Ouvrir le menu principal

Telegraph Road (chanson)

chanson de Dire Straits
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Telegraph Road.
Telegraph Road

Chanson de Dire Straits
extrait de l'album Love over Gold
Sortie 1982
Durée 14:18
Genre rock, rock progressif
Auteur Mark Knopfler
Compositeur Mark Knopfler
Label Vertigo Records

Telegraph Road est un morceau du groupe britannique Dire Straits écrit par Mark Knopfler. Il est apparu sur l'album Love over Gold sorti en 1982.

Sa durée étant de 14 minutes 18 secondes, il passe rarement sur les radios. Avec ce morceau hors normes, Knopfler se rapproche du rock progressif[1].

Telegraph Road a été joué pour la première fois en concert lors de la tournée australienne Making Movies à Perth, le 22 mars 1981.

Mark Knopfler indique dans une interview en 1993[2] qu'il a eu l'idée de la chanson, courant novembre 1980 alors qu'il roulait sur une portion de la route appelée Telegraph Road près de Détroit, à l'avant d'un bus, en lisant la nouvelle Growth of the Soil du prix nobel norvégien Knut Hamsun[3]. La juxtaposition des deux l'a inspiré pour écrire une métaphore sur les changements liés au développement le long de cette route, et le contraste avec la désillusion liée au chômage[3]

" Cette fresque raconte comment un homme part s'établir dans les contrées nordiques inhospitalières, loin de la révolution industrielle qui est en train de gagner la Norvège. L'intention de départ - travail du sol - mode de vie rude et traditionnel - donne peu à peu naissance à une communauté avant que ce monde isolé ne soit rattrapé par la civilisation et le progrès en marche. C'est exactement le récit de "Telegraph Road", transporté dans le contexte de la colonisation de l’Amérique. "[4]

CompositionModifier

Le morceau commence avec un crescendo très calme qui dure environ deux minutes, avant que le thème principal apparaisse. Après le premier couplet, le thème principal réapparaît, suivi du second couplet. Après un solo de guitare, un pont fait la transition vers une partie de claviers similaire à l'introduction, suivi d'un lent solo de guitare. Suivent deux nouveaux couplets, et le thème est joué une dernière fois, suivi d'un riff de guitare d'environ cinq minutes se terminant par un decrescendo.

Notes et référencesModifier

  1. Le Rock Pour les Nuls, Nicolas Dupuy, Ed. First, 2012 (ISBN 9782754039260)
  2. https://web.archive.org/web/20080625034142/http://www.knopfler.net/telegraph.html
  3. a et b http://www.songfacts.com/detail.php?id=7475
  4. Arnaud Devillard, Dire Straits, L'amérique Fantasmée, Le Mot et le Reste, p. 75-76