Roi Cheng de Chu

roi de l'état de Chu pendant la période des Printemps et Automnes dans l'antiquité chinoise

Le Roi Cheng de Chu (chinois : 楚成王 ; pinyin : Chǔ Chéng Wáng), (???-626 av. J.C), est le quatrième Roi de l'état de Chu. Il règne de 672 a 626 av J.C., au début de la Période des Printemps et Automnes, de l'histoire de la Chine[1].Son nom de naissance est Xiong Yun (chinois traditionnel : 熊惲), "Roi Cheng" étant son nom posthume[1].

Roi Cheng de Chu
Image dans Infobox.
Gravure sur bois datant de la Dynastie Qing montrant le roi Cheng avec son épouse Zheng Mao
Fonctions
Roi de Chu
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
楚 成 王
Autres noms
nom de famille : Mǐ (羋)
nom de clan : Xióng (熊)
Prénom : Yùn (惲)
Activité
Période d'activité
671 a 626 av J.C.
Père
Mère
Xi Gui (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants
Xiong Zhi (d)
Roi Mu de ChuVoir et modifier les données sur Wikidata

En 672 av J.C, son frère ainé, le roi Du'ao, essaye de le tuer et lui doit s'enfuir dans l'état de Sui (en) pour lui échapper. Avec l'aide du Sui, Yun attaque et tue Du'ao, puis prend le pouvoir et devient le nouveau roi de Chu[1]. Il épouse Zheng Mao[2], et a un fils nommé Xiong Shangchen

En 632 av J.C., lors de la bataille de Chengpu, les troupes du Chu sont vaincues par celles de l'état de Jin; en grande partie a cause de l'obstination et des erreurs strtatégique du ministre Ziyu (子玉), qui commande l'armée du Chu. Après cette défaite, Ziyu se suicide.

Durant l'été de l'an 648 av J.C., l'état de Huang est annexé par l'état de Chu[3].

Dans le Shiji, Sima Qian donne un compte rendu détaillé des événements entourant la succession et la fin prématurée du roi Cheng. Durant la quarante-sixième année de son règne, ce qui correspond à l'an 626 av. J.-C., Cheng décide de faire de son fils Shangchen (商臣), le futur Roi Mu, son prince héritier. Zishang (子上), le Lingyin (c.a.d premier ministre du Chu) alors en fonction, lui conseille de ne pas le faire. En effet, il craint qu'il n'y ait de nombreux prétendants à ce titre et que toute décision du roi visant à changer de prince héritier ne provoque des troubles. Il averti également le roi que Shangchen est un homme cruel et féroce, qui ne convient pas pour ce poste. Ne tenant pas compte de ces conseils, le roi Cheng fait de Shangchen son prince héritier[1].

Peu de temps après, le roi change effectivement d'avis, et des rumeurs se répandent, laissant croire que Shangchen vas être déposé, et qu'un autre fils du roi, Xiong Zhi (熊職), vas devenir le nouveau prince héritier. Confus, le prince héritier en titre ne sait pas s'il doit croire ces rumeurs ou les ignorer. Son tuteur lui conseille alors d'organiser un banquet pour la concubine préférée du roi, durant lequel il devras la traiter avec irrespect. Le prince suit ses conseils, et la concubine, furieuse de la manière dont elle est traitée, fini par dire à Shangchen : "C'est une bonne chose que le roi veuille te tuer et faire de Zhi son prince héritier[1]!" N'ayant plus aucun doute concernant les intentions du roi, le tuteur du prince lui demande : "Es-tu capable de te mettre au service de Zhi ?" "Non", répondit-il. "Es-tu capable de t'exiler ?" "Non", répondit-il. Enfin, il lui demande : "Es-tu capable de faire quelque chose d'important ?" "Oui", répondit le prince[1].

Au cours du dixième mois de la même année, Shangchen prend le commandement des troupes du palais et encercle le roi Cheng pour le forcer à se suicider. Le roi Cheng demande à pouvoir manger une patte d'ours avant de mourir[4], mais sa demande est rejeté. C'est ainsi que le jour dingwei, le roi Cheng se pend et Shangchen monte sur le trône[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (zh) Sima Qian, « 楚世家 (Maison de Chu) », sur Shiji (consulté le 10 avril 2012)
  2. Hong Lee and Stefanowsky, Biographical dictionary of Chinese women: antiquity through Sui, 1600 B.C.E.-618 C.E, M.E. Sharpe, Inc,
  3. (zh-Hans) « (zh):5.僖公 BOOK V. DUKE XI. », sur The Institute for Advanced Technology in the Humanities, The Institute for Advanced Technology in the Humanities (consulté le 28 mars 2018) : « "Extrait du Zuo zhuan, douzième année du règne du Duc Xi de Lu.(《左傳·僖公十二年》: "黃人恃諸侯之睦于齊也,不共楚職,曰,自郢及我,九百里,焉能害我。夏,楚滅黃。) trad : "Le peuple de Huang, s'appuyant sur l'amitié de leur État avec celui de Qi, n'a pas versé le tribut qu'ils devaient à Chu, en disant : "De Ying [la capitale du Chu] à nous, il y a 900 li ; quel mal Chu peut-il nous faire ? Cet été-là, Chu a mis fin a l'existence de Huang."" »
  4. Cette demande est probablement une référence au nom de famille, Mǐ (羋), et au nom de clan, Xióng (熊), des rois du Chu, deux mots signifiant "Ours". Pour plus de détails, C.F University of Massachusetts. "Chu Lexicon". 2001.