Reille (agriculture)

instrument agricole

La reille, pièce d'instrument aratoire antique, est un soc triangulaire ou rhombique qui se prolonge par une tige et ligaturé sur l'araire par de forts anneaux.

Araire avec reille

UtilisationModifier

 
Charrue à reille, la pièce en gris probablement en fer en avant du versoir en bois, au Moyen Âge ; Les très riches heures du Duc de Berry, mars.

La forme des reilles était adaptée au type de terrain. Une palette large était utilisée uniquement dans les sols meubles, étroite, elle servait à fouir des sols caillouteux[1]. Leur tige, ligaturée sur l'araire par de forts anneaux, permettait au laboureur de régler leur position. Elle pouvait varier selon ses besoins aratoires. Ce qui fait de la reille une préfiguration d'un soc à versoir[2]. Elle a aussi été utilisée sur les premières charrues et jouait à la fois le rôle du soc et celui du coutre.

Étymologie et vocabulaire apparentéModifier

Reille est issu du latin regula : règle, poutrelle; le poitevin a conservé : enreiller : engager la charrue en terre et au figuré : commencer une activité, reillage : sillon et par extension : longueur de sillon (par exemple : champ à grands reillages) et déreiller : sortir du sillon ; reille est à l'origine de l'anglais rail adopté par la suite en français[3],[4].

Notes et référencesModifier

  1. Michel Feugère, Archéologie sur toute la ligne, p. 131.
  2. Michel Feugère, Archéologie sur toute la ligne, p. 132.
  3. « Dictionnaire Godefroy », sur Micmap (consulté le )
  4. Reille sur le wiktionnaire

BibliographieModifier

  • Collectif, Archéologie sur toute la ligne. Les fouilles du TGV Méditerranée dans la moyenne vallée du Rhône, Éd. Le Musée de Valence/Semgy, Éditions d'Art, 2001, (ISBN 285056513X)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier