Traversée de Tours à la nage

La Traversée de Tours à la nage est une course de nage en eau libre. Elle a lieu pour la première fois en 1908.

L'île Simon traversée par le pont Napoléon.

ModalitésModifier

Inspirée par la Traversée de Paris à la nage (première édition en 1905), l’épreuve est créée par un jeune hebdomadaire sportif local soucieux d’étayer sa notoriété, le Réveil Sportif[1], avec le concours de la Société Nautique de Tours[2] puis celui du Comité des fêtes de la Loire[3]. Or ce titre de presse fondé en 1908 disparaît dès 1910. Le Club des Nageurs Tourangeaux reprend alors à son compte l’organisation de la festivité nautique, en la faisant courir le et en la réservant aux nageurs indépendants[4].

La course se nage en eau vive dans la Loire et a pour point d’arrivée l’Île Simon[5]. La distance parcourue évolue : elle n’est que de 1,200 km lors de la première édition[2] (la longueur initialement prévue était pourtant de 2000m[6]). Elle est ensuite rallongée à 3km 500[5] puis finalement ramenée à 3km 200[7].

L’événement est une réussite populaire qui attire une foule importante de spectateurs : une affluence estimée à 12 000 personnes en 1908[2] et 10 000 personnes en 1909 comme en 1911[5],[4] se presse sur les quais de la Loire et dans l’Île Simon. Des épreuves nautiques complémentaires destinées aux sportifs régionaux y sont associées. Les autorités locales accordent leur patronage à la course en présidant aux festivités.

Des prix en objets d’art puis en espèces dotés par le journal organisateur sont distribués aux nageurs professionnels, tandis que des « objets d’art et d’utilité » de moindre valeur et des médailles sont destinés aux amateurs et aux indépendants[8]. La ville offre également une écharpe au vainqueur. Enfin, le général commandant le 9e corps d’armée attribue une médaille au meilleur compétiteur militaire[5].

PalmarèsModifier

Année Nombre de nageurs Vainqueur deuxième troisième quatrième
1908[2] 32 concurrents   Eugène Estrade (19 min)   Bigot   Albert Bougoin   Meneveux
1909 (classement des professionnels)[5] 8 concurrents   Armand Bonnet[9] (30 min 30 s)   Georges Michel   Billy   H. Michel
1909 (classement des amateurs)[5] 14 concurrents   Marguerite (33 min)   Botton   Roucoule   Lemaire
1910 (classement des professionnels)[10] 8 concurrents   Eugène Estrade (25 min 2 s)   Charles Hanouet   Georges Michel   Gasparetti
1910 (classement des amateurs)[10] 17 concurrents   Roger Edouard (27 min 40 s)   Lemaire   Marguerite   Marchand
1911[4] 14 concurrents   Natiez (29 min)   Roger Edouard   Cormier   Botton
1913[7] 18 concurrents   Lambert (28 min)   Jad   Levaillant   Thomas
1924[11] non mentionné   Delors   Alascol   Laborie   Georgeon

Notes et référencesModifier

  1. Le Réveil sportif du centre et de l'ouest, Tours, hebdomadaire, 1908-1910.
  2. a b c et d L’Auto du 23 août 1909 sur Gallica.
  3. L’Auto du 26 juillet 1910 sur Gallica.
  4. a b et c L’Auto du 15 juillet 1911 sur Gallica.
  5. a b c d e et f L’Auto du 23 août 1909 sur Gallica.
  6. L’Auto du 27 août 1908 sur Gallica.
  7. a et b L’Auto du 15 juillet 1913 sur Gallica.
  8. L’Auto du 22 juillet 1910 sur Gallica.
  9. Champion de France de natation.
  10. a et b L’Auto du 1er août 1910 sur Gallica.
  11. L'Auto du 15 juillet 1924 sur Gallica

Articles connexesModifier