Rockers

film sorti en 1978
Rockers
Réalisation Ted Bafaloukos
Scénario Ted Bafaloukos
Acteurs principaux
Durée 100 min.
Sortie 1978


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rockers est un film jamaïcain écrit et réalisé par Ted Bafaloukos, sorti en 1978.

Plusieurs stars du reggae sont présentes dans ce film, notamment Leroy "Horsemouth" Wallace, Burning Spear, Gregory Isaacs, Big Youth, Dillinger, Robbie Shakespeare, et Jacob Miller.

Rockers était à l'origine un documentaire, mais s'est développé en un long-métrage montrant la culture reggae à son apogée.

Dans ce film, la culture, les personnages et les traits particuliers sont authentiques. Le personnage principal, Horsemouth par exemple, est montré vivant avec son épouse actuelle et ses enfants dans sa propre maison.

Les studios d'enregistrement montrés sont les célèbres Harry J Studios où ont été enregistrés de nombreux artistes reggae roots au cours des années 1970, y compris Bob Marley.

Le patois rasta parlé dans tout le film est retranscrit avec des sous-titres pour le public étranger.

SynopsisModifier

Les pérégrinations de Leroy Wallace alias Horsemouth, un batteur vivant à Kingston. Ses revenus de musicien n’étant pas suffisants, il s’achète une moto pour vendre des disques aux disquaires de l’île jusqu’à ce qu’il se la fasse mystérieusement voler.

RésuméModifier

Horsemouth, célèbre mais pauvre batteur du ghetto de Kingston, trouve le moyen de gagner sa vie en investissant dans une moto afin d'aller acheter des disques à crédit chez le producteur Joe Gibbs et de les revendre dans les petites boutiques de disques qui pullulent sur l'île.

Il trouve aussi un petit emploi de batteur dans l'hôtel d'un certain monsieur Marshall et sympathisera avec sa fille, Sunshine.

Tout va basculer lorsqu'on lui vole sa moto. Peu après, Sunshine vient lui dire qu'elle a vu la moto volée dans un entrepôt de son père, qui, en parallèle de son business hôtelier, fait dans le trafic d'objets volés divers et variés.

Plutôt que d'appeler la police, Horsemouth décide de la récupérer lui-même avec quelques amis. Malheureusement, peu de temps après, le manager de l’hôtel, monsieur Honeyball, le voit arriver avec. Il en fait part à son patron qui envoie ses hommes de main molester le batteur et reprendre l'engin.

Horsemouth décide alors de le punir avec l'aide de ses amis. Ils vont à l'entrepôt avec des camions récupérer la moto et embarquent par la même occasion toutes les marchandises volées, puis se rendent dans les demeures de Marshall et de son bras droit, Honeyball, pendant leur absence, prendre tous leurs meubles et leurs vêtements.

À la fin du film, on voit toutes ces marchandises posées en divers points du ghetto et les habitants se servir dans les piles de meubles et d'appareils ménagers.

DistributionModifier

Bande originaleModifier

Face unModifier

  1. "We 'A' Rockers" (Ian Lewis, Bernard Harvey) - Inner Circle
  2. "Money Worries" (Wilson) - The Maytones
  3. "Police and Thieves" (Junior Murvin, Lee Perry) - Junior Murvin
  4. "Books of Rules" (Barry Llewellyn, Harry Johnson) - The Heptones
  5. "Stepping Razor" (Joe Higgs) - Peter Tosh
  6. "Tenement Yard" (Jacob Miller, Roger Lewis) - Jacob Miller
  7. "Fade Away" (Earl "Chinna" Smith) - Junior Byles

Face deuxModifier

  1. "Rockers" (Neville Livingstone) - Bunny Wailer
  2. "Slave Master" (Gregory Isaacs) - Gregory Isaacs
  3. "Man in the Street" (Coxsone Dodd) - Rockers All Stars
  4. "Graduation in Zion" (Frank Dowding) - Kiddus I
  5. "Jah No Dead" (Winston Rodney) - Burning Spear
  6. "Satta Massagana" (L. Manning, D. Manning, B. Collins) - Third World
  7. "Natty Take Over" (Justin Hinds, Michael Roper) - Justin Hinds & the Dominoes

Note: Certaines versions remplacent "Man in the Street" with "Dread Lion" par Lee Perry & the Upsetters.

Autour du filmModifier

  • Le film est en quelque sorte un remake du Voleur de bicyclette, film italien de Vittorio De Sica sorti en 1948.
  • Rien que pour la musique, ce film vaut le détour puisqu'il s'agit en fait d'une auto-production par un label qui met en scène ses poulains dans leur vie de tous les jours. En effet, la plupart des éléments sont réels, tel que les enfants et la femme de Horsemouth (le personnage principal) qui évoluent dans leur propre maison. Et c'est là le deuxième intérêt du film, véritable instantané sans concession de la vie jamaïcaine des années 1970 et de toutes ses contradictions.
  • Enfin le scénario, cousu de fil blanc, ne manque pas d'intérêt puisqu'il fait penser par de nombreux aspects aux films de la Blaxploitation à la sauce jamaïcaine.
  • Diffusé dans les pays anglophones avec des sous-titres, tout comme " The Harder They Come", il est difficilement compréhensible en anglais puisque ses principaux protagonistes parlent le patois rasta, un anglais des îles très modifié.
  • Il semblerait que ce film ait influencé "Pee-Wee Big Adventure" de "Tim Burton". En effet, dans les deux cas, le héros recherche un deux-roue (un vélo dans le film de Burton) rouge siglé d'une tête de lion.

SamplesModifier

Des échantillons de dialogue du film ont été utilisés dans le début des années 1990 dans le morceau jungle, "Babylone" par Splash, "Dub terrorist" par Insolence et dans la piste "Zion Youth"de l'album Second Light de 1995 par Dreadzone.

RéférencesModifier

Liens externesModifier