Superfécondation

La superfécondation est la fécondation de deux ovules ou plus par des spermatozoïdes issus de deux rapports sexuels distincts[1]. Si les deux rapports sexuels fécondants ont eu lieu avec deux mâles distincts, on parle de superfécondation hétéro-parentale.

Chez l'humain, la superfécondation concernerait une naissance de jumeaux dizygotes sur 12[2],[3]. La superfécondation hétéro-parentale concernerait une paire de jumeaux sur 400[2](seul ce dernier chiffre est avéré). La naissance d’une paire sur 13 000 est un nombre considéré de nos jours comme erroné puisque la fréquence semble avoir été sous-estimée par un facteur de 30. Dans les faits seuls dix-neuf cas ont été rapportés dans la littérature médicale, le phénomène nécessitant généralement un test de paternité pour être attesté[4]; le premier cas documenté remonte à 1810 après qu'une femme a donné naissance à deux jumeaux l'un noir et l'autre blanc[4].

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « superfécondation », sur dictionnaire.academie-medecine.fr (consulté le )
  2. a et b (en) W. H. James, « The Incidence of Superfecundation and of Double Paternity in the General Population », Acta geneticae medicae et gemellologiae: twin research, vol. 42, nos 3-4,‎ , p. 257–262 (ISSN 0001-5660 et 2059-6324, DOI 10.1017/S0001566000003263, lire en ligne, consulté le )
  3. Florian Gouthière, « Des jumeaux nés de pères différents, est-ce fréquent ? », sur www.Allodocteurs.fr,
  4. a et b Marc Gozlan, « Quand des jumeaux n’ont pas le même père », sur lemonde.fr - Réalités biomédicales, .