Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salamanca.
Salamanca
Description de cette image, également commentée ci-après
La Salamanca.
Identification
Exploitant(s) Middleton Railway
Type locomotive à vapeur
Concepteur John Blenkinsop
Constructeur(s) Matthew Murray
Nombre 4
Service commercial 1812 - 1834
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux o*o
Voie crémaillère ext.
Écartement 1 245 mm
Pression de la chaudière 0,38 MPa
 Cylindres 2
 Alésage × course 203 * 610 mm
Puissance continue 3,7 kW
Ø roues motrices 965 mm
Ø roues porteuses 914 mm
Masse en service 5 t
Vitesse maximale 5,5 / 16 km/h

Coupe et vue de face d'une ancienne version de la locomotive de Blenkinsop. On note quelques écarts avec la vraie Salamanca tels que le calage des bielles.

La Salamanca fut la première locomotive à vapeur exploitée commercialement avec succès. Elle a été construite en 1812 pour le Middleton Railway qui reliait les houillères de Middleton à Leeds. Ce fut aussi la première locomotive motorisée par deux cylindres. Son nom commémore la bataille de Salamanque que la Grande-Bretagne venait de remporter.

John Blenkinsop, gestionnaire aux houillères de Middelton, pensait à utiliser la traction à vapeur — utilisant le charbon disponible sur place — plutôt que la traction hippomobile pour le transport du charbon jusqu'à Leeds. Suite aux déboires de Richard Trevithick avec la Pen-y-Darren, il conçut une machine légère, ce qui posa des problèmes de motricité par manque d'adhérence. Il inventa pour y remédier un système d'entraînement par crémaillère qu'il breveta le .

Il réussit à convaincre le propriétaire de la mine de faire construire sa locomotive par l'ingénieur Matthew Murray (1765-1826)[1] de Holbeck. Un prototype, la Prince Regent, est entré en action le , puis la Salamanca suivit le . La crémaillère est située à l'extérieur de la voie de 1 245 mm[2] à rails saillants en fonte. La locomotive est propulsée par une roue dentée (Ø 965, 20 dents) située sur le côté de la machine entre les roues porteuses. Elle est entraînée par deux cylindres verticaux de 8" x 24" (203 mm x 610 mm)[3] implantés en partie dans la chaudière à tube-foyer central. Celle-ci, réalisée en fonte, est de section ovale, allongée en hauteur. Chaque piston entraîne par l'intermédiaire de bielles verticales un arbre doté d'un pignon central (30 dents) qui transmet le mouvement à l'axe de la roue dentée avec démultiplication (pignon 60 dents). Les bielles avant et arrière sont calées à 90 degrés pour faciliter le démarrage. La souplesse du châssis en bois faisait office de suspension.

Elle évoluait à 16 km/h peu chargée et à 5,5 km/h en tractant 100 tonnes (30 wagons)[4].

Aquarelle de Gorge Walker représentant en 1814 un train aux houillères de Middleton.

Deux machines similaires furent construites notamment pour les houillères de Willington[5] : la Lord Wellington ou Marquis Wellesley, le , et la Marquis de Wellington le . Une locomotive a été détruite par une explosion de chaudière en 1818[6] mais cette série a pu être utilisée jusqu'à ce qu'une deuxième explosion de chaudière, le , mette fin à cette première expérience ferroviaire. On savait à cette date que le recours à la crémaillère pouvait être limité aux fortes pentes.

Notes et référencesModifier

  1. Société Fenton, Murray & Wood basée à Water Lane, Leeds.
  2. d'après W. B. Paley dans The locomotive de mars 1910. Il dit aussi que les rails étaient en bois recouvert alors qu'ils étaient en fonte.
  3. Chapman Frederick Dendy Marshall (1953) A history of railway locomotives down to the end of the year 1831 ; d'autres sources donnent 20" et 22".
  4. Dans le Monthly Magazine de , Blenkinsop écrit : The engine used on the rail-road at Leeds is four horses power, being the most powerfull one used at present, and is so constructed that by operating aid of the cranks (fixed at right angle) it puts in motion a cogged wheel, acting in teeth cast on one side of the rail-road itself on a separate rack, by which a considerable propelling power is given to the machine; a power so considerable that when the carriage is lightly loaded it travels at the rate of 10 miles an hour, but when loaded with 3 coal-waggons, which is frequenly the case, each weighing 3½ tons, it is propelled on a dead level at the rate of 3½ miles an hour.
  5. Noter l'amalgame entre les noms de Willington et de Wellington.
  6. Yorkshire Indexers: Middleton Wagonway.