The Big Short (livre)

livre de Michael Lewis

Le Casse du siècle, The Big Short
Auteur Michael Lewis
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Finance
Version originale
Langue Anglais
Titre The Big Short: Inside the Doomsday Machine
Éditeur W. W. Norton & Company
Lieu de parution New York
Date de parution 15 mars 2010
Version française
Traducteur Fabrice Pointeau, avec la collaboration de Guy Martinolle
Éditeur Sonatine
Lieu de parution Paris
Date de parution 23 septembre 2010
Nombre de pages 321
ISBN 0-393-07223-1

The Big Short: Inside the Doomsday Machine ou Le Casse du siècle, The Big Short est un livre de Michael Lewis traitant de l'accumulation de la bulle immobilière et des crédits dans les années 2000. Le livre est sorti le et a été édité par W. W. Norton & Company. Il passe 28 semaines sur la liste des best-seller du New York Times.

HistoireModifier

The Big Short décrit plusieurs des acteurs clés dans la création du marché des credit default swap (CDS), qui cherchaient à parier contre les collateralized debt obligations (CDO) et donc qui ont fini par profiter de la crise financière de 2007-2010. Le livre met également en évidence la nature excentrique du type de personne qui parie contre le marché.

L'œuvre suit les gens qui croyaient que la bulle allait éclater, comme Meredith Whitney (en), qui avait prédit la disparition de Citigroup et Bear Stearns ; Steve Eisman (en), un manager de hedge funds qui ne mâche pas ses mots ; Greg Lippmann (en), un trader de la Deutsche Bank ; Eugene Xu, un analyste quantitatif qui a créé le premier marché des CDO en faisant correspondre les acheteurs et les vendeurs ; les fondateurs de Cornwall Capital (en), qui ont créé un fond de couverture dans leur garage avec 110 000 $US qui atteint 120 000 000 $US lorsque le marché s'effondre ; et le Dr Michael Burry, un ex-neurologue qui a créé Scion Capital malgré le fait qu'il souffre de cécité d'un œil et du syndrome d'Asperger[1].

Le livre met également en évidence certaines personnes impliquées dans les plus grosses pertes créées par l'effondrement du marché: comme Merrill et ses 300 millions de dollars de CDO ; Howie Hubler (en), qui a perdu 9 milliards $US en une transaction, la plus grande perte unique dans l'histoire[2]; et l'AIG Financial Products (en) de Joseph Cassano, qui a subi plus de 99 milliards $US de pertes[3].

RéceptionModifier

Le livre a été sélectionné pour le Financial Times and Goldman Sachs Business Book of the Year Award de 2010. Il a passé 28 semaines sur la liste de best-seller du New York Times[4].

Il a également reçu le prix 2011 Robert F. Kennedy Center for Justice and Human Rights du livre décerné chaque année à un auteur qui «le plus fidèlement et avec force reflète les idéaux de Robert Kennedy, sa préoccupation pour les pauvres et les impuissants, sa lutte pour l'honnêteté et la justice impartiale, sa conviction qu'une société décente doit assurer à tous les jeunes une chance équitable, et sa foi qu'une démocratie libre peut agir pour remédier à des disparités de pouvoir et d'opportunités. "[5]

FilmModifier

Paramount Pictures a acquis les droits de The Big Short: Inside the Doomsday Machine en 2013. En , il a été annoncé que Adam McKay dirigerait l'adaptation[6]. Brad Pitt, Christian Bale et Ryan Gosling ont été choisis pour le film. Ce dernier est récompensé par l'Oscar du meilleur scénario adapté à la 88e cérémonie des Oscars en 2016.

RéférencesModifier

Liens externesModifier