Sédentarité

mode de vie caractérisé par une faible mobilité
(Redirigé depuis Sédentaires)

En anthropologie culturelle, la sédentarité est le fait de vivre au même endroit pendant une longue période. Actuellement, la majorité des gens appartiennent à des cultures sédentaires. En archéologie et en sociobiologie, la sédentarité prend un sens légèrement différent, s'appliquant souvent au passage d'une société nomade à un mode de vie impliquant de rester en permanence au même endroit. Essentiellement, la sédentarité signifie vivre en groupe en permanence dans un même lieu[1]. L'invention de l'agriculture a conduit à la sédentarité dans de nombreux cas, bien que les premiers peuplements sédentaires remontent à une période pré-agricole.

En écologie, ce terme peut désigner des organismes vivants libres (non fixés) se déplaçant peu ou pas (généralement des animaux benthiques rampants ou marcheurs tels que les Echinodermes — étoiles de mer, oursins, etc. —, les Gastéropodes — littorines, limaces de mer, escargots de mer et de roche), de nombreux annélides, des Crustacés — langoustines, homards)[2]. Il peut également s'appliquer à des espèces qui ne migrent pas (l'élevage d'animaux domestiques s'apparentant à une sédentarisation forcée).

En sociologie et dans le domaine de la santé, la sédentarité est caractérisée par une position assise la plus grande partie de la journée. Ce mode de vie, caractéristique des civilisations modernes, est nuisible à la santé physique (facteur aggravant de l'obésité, de la fatigueetc.) et psychique (dépression, trouble du comportement alimentaireetc.).

AnthropologieModifier

Chez l'être humain, d'un point de vue culturel et historique, lorsque cette expression se rapporte aux peuples, elle s'oppose à la notion de nomadisme et désigne les populations ayant un habitat fixe. L'apparition de ce mode de vie, la sédentarisation, s'est caractérisée chez les humains, il y a environ 10 000 ans (au Néolithique), par une diminution progressive de l'importance de la chasse, de la cueillette et de la pêche au profit de la production de nourriture par l'agriculture et l'élevage.

SociologieModifier

Une étude de l'ANSES en 2020 révèle que « 95 % de la population française adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis »[3]. Les femmes sont plus exposées que les hommes à un manque d’activité physique[3]. Plus d’un tiers des adultes français cumule un haut niveau de sédentarité et une activité physique insuffisante. En conséquence, ils sont plus exposés au risque d’hypertension ou d’obésité et ont un taux de mortalité et de morbidité plus élevés causés par des maladies cardiovasculaires et certains cancers[3].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • J. Henson, T. Yates, S. J. H. Biddle, C. L. Edwardson, K. Khunti, E. G. Wilmot, L. J. Gray, T. Gorely, M. A. Nimmo, M. J. Davies ; Associations of objectively measured sedentary behaviour and physical activity with markers of cardiometabolic health ; Diabetologia ; , volume 56, chap. 5 (résumé)
  • (en) « Systematic review of sedentary behaviour and health indicators in school-aged children and youth », International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity,‎ (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Kris Hirst, Sedentism
  2. Jean Collignon, Écologie et biologie marines, Masson, , p. 150
  3. a b et c « Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique », sur ANSES, (consulté le )