Ouvrir le menu principal

Trois pour un massacre

film sorti en 1968 et réalisé par Giulio Petroni
Trois pour un massacre
Description de cette image, également commentée ci-après

Titre original Tepepa
Réalisation Giulio Petroni
Scénario Franco Solinas
Ivan Della Mea
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Western spaghetti
Durée 132 minutes
Sortie 1969

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois pour un massacre (titre original : Tepepa), est un film hispano - italien, un Western spaghetti réalisé par Giulio Petroni sorti en 1969. Il a été co-produit avec l'Espagne, où le film a été publié avec le titre Tepepa... Viva La Revolución[1].

SynopsisModifier

Au cours de la révolution mexicaine, un homme solitaire se désolidarise de la cause et lutte pour ses propres idéaux.

Fiche techniqueModifier

  • Titre : Trois pour un massacre
  • Titre original : Tepepa
  • Réalisateur : Giulio Petroni
  • Scénario : Franco Solinas - Ivan Della Mea
  • Musique : Ennio Morricone
  • Photographie : Francisco Marín
  • Montage : Eraldo Da Roma
  • Producteur : Franco Clementi - Alfredo Cuomo - Nicolo Pomilia
  • Maison de production : Filmamerica - Società Italiana Attuazione Progetti (SIAP) - Productores Exhibidores Films Sociedad Anónima (PEFSA)
  • Distribution : Magna
  • Sortie en Italie : 31 janvier 1969
  • Sortie en France : 10 novembre 1971
  • Durée : 132 minutes
  • Pays :  Italie -   Espagne
  • Langue : Espagnol - Italien

DistributionModifier

ProductionModifier

Les stars du film Tomas Milian et Orson Welles jouent des rôles opposés. Le réalisateur Giulio Petroni a exprimé sa déception envers  Welles, il affirme que l'ambiance sur le plateau était « terrible  », et que Welles appelait Milian (qui idolâtrait Welles)  sale « Cubain »[2].

RéférencesModifier

  1. Roberto Poppi, Mario Pecorari, Dizionario del cinema italiano. I film, Gremese Editore, 2007 (ISBN 8884405033)
  2. (it) Maria Pia Fusco, « Quelle sfide sul set tra Orson Welles e Tomas Milian », La Repubblica, (consulté le 22 novembre 2011)

Liens externesModifier