Rue Dussoubs

rue de Paris, France

2e arrt
Rue Dussoubs
Image illustrative de l’article Rue Dussoubs
Vue en direction nord.
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Bonne-Nouvelle
Début 24, rue Tiquetonne
Fin 35, rue du Caire
Morphologie
Longueur 350 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination décret du
Ancien nom Rue Gratte-Cul
Rue Entre Deux Portes
Géocodification
Ville de Paris 3087
DGI 3055
Géolocalisation sur la carte : 2e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 2e arrondissement de Paris)
Rue Dussoubs
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Dussoubs
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Dussoubs est une voie du 2e arrondissement de Paris, dans le quartier Bonne-Nouvelle.

Situation et accèsModifier

Actuellement, la rue Dussoubs, d'une longueur de 350 mètres, est située dans le 2e arrondissements de Paris, quartier Bonne-Nouvelle et commence au 24, rue Tiquetonne et se termine au 35, rue du Caire.

Les stations de métro les plus proches sont Étienne Marcel (ligne  ), Sentier (ligne  ) et Réaumur - Sébastopol (lignes   ).

Origine du nomModifier

La rue porte le nom du révolutionnaire limousin Denis Gaston Dussoubs, tué le sur une barricade de la rue Montorgueil, en protestant contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. En fait, Marcellin Dussoubs, député démocrate socialiste, représentant de la Haute-Vienne, était malade et c'est son frère, Denis Dussoubs, qui avait revêtu son écharpe de représentant du peuple et qui fut tué à sa place.

HistoriqueModifier

La rue s'est d'abord limitée au tronçon entre les rues Tiquetonne et Saint-Sauveur, sous les noms de « rue des Deux Portes Saint-Sauveur » (mentionnée en 1289), puis « rue des Deux Petites Portes » (1427) et « rue Entre Deux Portes[1] ». L'origine du nom est due au fait qu'elle se trouvait entre deux portes de l'enceinte de Philippe Auguste (entre la poterne du comte d'Artois d'où sortait la rue Montorgueil et la porte Saint-Denis) et qu'elle menait à l'église Saint-Sauveur.

Un des noms de la voie au XIIIe siècle fut celui de « rue Gratte-Cul », car le quartier, alors hors les murs, était spécialisé dans la prostitution (interdite théoriquement dans Paris depuis 1256). Elle est citée dans un manuscrit de l'abbaye Sainte-Geneviève de 1450 sous le nom de « rue Gratecon ».

Cyrano de Bergerac y serait né, à l'hiver 1619, baptisé en Saint-Sauveur non loin de là le 6 mars.

À la fin du XVIIe siècle, la rue fut prolongée jusqu'à la rue Thévenot, qui a disparu lors de la percée de l'actuelle rue Réaumur sous Haussmann.

Par le décret du , la rue reçoit le nom de « rue Dussoubs ».

Le prolongement de la voie était prévu jusqu'à la rue d'Alexandrie, mais le percement n'a jamais été fait. L'idée a été abandonnée en 1991[2].

Bâtiments remarquables, et lieux de mémoireModifier

BibliographieModifier


Notes et référencesModifier

  1. Le nom « rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur » est à nouveau usité au XIXe siècle, comme en témoigne l'adresse de l'imprimerie Félix Malteste (voir par exemple ce livre de 1879).
  2. Arrêté municipal du 13 novembre 1991.
  3. Archives de Paris, VR 573.