Son Myung-soon

femme politique sud-coréenne

Son Myung-soon
Son Myung-soon dans les années 1950.
Son Myung-soon dans les années 1950.
Première dame de la Corée du Sud
 – 
Prédécesseur Kim Ok-suk
Successeur Lee Hee-ho
Biographie
Date de naissance 29 janvier 1929
Lieu de naissance Shinryū-yū, Kinkai-gun, Keishōnan-dō, Corée sous occupation japonaise
correspond aujourd'hui à Gimhae, Gyeongsang du Sud, Corée du Sud
Conjoint Kim Young-sam
Université Université nationale de Séoul

Son Myung-soon
Hangeul 손명순
Hanja 孫命順
Romanisation révisée Son Myeong-sun
McCune-Reischauer Son Myŏngsun

Son Myung-soon (en hangeul 손명순), née le en Corée sous occupation japonaise, est une femme politique sud-coréenne, ainsi que la première dame de Corée du Sud de 1993 à 1998, en tant que femme du président Kim Young-sam.

BiographieModifier

Jeunesse et éducationModifier

Son Myung-soon naît le à Keishōnan-dō, en Corée sous occupation japonaise. Son père, Son Sang-ho, un industriel, est le directeur de la plus grande usine de caoutchouc de la région, et sa mère, Kim Geun-yi, décède en 1935[1]. Elle est diplômée du lycée de Masan, la ville où elle a grandi[2].

Son Myung-soon effectue des études de pharmacie à l'université pour femmes Ewha[3]. Il était à l'époque interdit pour les étudiantes coréennes de se marier pendant leurs études et d'être enceinte, Son Myung-soon a donc en conséquence caché son mariage à Kim Young-sam, ainsi que sa première grossesse, le temps d'obtenir son diplôme[3].

Première Dame de Corée du SudModifier

Son Myung-soon, en tant que Première Dame de Corée du Sud, reste relativement discrète, véhiculant une vision d'un rôle traditionnel de la femme coréenne. Elle aide à l'entretien et à la cuisine de la Maison Bleue, et prépare régulièrement à manger pour les invités de son mari[4]. Elle aide également à améliorer les conditions de travail des employés de la Maison Bleue, en leur faisant notamment construire salle de repos et restaurants[5].

Lors de la cérémonie d'inauguration de son mari, Son Myung-soon s'habille de manière sobre, désirant montrer une image sobre au peuple coréen, afin de contraster avec Lee Soon-ja, la femme de l'ancien président et dictateur militaire Chun Doo-hwan, peu appréciée car s'habillant de manière très extravagante et onéreuse[6]. Bien qu'appréciant porter des hanboks et des couleurs vives, elle porte régulièrement des tailleurs de style européens de couleurs sombres, notamment après la crise économique asiatique de 1997, afin de ne pas être accusée d'extravagance par le peuple coréen[7].

Après la présidence et postéritéModifier

En tant que veuve de l'ancien président Kim Young-sam, Son Myung-soon reste sollicitée lors d'évènements nationaux. Le premier ministre Lee Nak-yon lui rend par exemple visite lors de sa prise de fonction, pour s'entretenir avec elle, tout en se remémorant de bons moments passés sous la présidence de son mari[4].

Elle survit à son mari, décédé le 22 novembre 2015, et tient une place d'honneur lors de ses funérailles d'état[8],[9]. Elle continue à vivre dans la maison qu'elle partageait avec son mari à Séoul jusqu'en 2017[10]. En tant que veuve de chef d'état coréen, elle reçoit une pension du gouvernement[11].

Avec le recul, elle est considérée par les observateurs comme une première dame très discrète et passive, retenue principalement comme une hôtesse de la Maison Bleue[2],[12]. Les analystes politiques attribuent ce fait principalement aux extravagances de Lee Soon-ja, très mal reçues par les coréens, qui forcent les premières dames suivantes dans un rôle plus discret[2]. Elle reste majoritairement peu connue du peuple coréen, ce dernier n'ayant d'elle ni d'opinions négatives ou positives[13],[12].

Vie personnelleModifier

Elle épouse Kim Young-sam en 1951, alors qu'elle effectue encore ses études à l'université Ewha[3]. Elle a cinq enfants avec ce dernier, dont un, Kim Hyeon-cheol, est impliqué dans le scandale Hanbo (en), une affaire de corruption ayant touché la Corée du Sud à la fin des années 1990[2].

En 2011, elle renouvelle ses vœux à Kim Young-sam, pour leurs 60 ans de mariage[14].

Notes et référencesModifier

  1. Guk-geon 2007, p. 167
  2. a b c et d (ko) Kim Hee-young, « 존경받는 대통령 “마누라 하기 나름” 세월따라, 남편따라 역대 영부인 백인백색 », sur Ilyosisa,‎ (consulté le )
  3. a b et c (en) Claire Lee, « South Korean college students now allowed to get pregnant », sur The Korea Herald, (consulté le )
  4. a et b (en) Yonhap, « New prime minister visits political elders », sur The Korea Herald, (consulté le )
  5. (ko) Kang Kyeong-ji, « '내조의 여왕'은 누구?…영부인 내조 스타일 비교 », sur Newsis (en),‎ (consulté le )
  6. (en) Park Soo-mee, « First ladies: On fashion’s front line », sur JoongAng Daily, (consulté le )
  7. (en) Choi Ja-young, « Korea’s first ladies and their signature styles », sur JoongAng Daily, (consulté le )
  8. (en) Song Sang-ho, « Ex-President Kim dies at 87 », sur The Korea Herald, (consulté le )
  9. (en) Cho Chung-un, « Korea says goodbye to Kim YS », sur The Korea Herald, (consulté le )
  10. (en) « Ex-President Kim Yong-sam’s residence », sur Dong-a Ilbo, (consulté le )
  11. (en) Yoon Ja-young, « Moon only living president to receive monthly pension of 14 million won after retirement », sur The Korea Times, (consulté le )
  12. a et b (ko) Park Soo-won, « 대통령의 최측근 참모이자 감시자'베갯속' 내조에서 '활동적' 내조까지 », sur OhmyNews,‎ (consulté le )
  13. (ko) Park Seon-young, « 한국인이 가장 좋아하는 영부인은 이희호 여사 », sur Hankook Ilbo,‎ (consulté le )
  14. (ko) Kim Na-rae, « 김영삼 前 대통령-손명순 여사 회혼식 », sur Kookmin Ilbo (en),‎ (consulté le )

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (ko) Song Guk-geon, 도대체 청와대 에선 무슨 일 이? [« Que se passe t-il dans la Maison Bleue ? »],‎ , 424 p. (ISBN 9788990795427).  

Liens externesModifier