Takussan Ndar

Le takussan Ndar est une tradition qui subsiste à Saint-Louis du Sénégal.

ÉtymologieModifier

Takussan (ou tàkkusaan en wolof) est un terme qui désigne le milieu de l'après-midi, plus précisément l'heure à laquelle se fait l'une des prières quotidiennes dans l'islam[1]. Ndar est le nom wolof de Saint-Louis[2].

HistoireModifier

Cette tradition date de l'ère coloniale[3]. À cette époque, tous les après-midi entre dix sept heures et le crépuscule, dans les artères de la ville, régnait une ambiance très riche en couleurs. Des femmes vêtues à la dernière mode convergeaient vers la place Faidherbe, point de ralliement au quotidien. Dans un air de carnaval, regroupées par mbotayes – sorte d'associations constituées de personnes du même age et de même condition –, elles aimaient à s'y rencontraient rivalisant de belles parures et de beaux boubous et exhalant de parfums voluptueux. Vêtues à la dernière mode, elles venaient des différents quartiers de la ville parfois sur des calèches.

Évolution de la traditionModifier

De nos jours, lors de grands événements de l'agenda culturel de la commune tels que le Festival international de Jazz de Saint-Louis, cette tradition est revisitée sous forme de défilés de mode, moment d'exhibition du « patrimoine immatériel » saint-louisien qui n'est pas sans rappeler les signares[4].

Notes et référencesModifier

  1. Geneviève N'Diaye-Corréard, « Takoussane, takusaan, takussaan, takussan», in Les mots du patrimoine : le Sénégal, Archives contemporaines, 2006, p. 516-517 (ISBN 9782914610339)
  2. Abdoul Hadir Aïdara, Saint-Louis du Sénégal d'hier à aujourd'hui, Grandvaux, Brinon-sur-Sauldres, 2004, p. 9 (ISBN 2-909550-43-5)
  3. A. H. Aïdara, « Le takussanu Ndar, défilé des élégantes », in Saint-Louis du Sénégal d'hier à aujourd'hui, op. cit., p. 43
  4. « Takussan Ndar : La riche tradition saint-louisienne revisitée » [1]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier