Ouvrir le menu principal

Une tabula ansata (latin pour « tablette ansée ») est un élément d'architecture et d'ornementation qui consiste en une planche ou un cartouche rectangulaire dont deux côtés sont flanqués d'une queue d'aronde.

Empire romainModifier

Très fréquente dans l'Empire romain, la tabula ansata porte souvent une inscription votive, telles celles du Sanctuaire d'Isis et de Mater Magna à Mayence ou du Tropaeum Traiani en Roumanie.

La tabula ansata peut être une simple gravure en bas-relief ou une sculpture indépendante.

Époques ultérieuresModifier

Des tabulae ansatae sont l'œuvre d'artistes de différentes époques, comme celle qui orne le tombeau de Charles IV du Maine dans la cathédrale du Mans, attribué à Francesco Laurana, ou celle que tient dans sa main gauche la Statue de la Liberté, à New York, et qui porte l'inscription « July 4th 1776 ».

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Cécile Giroire et Daniel Roger, Roman Art from the Louvre, Hudson Hills Press, 2007 (ISBN 1-55595-283-6), p. 109.
  • Michele Piccirillo, « Les mosaïques de la bande de Gaza », in Marc-André Haldimann, Gaza à la croisée des civilisations. Contexte archéologique et historique, Chaman Edition, p. picture[Quoi ?], no 119, 2007 (ISBN 2-9700435-5-6).
  • Lino Rossi, « A Synoptic Outlook of Adamklissi Metopes and Trajan’s Column Frieze: Factual and Fanciful Topics Revisited », in Athenaeum 85, 1997, p. 471-486.
  • Stefan Schepp, « Gehenkelte Schrift. Die Tabula Ansata », in Hans-Joachim Schalles, Marcus Caelius. Tod in der Varusschlacht, Darmstadt, Primus-Verlag, 2009 (ISBN 978-3-89678-808-5), p. 114-117.

Sur les autres projets Wikimedia :