Syndrome obstructif urinaire

Un syndrome obstructif urinaire, en urologie, est un syndrome associant le plus souvent une dysurie, pollakiurie, faiblesse du jet, gouttes retardataires et mictions en deux temps, traduisant un obstacle, anatomique ou fonctionnel, à l'écoulement de l'urine au niveau des voies urinaires basses[1],[2].

Il fait partie, avec le syndrome irritatif (pollakiurie, impériosité, brûlures mictionnelles), des deux grands types de syndromes retrouvés à l'interrogatoire en urologie lors du bilan des troubles mictionnels.

Il se présente sous deux formes cliniques différentes :

  • Le syndrome obstructif chronique, pouvant entraîner un résidu post-mictionnel, une dilatation du haut appareil urinaire avec atteinte rénale, une incontinence urinaire permanente.
  • Le syndrome obstructif aigu, qui est la rétention aiguë d'urine, véritable urgence médicale.

Notes et référencesModifier

  1. « Les troubles mictionnels », resmed.univ-rennes1.fr (consulté le 12 mai 2008)
  2. X Cathelineau, Guy Vallancien, « Troubles urinaires de l'adulte », Masson, (ISBN 2294003144), p. 9

Voir aussiModifier