TV Azteca

TV Azteca, S.A.B. de C.V.
logo de TV Azteca

Création 1993
Fondateurs Ricardo Salinas Pliego (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Sociedad Anónima Bursátil de Capital Variable
Slogan La casa de los grandes eventos
Siège social Mexico
Drapeau du Mexique Mexique
Activité Audiovisuel
Produits Télévision et radiodiffusion
Société mère Grupo Salinas
Site web www.tvazteca.com

Televisión Azteca, plus connu sous les noms TV Azteca et Azteca, est un groupe audiovisuel mexicain. Propriétaire des réseaux de télévision Azteca Uno et Azteca 7 ainsi que de la chaîne ADN 40, il est le deuxième plus grand groupe de télévision au Mexique derrière Televisa.

TV Azteca dispose également d'une chaîne au Salvador ainsi que d'une chaîne au Portugal : P.Azteca.

HistoireModifier

En 2002, après l’échec d'un projet de fusion avec CNI Canal 40, le patron de TV Azteca Ricardo Salinas Pliego envoie un commando armée prendre l'antenne de force. Le commando a séquestré plusieurs heures durant les employés et a interrompu la diffusion de la chaine régionale pour retransmettre une chaine du groupe Azteca (Azteca trece)[1].

Selon des câbles diplomatiques émanant de l'ambassade des États-Unis (révélés par Wikileaks), « deux société de télévision dominante dans le pays, Televisa et TV Azteca, qui forment un duopole dans le secteur, continuent d'exercer une influence sur le pouvoir judiciaire, le pouvoir législatif et les organismes de règlementations pour empêcher la concurrence ». La note confidentielle ajoute que « personne ne semble vouloir irriter Televisa ou TV Azteca par peur de perdre des espaces de publicité bon marché à l'heure des grandes audiences »[1].

Une enquête publiée par The Guardian soupçonne Peña Nieto d'avoir versé des plus de 340 millions de pesos à Televisa pour faire la promotion pendant trois ans de sa gestion de l’État, afin de préparer sa campagne présidentielle. En 2012, pendant la campagne présidentielle, le candidat de la gauche Andrés Manuel López Obrador accuse le patron de TV Azteca, Ricardo Salinas Pliego, de « diriger une mafia » exerçant un « blocus de l’information »[1].

Le soir du , en plein durant la pandémie de Covid-19, l'un des présentateurs accuse le gouvernement mexicain de mentir en exagérant les chiffres de l'épidémie, et appelle à ne pas croire le gouvernement et à ne pas respecter les consignes d'hygiène et de confinement. Ces propos en eux-mêmes sont déjà mal reçus par les Mexicains, mais les polémiques redoublent lorsque le lendemain il est découvert qu'ils ne faisaient que suivre la ligne éditoriale fixée par le propriétaire de Grupo Salinas, Ricardo Salinas Pliego, le deuxième homme le plus riche du Mexique (après Carlos Slim Helú), qui risque de voir ses bénéfices diminués à cause des mesures de quarantaine prises dans tout le pays, et à donc intérêt à ce que les Mexicains ne les respectent pas[2],[3],[4].

Données économiquesModifier

TV Azteca est cotée dans l'indice IPC de la Bourse du Mexique. TV Azteca est aussi présente à la Bourse de New York.

En mai 2003, la dette de TV Azteca s'élevait à 425 millions de dollars US.

ProgrammationModifier

TelenovelasModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Benjamin Fernandez, « Au Mexique, la presse au service d’une tyrannie invisible », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2017).
  2. (es) Lau Almaraz, « 'No le crean a López-Gatell', las polémicas palabras de TV Azteca contra el subsecretario de Salud », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 19 avril 2020).
  3. (es) Alejandro Alegría, « Pide TV Azteca no hacer caso a la autoridad sanitaria por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020).
  4. (es) Fernando Camacho Servín, « Migrantes piden boicotear Banco Azteca, tras dichos de Javier Alatorre », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier