Société de la guillotine

La Société de la Guillotine (ギロチン社?) est une société secrète anarchiste violente créée à Osaka en 1922.

HistoireModifier

La Société de la Guillotine a été fondée par des disciples de Sakae Ôsugi, grande figure de l’anarchisme au Japon, après que leurs plans pour tuer le Prince de Galles en visite sur l’archipel ont échoué. Leur grand projet est l’assassinat du prince héritier japonais, Hirohito[1]. Ces anarchistes sont notamment influencés par les écrits du philosophe français Georges Sorel[2].

En 1923, dans le désordre qui suit le grand tremblement de terre de Tokyo, Osugi Sakae et Ito Noe sont assassinés par la gendarmerie (Kempeitai), et les membres de la Société de la Guillotine vont entreprendre de les venger[3].

En octobre 1923, ils (notamment Nakahama Tetsu et Furuta Daijirô) dévalisent une banque à Osaka pour se procurer des fonds, et ils tuent un des employés. Huit personnes sont arrêtées[4]. Tanaka Yûnoshin assassine le frère du capitaine Amakasu, l’assasin d’Ôsugi Sakae et Itô Noe, et, en septembre 1924, Wada Kyûtarô tente de tuer avec une arme à feu, mais elle s’enraye, l’ancien lieutenant-général, Fukuda Masataro, qu’ils considèrent comme le premier responsable de la mort de leur maitre[5]. Ils essayent rapidement de le tuer une seconde fois: Genjirô Muraki et Furuta posent une bombe à la maison du haut-gradé, mais il est alors absent[6]. En 1924 également, Tetsu Nakahama et des complices attaquent le président de Kanebo Co. et ils sont arrêtés[7].

Nakahama, Furuta et Nanba Daisuke sont condamnés à la peine de mort et exécutés, et Wada se suicide en 1928.

PostéritéModifier

En 2018, Takahisa Zeze a réalisé le film Le Chrysanthème et la Guillotine (ja), en s'inspirant notamment de l'histoire des membres de la Société de la guillotine[8].

Notes et référencesModifier

  1. C. Tsuzuki, "KOTOKU, OSUGI, AND JAPANESE ANARCHISM", Hitotsubashi Journal of Social Studies 3, no. 1 (3) (1966): 30-42, p. 42.
  2. (ja) T. Fujii, On the Margin of Zoku-waga-bungaku-hanseiki : Kan Eguchi, Georges Sorel, and Ropshin, Japanese Literature 54,1 ( 2005) (Special Issue: Violence and Literature), p. 48-60.
  3. P. Pelletier, Ôsugi Sakae, Une Quintessence de l'anarchisme au Japon, Ebisu 28 (2002), p. 93-118, p. 94; DOI : https://doi.org/10.3406/ebisu.2002.1269.
  4. S. Filler, CHAOS FROM ORDER: ANARCHY AND ANARCHISM IN MODERN JAPANESE FICTION, 1900-1930 (Thèse de doctorat (Ohio State University), 2005), disponible en ligne, p, 145-146
  5. R. Komatsu (trad par A. Nanta), Un Retour sur le parcours du mouvement anarchiste au Japon, Ebisu 28 (2002), p. 49-60; DOI : https://doi.org/10.3406/ebisu.2002.1266.
  6. J. Crump, The Anarchist Movement in Japan, 1906–1996 (1996) (Version electronique, 1998).
  7. The Anarchist Encyclopedia (2006), version archivée en 2007.
  8. Voir la critique de M. Schilling, ‘The Chrysanthemum and the Guillotine’: A sumo subplot stands out in a crowded film, The Japan Times (10 juillet 2018).