [8]. Bien que vaguement basé sur la bande dessinée, Iguana fait un jeu plus orienté vers l'action. Dans les premières discussions sur le projet, les développeurs ont décidé que la présentation d'un jeu à défilement horizontal était dépassée. Iguana considéré un point de vue à la troisième personne similaire à Super Mario 64 et Tomb Raider, mais a décidé de rendre le jeu en un jeu de tir à la première personne. Selon le directeur de projet, David Dienstbier, la perspective à la première personne est un moyen naturel de mettre en valeur la puissance 3D de la Nintendo 64[9]. Alors que l'équipe de développement a bénéficié du partenariat de longue de date entre Acclaim et Nintendo, il obtint des commentaires très tôt de l'éditeur et de plus de temps lors d'un face-à-face lors de la production. Pour la plupart des développeurs de chez Iguana, ils étaient nouveaux et inexpérimentés : Turok était le premier titre de Dienstbier[8],[10]. En raison de la violence et du contenu du jeu, Dienstbier croyait qu'ils pousseraient les limites ce que Nintendo permettrait sur leur console, mais Nintendo n'a jamais demandé à voir ou à approuver quoi que ce soit dans le jeu[8].

La plate-forme Nintendo 64 avait des capacités de traitement supérieures par rapport à la plupart des ordinateurs disponibles à l'époque, mas aussi venu avec de nouveaux défis. La « Nintendo 64 est capable de faire beaucoup de choses », a déclaré Dienstbier. « Si vous voulez gérer l'éclairage de particules sophistiquées, les effets de transparence, et que vous voulez jeter autour d'énormes quantités de mathématiques... ou de la géométrie à l'écran, la Nintendo 64 possède une puissance de traitement pour le faire, et oui, c'est une machine fantastique. Appelant le rêve d'un développeur, elle vous donne un peu l'impression qu'il est facile de créer un jeu comme Turok ». Alors que Nintendo était favorable, Iguana devait produire tous ses propres outils de développement en interne. Le montage du jeu pour être maintenu sur la cartouche de 8 Mo a été difficile. Finalement, Iguana avait des outils pour compresser et réduire la qualité de la musique pour répondre aux exigences de taille. Malgré les contraintes du système, les développeurs sont intéressés à produire le plus beau jeu vidéo pour le système[9]. Le jeu utilise des techniques en temps réel pour afficher des effets d'éclairage et des particules pour plus de réalisme[11]. Iguana était en mesure d'utiliser le studio de capture de mouvement de pointer de Acclaim, permettant de créer des personnes humanoïde capable de se déplacer en douceur et de manière convaincante[10]. La capture de mouvement a contribué à atténuer les problèmes en temps et en ressources de Iguana[8]. Les mouvements d'un cascadeur a été enregistrés pour les personnages humains, tandis que les développeurs ont essayé d'utiliser des émeu et des autruches pour les dinosaures. Les résultats ont été seulement utilisés comme matériel de référence[8].

À l'époque, Acclaim Entertainment était en danger financier. La société était un éditeur majeur dans l'ère des jeux 16 bits[8], mais les ventes de la société ont souffert lors de la migration de leur anciens systèmes, comme la Sega Genesis et la Super Nintendo Entertainment System, aux plates-formes de la génération suivante. La société a perdu 222 millions de dollars pour l'exercice de l'année en raison de la chute des ventes de 162 millions de dollars (comparé à l'année précédente qui était de 567 millions de dollars)[6]. Dans le premier trimestre de l'exercice de l'année , la société a perdu 19 millions de dollars. L'entreprise a licencié 100 salariés sur ses 950 salariés depuis et son stock a alors chuté d'un sommet de 13,875 dollars par action à 3 dollars[12]. Turok est devenu le premier titre sur Nintendo 64, mais aussi le meilleur espoir d'un redressement de l'entreprise : Turok est le seul jeu de tir à la première personne de la Nintendo sur les 10 jeux existants sur le marché[13],[14]. Les analystes de Alex. Brown Inc ont pensé que la vente d'un million d'exemplaires de Turok pourrait apporter à Acclaim autant que 45 millions de dollars[13]. En raison de problèmes de trésorerie, une grande partie de l'argent prévu pour la commercialisation de Turok dépendait des fortes ventes du jeu Magic: The Gathering: BattleMage[15].

Initialement prévu pour une sortie le en Amérique du Nord, le jeu a été retardé en . Acclaim a expliqué que le jeu n'a pas atteint le niveau de qualité souhaité, Nintendo a soutenu que le retard était d' « ajouter plus profondeur au gameplay ». Selon le New York Times, le retard découlerait de bugs. Acclaim a fortement commercialisé Turok sur les couvertures de plusieurs magazines de jeux vidéo et dans des publicités télévisées pour la Nintendo 64. Acclaim autorise des médias tels que le Daily Mirror à offrir des versions personnalisées du jeu Turok pour les inclure dans les lots de certains concours. Répondant aux précommandes positives et les ventes anticipées de Turok, Acclaim a annoncé le , une suite provisoirement intitulée « Turok: Dinosaur Hunter 2 » qui serait libéré fin [16].

RéceptionModifier

Turok a été un succès critique et commercial et a reçu des critiques élogieuses de magazines de jeux vidéo. Il est devenu le titre le plus populaire de la Nintendo 64 dans le mois suivant sa sortie. Il a été jugé l'un des meilleurs jeux de tir de la console.

Sur les agrégateurs Metacritic et GameRankings lui attribuent 85,83% et 86,6% pour la version console. La version PC a été reçue moins positivement[17],[18].

Turok est un clone du jeu Doom pour ses similitudes avec le titre de Id Software. Douglass Perry du site IGN compare le jeu favorablement à Doom, en disant que le titre se distingue des autres clones existants en y apportant des mouvements 3D que son prédécesseur n'avait pas[19]. Steve Polak, du journal The Australian, a écrit que Turok a été très dérivé, en offrant de meilleurs graphismes et de meilleures options de jeu[20]. Le magazine Edge dit que Turok contredit la notion en vigueur, au moment, que seul Nintendo pourrait créer des jeux de qualité supérieure pour la console. En revanche, William Burrill du quotidien Toronto Star News écrit que Turok offre rien de nouveau si les joueurs avaient tenté un jeu de type « première-personne d'action blaster » avant, et le magazine Next Generation a déclaré que le jeu et son système est un « très jolie jeu Duke Nukem »[21]. Steve Bauman du magazine Computer Games a examiné la version PC et a déclaré que si la version était un excellent portage, le jeu lui-même était inférieur aux jeux comme Quake[22]. En parlant à Shacknews en , Josh Holmes de Propaganda Games a déclaré que si GoldenEye 007 est généralement considéré comme le meilleur FPS de la Nintendo 64, Turok est le pionnier des jeux FPS en offrant des environnements ouverts et dévie des clones de Doom, qui étaient la norme à ce moment-là[23].

VentesModifier

Un des premiers jeux de la Nintendo 64, le jeu est vendu à 1,5 million d'exemplaires[24]. Il a notamment stimulé les ventes de la Nintendo 64 et devient le seul jeu non édité par Nintendo dans la catégorie Player's Choice en 1998[25].

PostéritéModifier

Turok a fondé une franchise de jeu vidéo qui comprend actuellement six suites. Le jeu bénéficie rapidement d'une suite, avec Turok 2: Seeds of Evil en 1998 sur Nintendo 64 également. Sortent ensuite Turok: Rage Wars (multijoueur) et Turok 3: Shadow of Oblivion.

Turok 2 et 3 disposent d'un mode multijoueur (jusqu'à quatre joueurs) avec des règles qui allaient de la simple bataille royale jusqu'au « kill the crazy monkey » où les joueurs devaient tuer le plus de fois possible un macaque qui parcourait le niveau en courant. Il était incarné aléatoirement par un des joueurs. Son but était d'éviter de se faire tuer un maximum de fois avant la fin du décompte.

En , l'entreprise de développement de jeux vidéo Night Dive Studios annonce le développement d'une version remastérisé en haute définition pour PC[26]. Le , le jeu est rendu disponible sur Steam[27] apportant de nombreuses améliorations[28] :

  • le support de résolution haute définition et des écrans larges,
  • le support de OpenGL offrant une portabilité,
  • l'éclairage dynamique, le flou lumineux, l'anticrénelage FXAA, les effets sur l'eau, le support de la synchronisation verticale,
  • la possibilité de redéfinir toutes les actions pour la souris, le clavier et la manette,
  • et les succès Steam.

Le jeu est sorti le 2 mars 2018 sur Xbox One et le 18 mars 2019 sur Nintendo Switch.

Le code source original est retrouvé dans une station de travail SGI Indy achetée d'occasion à la fin des années 2010[29].

Notes et référencesModifier

  1. Turok: Dinosaur Hunter (Nintendo 64)
  2. Turok: Dinosaur Hunter Strategy Guide
  3. (en) Daniel Chan, « The New Straits Times », en,‎ , p. 17
  4. (en) Joseph Szadkowski, « The Washington Times », en,‎ , B4
  5. The End Game: How Top Developers Sold Their Studios - Part One
  6. a et b Seeking Acclaim from game
  7. Is Nintendo A Street Fighter Now?
  8. a b c d e et f The Making Of: Turok: Dinosaur Hunter
  9. a et b Interview with the Creator of Turok
  10. a et b The Making of Turok
  11. (en) Iguana Entertainment, « The Making of Turok: Dinosaur Hunter manual », en,‎ , p. 3
  12. For Acclaim, the Road Back is Rocky
  13. a et b Can Dinosaurs Save Acclaim? (Int'l Edition)
  14. Lost for new games? Hunt this down
  15. Acclaim Entertainment Posts Results Far Below Expectations
  16. Turok 2 Confirmed for 1997
  17. Turok: Dinosaur Hunter (n64: 1997): Review
  18. Turok: Dinosaur Hunter Reviews
  19. Turok: Dinosaur Hunter - IGN
  20. (en) Steve Polak, « The Weekend Australian », en,‎ , S07
  21. Acclaim's Turok has been one of the most hyped titles for Nintendo 64. Is it worth your dollars?
  22. A perfect conversion of an average 3D shooter
  23. Interview: Propaganda's Josh Holmes on Turok
  24. « Mega Mirror: Turok's still on a roll in the fight against evil », The Mirror,‎ , p. 40.
  25. (en) « Acclaim's Pride : Turok joins Nintendo's six as the only "Player's Choice" title from a third-party publisher », sur IGN, (consulté le 31 mai 2016).
  26. Les deux premiers Turok (les bons) seront remasterisés en HD sur PC
  27. Le remaster HD de Turok sortira le 17 décembre
  28. Turok: Dinosaur Hunter - Night Dive Studios
  29. (en) « The source code for Turok: Dinosaur Hunter found on reclaimed workstation from Acclaim », sur PCGamesN.

Lien externeModifier