Rosette de Pliska

rosette de Pliska

La rosette de Pliska est une rosette de bronze à sept branches trouvée en 1961 à Pliska, la capitale médiévale de la Bulgarie. Elle aurait été conçue entre le VIIe siècle et le IXe siècle.

Panneau évoquant la rosette au musée de Pliska

DescriptionModifier

Elle a la forme d'une étoile à sept branches et mesure 38 mm de diamètre. Elle porte des signes protobulgares [1],[2] du même type que certains retrouvés dans la grotte de Murfatlar (en). Chaque rayon est inscrit de deux signes et un symbole IYI est visible au dos.

Utilisation moderneModifier

Des représentations du dessin du médaillon sont souvent utilisées (avec le symbole   et la première lettre de l'alphabet glagolitique - ) par les mouvements nationalistes et patriotiques en Bulgarie. Il est également utilisé comme logo de la série documentaire Bulgarite de bTV (Българите).

La rosette de Pliska dans la culture populaireModifier

La Rosette est présente dans le film King Rising 3 du réalisateur Uwe Boll. Elle est tatouée sur le bras de Hazen Kaine, joué par Dominic Purcell, et joue un rôle important dans l'intrigue du film.

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • “The Bronze Rosette from Pliska: On Decoding the Runic Inscriptions in Bulgaria.” in Byzantino-Slavica. LVI (1995): 547-555 by Pavel Georgiev
  • Juha Janhunen, Volker Rybatzki, "Writing in the Altaic world", in: Proceedings of the 41st Annual Meeting of the Permanent International Altaistic Conference, p. 270.

RéférencesModifier

  1. The Bulgars seem to have spoken a Turkic language, and terms and titles in the Proto-Bulgar inscriptions can be paralleled in those from the Orkhon valley. For more see: Mark Whittow, The Making of Orthodox Byzantium, 600–1025; Macmillan International Higher Education, 1996, (ISBN 1349247650), p. 271.
  2. Bulgar runic-like signs have also been found in clearly Christian contexts, such as the monasteries of Murfatlar (Constanţa district, Romania) and Ravna (Varna district, Bulgaria), as well as on the above-mentioned bronze rosette from Pliska. Some believe the script to be genuinely Bulgar one, although it is rather heterogeneous and about a third of the signs can be recognized in runic-like inscriptions of the so-called Orkhon-Yenisei type. For more see: “The” Other Europe in the Middle Ages: Avars, Bulgars, Khazars and Cumans; Volume 2, with editors Florin Curta and Roman Kovalev; BRILL, 2008, (ISBN 9004163891), p. 191.