Sénologie

La sénologie, appelée aussi mastologie, est l'étude de la structure, du fonctionnement et des maladies du sein[1]. Dans la pratique, le terme sénologie est plus souvent utilisé pour désigner l'ensemble des techniques d'exploration du sein, et en particulier les techniques d'imagerie médicale[2], bien qu'il soit aussi utilisé dans son sens originel[3]. Cette spécialité médicale s'adresse à divers professionnels : radiologues, oncologues, immunologues, biologistes, chirurgiens, les équipes la pratiquant étant pluridisciplinaires[4].

Imagerie médicale radiographiqueModifier

MammographieModifier

TomosynthèseModifier

XéromammographieModifier

Cette technique, tout comme la mammographie, met en œuvre des rayons X, mais le film est remplacé par une plaque d'aluminium recouverte d'une couche de sélénium ionisé[5]. Inventée dans les années 1960, elle s'est révélée peu efficace pour détecter les carcinomes lobulaires in situ[6].

GalactographieModifier

IRMModifier

Cette technique a une plus grande sensibilité dans le cas de cancers infiltrants[7], et présente selon les cas une spécificité jugée moindre ou analogue à la mammographie (de 37 à 97 %)[8] , mais supérieure à l'échographie[7].

ÉchographieModifier

En sénologie, l'échographie est utilisée aussi bien à titre diagnostic que dans le cadre de dépistage du cancer du sein[9].

ScintimammographieModifier

La scintimammographie est une technique exploratoire de deuxième intention, utilisée uniquement dans un but diagnostic. Elle permet de détecter des cellules cancéreuses dans les seins de certaines femmes qui ont eu des mammographies ou échographies anormales, ou chez celles présentant des tissus mammaires denses, des tissus cicatriciels postopératoires ou des implants mammaires[10].

Sénologie interventionnelleModifier

Ces techniques incluent les biopsies et les cytoponctions[11].

RéférencesModifier

  1. https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-mastologie-13595/
  2. « Cours de DES : Sénologie 2.0 2.0 », sur jfr.radiologie.fr.
  3. Marc Espié, « La sénologie de demain ! », La lettre du sénologue, nos 83-84,‎ (lire en ligne).
  4. Rouëssé 2013.
  5. CISMeF, « Xéromammographie », sur www.chu-rouen.fr (consulté le 11 octobre 2020)
  6. (en) Don M. Morris, Alonzo P. Walker et Donald C. Coker, « Lack of efficacy of xeromammography in preoperatively detecting lobular carcinoma in situ of the breast », Breast Cancer Research and Treatment, vol. 1, no 4,‎ , p. 365–368 (ISSN 1573-7217, DOI 10.1007/BF01806752, lire en ligne, consulté le 11 octobre 2020)
  7. a et b Tardivon et al. (2014), p. 429.
  8. (en) Christopher P. Goscin, Claudia G. Berman et Robert A. Clark, « Magnetic Resonance Imaging of the Breast », sur Medscape, (consulté le 11 octobre 2020)
  9. (en) A. Thomas Stavros, Breast Ultrasound, Lippincott Williams & Wilkins, (ISBN 978-0-397-51624-7, lire en ligne), p. 1
  10. « Scintimammographie - Société canadienne du cancer », sur www.cancer.ca (consulté le 11 octobre 2020)
  11. Tardivon et al. (2014), p. 413.

BibliographieModifier