Spina helicis

Spina helicis
Gray905.png
Surface du crâne du cartilage de l'oreille droite.
Identifiants
Nom latin
spina helicis
TA98
A15.3.01.007Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
952Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
61027Voir et modifier les données sur Wikidata
Référence anatomique Gray
Sujet
229
Page
1034

La spina helicis ou épine de l'hélice est une saillie située à la partie antérieure de l'hélice du pavillon de l'oreille sur laquelle s'insère le ligament auriculaire. Elle forme avec le tubercule de Darwin (saillie à la partie supéro-postérieure de l'hélice) des structures vestigiales qui rappellent l'atavisme de mammifère chez l'homme. La plupart des mammifères possèdent trois muscles auriculaires qui impriment au pavillon de l'oreille des mouvements volontaires plus ou moins étendus, leur permettant de mieux entendre les bruits propres à les avertir de l'approche de leur proie ou de leur prédateur. Chez l'homme, ces muscles ont conservé leurs insertions (notamment celle de l'épine de l'hélice) et leurs connexions, mais ont cessé d'être fonctionnels. Cependant quelques individus peuvent parvenir à contracter les muscles auriculaires non rudimentaires[1].

Notes et référencesModifier

  1. (en) J. H. Bair, « Development of voluntary control », Psychological Review, vol. 8, no 5,‎ , p. 474-510 (DOI 10.1037/h0074157)