Surface d'aplanissement

Vue des hautes terres kazakhes, qui sont une surface d'aplanissement tectonique (issue d'une surrection). La zone à l'arrière-plan ne présente quasiment plus de reliefs (pénéplaination). Les hautes terres kazakhes sont généralement référencées comme une pénéplaine.

Dans la géologie et la géomorphologie, une surface d'aplanissement est une grande surface aplanie sur laquelle peuvent persister quelques inselbergs. Les processus à l'origine de la formation des surfaces d'aplanissement sont exogènes (principalement issues de l'érosion). Les surfaces d'aplanissement ne sont généralement pas affectées par les variations de lithologies[1]. À l'échelle globale, elles constituent quelques-uns des reliefs les plus courants et peuvent être de six types différents[2] : pénéplaines, pédiplaines, etchplains, surface de cryoplanation, surface d'abrasion marine et surface d'érosion glaciaire[1],[3].

Le terme surface d'aplanissement est souvent préféré par rapport aux autres parce que les processus à l'origine de certains types de surface restent controversés[2].

RéférencesModifier

  1. a et b Piotr Migoń, « Planation surface », dans A.S.Goudie, Encyclopedia of Geomorphology, , 788–792 p.
  2. a et b « planation surface », dans Encyclopedia Britannica (lire en ligne)
  3. Paul Bessin, Evolution g´eomorphologique du Massif armoricain depuis 200 MA : approche Terre-Mer, Université Rennes 1, Université Rennes 1, , 377 p. (lire en ligne)