Ouvrir le menu principal

Supermarina
Création
Dissolution
Pays Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Allégeance Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Type Quartier général
Rôle État-major de la Regia Marina
Garnison Rome, plus tard Santa Rosa (près de Rome)
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Front de l'Ouest
Campagne italienne du front de l'Est
Invasion de la Yougoslavie
Guerre italo-grecque
Campagne d'Afrique du Nord
Campagne de la Méditerranée
Commandant historique Odoardo Somigli
Inigo Campioni
Luigi Sansonetti (en)

La Supermarina était le quartier général de la marine royale italienne créée le , juste avant l’entrée de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale.

HistoriqueModifier

Le projet de centralisation du contrôle des opérations navales a débuté en novembre 1934[1]. Le quartier général de la Supermarina à Lungotevere Flaminio, à Rome, a été achevé en 1938 et inauguré par Benito Mussolini le 14 octobre[1]. Lorsque la capitale fut déclarée ville ouverte, en 1943, la Supermarina s'installa à Santa Rosa, sur la Via Cassia, à environ 20 km de Rome. Le siège de Santa Rosa reste le siège du commandant en chef de la flotte navale (CINCNAV).

Du au , la Supermarina supervisa toutes les opérations navales italiennes menées dans le cadre de la bataille de la Méditerranée, de la mer Rouge et des missions océaniques. Le chef de la Supermarina aurait dû être le chef d’état-major de la marine, le commandant de facto étant le chef d’état-major adjoint. Au début de la guerre, l'amiral Domenico Cavagnari était à la tête de l'état-major de la marine et l'amiral Odoardo Somigli à la tête de la Supermarina. Le , Cavagnari est remplacé par l'amiral Arturo Riccardi et l'amiral Inigo Campioni devient chef d'état-major adjoint. En juillet 1941, l'amiral Luigi Sansonetti (en) devint chef d'état-major adjoint. La Supermarina était divisé en plusieurs sections responsables de fonctions telles que le décryptage, les mouvements stratégiques et les communications.

Les ordres passés par la Supermarina aux unités étaient prises selon le Comando Supremo. Le commandant d'un escadron de combat italien avait peu de pouvoir discrétionnaire pour déroger aux ordres reçus de la Supermarina et, lorsque les circonstances changeaient, il devait attendre les nouvelles instructions du quartier général[1],[2]. En 1940, en raison de nombreux problèmes, la Supermarina accorda plus de discrétion aux commandants en matière de tactique tout en maintenant l'ordre strict de ne pas engager de forces ennemies supérieures, ce qui restreint l'initiative des commandants afin d'éviter des pertes impossibles à remplacer[1].

Après le , la Supermarina ordonna l'exécution des clauses de l'armistice de Cassibile, le transfert de tous les navires en état de naviguer dans des ports contrôlés par les Alliés et le sabordage ou le sabotage des navires en incapacité de se déplacer afin d'éviter leur capture par les Allemands. Elle cessa ensuite ses activités le suite à la capture de Rome par les Allemands.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (it) Giorgio Giorgerini, La guerra italiana sul mare: la marina tra vittoria e sconfitta: 1940–1943, Milano, 1st, coll. « Oscar storia No. 281 », , 113–115 p. (ISBN 978-88-04-50150-3)
  2. (it) Paolo Pavolini, 1943, la caduta del fascismo: Badoglio & C strateghi della disfatta, vol. I, Milano, Fabbri, , 30–31 p. (OCLC 955866127)

BibliographieModifier

  • A. Bragadin, The Italian Navy in World War II, Annapolis, MD, English trans., (ISBN 0-87021-327-X)