Ouvrir le menu principal

Tentative de coup d'État de 2019 au Gabon

Tentative de coup d'État de 2019 au Gabon

Informations générales
Date
Lieu Libreville, Gabon
Issue Échec du coup d'État.
Belligérants
Drapeau du Gabon Gabon
Forces armées gabonaises
Drapeau du Gabon Gabon
« Conseil national de restauration » (Forces armées gabonaises dissidentes)
Commandants
Drapeau : Gabon Ali BongoDrapeau : Gabon Ondo Obiang Kelly (capturé)
Pertes
2 morts
7 prisonniers

Violences post-électorales de 2016 au Gabon

La tentative de coup d'État de 2019 au Gabon fait référence à une tentative ratée de coup d'état par des factions dissidentes des Forces armées gabonaises contre le président Ali Bongo qui a eu lieu le .

ContexteModifier

Le 24 octobre 2018, alors que sont dévoilés les résultats officiels des élections législatives de 2018, largement remportées par le parti au pouvoir, Ali Bongo est hospitalisé à Riyad, en Arabie saoudite, officiellement pour une « fatigue sévère » due à du surmenage. De nombreux journaux de la presse internationale avancent qu'il a été victime d'un accident vasculaire cérébral ou d'un œdème cérébral[1],[2],[3]. Les semaines suivantes voient la propagation dans les médias de débats quant à la nature de la transition politique à mettre en œuvre en cas d'incapacité du chef de l'État[4]. De multiples fausses annonces de son décès se répandent également. La confusion s'accentue avec la diffusion à la télévision d'État d'une présumée intervention de l'ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoué, annonçant la mort du président, une intoxication montée de toutes pièces par le trucage de la voix du diplomate, dont une prise de parole était alors attendue[5]. L’opposant Jean Ping lance pour sa part un appel à reconnaître sa légitimité à la présidence, lors d'une conférence qui est perçue comme un souhait de voir le président destitué[6].

Après son hospitalisation de plus d'un mois à Riyad, Ali Bongo est transféré le 29 novembre 2018 à l'hôpital d’instruction militaire Mohammed V, à Rabat, au Maroc[7]. Dans une vidéo diffusée le 4 décembre par le palais royal marocain, il apparaît aux côtés du roi du Maroc Mohamed VI[8]. Dans cette vidéo, il est filmé uniquement de profil, ce qui ne met pas fin aux spéculations vis-à-vis de son état de santé[9]. Il quitte l’hôpital militaire le 5 décembre pour poursuivre sa convalescence dans une résidence privée à Rabat[10]. Le 8 décembre, en déplacement à Franceville, le vice-président gabonais, Pierre Claver Maganga Moussavou, laisse fortement entendre qu'Ali Bongo a fait un accident vasculaire cérébral[11].

ÉvénementsModifier

Le , le commandant-adjoint de la Garde Républicaine, le lieutenant Ondo Obiang Kelly, prend la tête d'un commando à Libreville, capitale gabonaise, et tente de renverser le régime du président Ali Bongo[12],[13]. Cet événement arrive seulement quelques jours après que le président s'est adressé depuis le Maroc à la population pour la première fois depuis son hospitalisation en Arabie saoudite[14].

En guise de déclenchement du coup, des militaires ont déclaré l'établissement d'un Conseil national de restauration a la télévision nationale. Cependant, Lt. Kelly est arrêté le jour même[14]. Parmi les autres ayant participé au coup est le Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon qui a diffusé l'annonce des militaires sur les réseaux sociaux[15].

Le lendemain, le gouvernement annonce avoir interpellé sept des meneurs du coup et que des interrogatoires sont en cours. Le gouvernement annonce aussi que deux mutins ont été tués[16].

Réactions internationalesModifier

  •   Égypte : Le ministre des Affaires étrangères de l'Égypte Sameh Choukri condamne fortement la tentative de coup d'État[17]
  •   France : Le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré : « Nous condamnons toute tentative de changement de régime extraconstitutionnel. La stabilité du Gabon ne peut être assurée que dans un strict respect des dispositions de sa Constitution »[18].
  •   Afrique du Sud : Le ministère des Relations internationales déclare : « L'Afrique du Sud réaffirme à l'Union africaine le principe du rejet total de tout changement de chef d'état de manière extraconstitutionnelle »[19]
  •   Turquie : Le Ministère des Affaires étrangères turc condamne la tentative de coup d'État : « La Turquie s'oppose à toutes les tentatives de renversement illégal de gouvernements élus démocratiquement »[20]
  •   Nigeria : Le président Muhammadu Buhari a déclaré « Les officiers militaires au Gabon doivent comprendre que l'ère des coups d'État militaires sur des gouvernements en Afrique et dans le monde entier est révolue »[21]

RéférencesModifier

  1. Gabon : victime d’un AVC, Ali Bongo demeure hospitalisé en Arabie saoudite
  2. Etat de santé d’Ali Bongo: les Gabonais toujours dans l’attente d’informations
  3. Gabon, Ali Bongo : AVC, œdème cérébral ou mort ?
  4. Paru sur le Gabon : «Ali Bongo, le début de la fin»
  5. Vidéo : Ali Bongo annoncé mort sur Gabon 24
  6. Gabon : Jean Ping cherche-t-il à destituer Ali Bongo ?
  7. « Gabon : Ali Bongo Ondimba est arrivé au Maroc pour y poursuivre sa convalescence », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 25 décembre 2018)
  8. « Gabon : premières images du président Ali Bongo hospitalisé au Maroc », sur TV5MONDE, (consulté le 25 décembre 2018)
  9. Franck Koffi, « Gabon : la preuve qu'Ali Bongo est... paralysé », sur Afrik.com, (consulté le 25 décembre 2018)
  10. « Maroc : Ali Bongo Ondimba sort de l’hôpital et poursuit sa convalescence à Rabat », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 25 décembre 2018)
  11. « Gabon: le quasi aveu du vice-président sur l’état de santé d’Ali Bongo - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 25 décembre 2018)
  12. « Gabon : qui est le lieutenant Kelly Ondo Obiang, instigateur présumé de la tentative de coup d’État ? », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 8 janvier 2019)
  13. « Gabon, Kelly Ondo Obiang, officier brillant, mais soldat perdu », sur Mondafrique, (consulté le 8 janvier 2019)
  14. a et b « Coup d'État avorté au Gabon: le chef du commando arrêté ».
  15. « Coup d'État avorté au Gabon : sept putschistes arrêtés, deux autres tués ».
  16. « Tentative de coup d’État au Gabon : Internet rétabli, l’interrogatoire des mutins en cours ».
  17. http://www.egypttoday.com/Article/1/63176/Egypt-slams-coup-attempt-in-Gabon
  18. https://beninwebtv.com/2019/01/gabon-putsch-manque-la-reaction-de-la-france/
  19. https://www.yenisafak.com/en/news/south-africa-chad-condemn-coup-attempt-in-gabon-3471109
  20. http://www.trt.net.tr/espanol/turquia/2019/01/08/turquia-condena-la-intentona-de-golpe-de-estado-en-gabon-1121135
  21. http://dailypost.ng/2019/01/08/coup-buhari-reacts-failed-military-takeover-gabon/

Voir aussiModifier