Ouvrir le menu principal

Rue Saint-Séverin

voie parisienne
Ne doit pas être confondu avec Rue Saint-Séverin (Liège).

5e arrt
Rue Saint-Séverin
Image illustrative de l’article Rue Saint-Séverin
La rue Saint-Séverin vue de la rue Saint-Jacques.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Début 12, rue Saint-Jacques et 18, rue du Petit-Pont
Fin 3, boulevard Saint-Michel
Morphologie
Longueur 170 m
Largeur 10 à 12 m
Historique
Dénomination 2 mars 1864
Géocodification
Ville de Paris 8984
DGI 8760

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Saint-Séverin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Saint-Séverin est une voie ancienne du 5e arrondissement de Paris.

Origine du nomModifier

Elle doit son nom au fait qu’elle longe l’église Saint-Séverin.

HistoriqueModifier

Elle fut élargie en 1678 sous Louis XIV[1].

Vers 1280-1300, elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, par Guillot de Paris, sous la forme « rue Saint-Sevring ».

Au XIVe siècle, la quasi totalité de la rue appartenait au Chapitre de Notre-Dame de Paris[2].

La partie comprise entre la rue de la Harpe et la rue Saint-Jacques est l’une des plus anciennes voies de Paris. Elle a été appelée « rue Colin-Pochet » au XVIe siècle. La rue est prolongée jusqu'au boulevard Saint-Michel dans les années 1850 à l'emplacement de la rue Mâcon.

La rue est la plus ancienne rue piétonne de Paris fermée à la circulation en 1972[3].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • En 1726 se trouvait dans cette rue un libraire-imprimeur du nom d'Alexis Xavier René Mesnier à l'enseigne au Soleil d'Or, il avait également boutique au palais, grande salle[4].
  • Au début de la rue, à l'angle de la rue Saint-Jacques, se trouvait autrefois la fontaine Saint-Séverin, construite en 1625 par le sculpteur Augustin Guillain, puis refaite à l'identique par Jean Beausire en 1685.
  • No 4 : maison ancienne dont l'inscription du nom de la rue « Saint » fut grattée à la Révolution.
  • No 4 bis : l'inscription gravée à la droite de l'entrée mentionne qu'il s'agit de l'ex-cul-de-sac « Salembrière » (ou « Sallembrière » actuellement impasse Salembrière comme indiqué par l'inscription figurant sur le mur), datant de la première moitié du XIIIe siècle, sous le règne de Louis IX, et portait alors le nom de « Saille-en-Bien » (« Vicus salientis in bonum »). À cette époque, elle était maintenue fermée par une grille.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • No 7 : maison du XVIIe siècle. Dans les caves voûtées, dancing Le Saint.
  • No 8 : porte basse et étroite datant du XVIe siècle donnant sur une petite impasse.
  • Nos 9-11 : maisons du XVIIe siècle.
  • No 13 : emplacement d'une auberge à l'enseigne du Cheval Blanc au (sa). Sur la façade, au premier étage, une enseigne du XVIIIe siècle, Au signe de la Croix, représente un cygne enroulant son cou autour d'une croix. La boutique de Claude Valentin, libraire-imprimeur y était installée.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • No 16 : ancien emplacement de la librairie Le Pont traversé.
  • No 20 : anciennes maisons ayant abrité des auberges et des rôtisseries.
  • No 22 : cette maison fait partie des plus étroites de Paris, avec deux fenêtres par étage. Logement hypothétique de l'abbé Antoine François Prévost, auteur de Manon Lescaut.
  • No 24 : maison Viault construite en 1768 pour Simon Viault, gentilhomme du duc d'Orléans[Lequel ?]. Une plaque du XVIIIe siècle de la compagnie d'assurance est visible sur la façade.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • No 26 : inscription ancienne du patronyme de la rue dont les lettres « Saint » furent grattées pendant la Révolution.
  • No 34 : hôtel particulier de la fin du XVIIe siècle, porte cochère à deux battants avec une boutique à droite, deux fenêtres sur trois étages plus combles, cour pavée avec sculptures, escalier à droite avec rampe en fer forgé, poutres apparentes et mascarons.
  • No 36 : maison existant déjà en 1660, il y avait en ces lieux une auberge à l'enseigne de L'Étoile.

Emplacements non définisModifier

  • En 1743, adresse du libraire-imprimeur Vincent[5].

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 483-484.
  2. Robert Gane, Claudine Billot, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle, Université de Saint-Étienne, 1999, p.71.
  3. « La première rue piétonne », sur archives.angers.fr (consulté le 29 juin 2018).
  4. Dom Beuanier religieux bénédictin, Recueil historique, chronologique et topographique des archevchez, evêchez, abbayes et prieurz de France…, t. II, Paris, 1726.
  5. Il vendait le Dictionnaire universel français-latin, son nom figurant sur la première page de l'ouvrage avec d'autres de la rue Saint-Jacques et quai des Augustins.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Lien externeModifier