Shaptahik 2000

Shaptahik 2000
Pays Bangladesh
Langue Bengali
Périodicité hebdomadaire
Fondateur Shahadat Chowdhury
Date de fondation 1998
Éditeur Transcom Group
Ville d’édition Dacca

Site web Site du magazine

Shaptahik 2000 était un magazine en bengali qui a été publié chaque semaine de 1998 à 2014. Le magazine a été publié par Mediaworld Ltd, une entreprise du Groupe Transcom du Bangladesh[1],[2].

HistoireModifier

Shaptahik 2000 a été créé en 1998. Son rédacteur en chef fondateur était Shahadat Chowdhury. L'éditeur du magazine était Mahfuz Anam, le rédacteur en chef du Daily Star[3]. Le , Shumi Khan, correspondant du magazine à Chittagong, a reçu des menaces de Jamaat-e-Islami Bangladesh, recevant une lettre qui disait : « Si vous écrivez quoi que ce soit sur Jamaat-e-Islami de Satkania (un sous-district de Chittagong) à partir de maintenant, nous allons vous tuer ». Cette menace a été émise après que Shumi ait écrit un article accusant Shahjahan Chowdhury, un député de la Jamaat, de soutenir le terrorisme[4].

En 2007, le magazine a publié un article autobiographique de Daud Haider (en), un écrivain bangladais exilé en 1973 pour avoir critiqué l'Islam. Le magazine, son rédacteur en chef, Golam Mortuza, et son éditeur, Mahfuz Anam, ont été poursuivis en justice par Mohammad Reza, un responsable administratif de l'université islamique Al Jamia Al Islamia pour la publication de l'article de Daud Haider[5],[6]. Le gouvernement du Bangladesh a confisqué tous les exemplaires du numéro, Daud Haider ayant écrit au rédacteur en chef du magazine pour lui présenter des excuses publiques[7],[8]. Le ministre de l'Intérieur Abdul Karim a critiqué la publication de l'article par le magazine[9].

Moinul Ahsan Saber (en), rédacteur en chef du magazine, a annoncé que le magazine serait arrêté après le . La décision de fermer le magazine a été prise par l'éditeur, Mahfuz Anam, en raison de la baisse des revenus[3]. Monjur Shams, rédacteur en chef adjoint de Saptahik 2000, a déclaré : « L'éditeur du magazine nous a dit qu'ils ne pouvaient pas continuer à s'inquiéter »[3].

Depuis sa création, le magazine a acquis une position de leader dans les domaines respectifs grâce à une couverture de l'actualité « authentique, sincère et approfondie »[3].

RéférencesModifier

  1. « Shaptahik 2000 », sur etradelisting.com (consulté le )
  2. (en) « Shaptahik 2000, Anandadhara celebrate 12th anniversary », sur archive.thedailystar.net, The Daily Star, (consulté le )
  3. a b c et d « Shaptahik 2000 closed after 17 years », sur Dhaka Tribune, (consulté le )
  4. (en) « Death threats made against at least five journalists within one week | Reporters without borders », sur RSF, (consulté le )
  5. « Shaptahik 2000 editor, publisher, writer sued », sur bdnews24.com (consulté le )
  6. (en) « Case filed against Shaptahik 2000 editor, publisher, writer in Ctg », The Daily Star,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. (en-GB) « Violence over Bangladesh cartoon », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) House, Committee on Foreign Affairs, and Senate, Committee on Foreign Relations, Country Reports on Human Rights Practices for 2007, Government Printing Office, (ISBN 978-0-16-081399-3, lire en ligne), p. 2165
  9. (en) « Eid issue of Shaptahik 2000 banned », sur bdnews24.com, BD News 24, (consulté le )