Ramses Automobiles

ancien constructeur automobile

Ramses Automobiles
illustration de Ramses Automobiles

Création 1958
Disparition 1969
Forme juridique Société d'Etat
Siège social Le Caire
Drapeau d'Égypte Égypte
Activité Automobile - Motocyclettes - Véhicules industriels
Produits Modèles NSU
Société mère Egyptian Light Transport Manufacturing Company
Site web http://www.nascoegypt.com.eg

La société Ramses Automobiles, ou simplement Ramses (en arabe : رمسيس) était un constructeur automobile égyptien. La société était installée, depuis sa création en 1958, à Helwan.

HistoireModifier

La société El Nasr fut créée par Egyptian Light Transport Mfg. Co. avec l'appui technique du constructeur allemand NSU Motorenwerke AG et la société italienne Carrozzeria Bertone. Le nom de la société a été choisi pour rappeler les pharaons d'Égypte de la dynastie Ramses, nom destiné à symboliser l'émergence économique du pays.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les automobiles vendues en Égypte sont toutes importées d'Europe et du Japon. Avec la création de la République égyptienne et l'arrivée au pouvoir de Gamal Abdel Nasser en 1954, le pays se referme dans un nationalisme exacerbé.

La société d'État « Egypt Light Transportation Manufacturing Company » (ELTRAMCO) fut chargée de conduire un des projets pilotes nationaux, la création d'une industrie automobile nationale égyptienne. Devant faire face à un manque crucial de main d'œuvre qualifiée dans le pays, le gouvernement a cherché un soutien auprès des entreprises étrangères. Avec l'aide de la « Carrozeria Bertone SpA » pour la partie carrosserie et de l'allemand NSU Motorwerke AG pour l'équipement technique, les moteurs et les châssis, la société engagea la fabrication d'un modèle similaire à la NSU Prinz III puis Prinz IV.

Le premier modèle « Ramses Utilica » en 1959Modifier

La première Ramsès Utilica ressemblait à une « Jeep », conçue sur la base de la « NSU Prinz 30 » mais assemblée à la main. Le plus gros problème étant le manque de personnel qualifié, la société ne pouvait fabriquer que deux ou trois voitures par jour seulement. L'Utilica n'a pas conquis le cœur des égyptiens avec ses formes angulaires créées par nécessité, l'entreprise ne disposait que de machines simples qui ne permettaient pas de créer des formes compliquées car elle ne possédait ni presses ni emboutisseuses.

En 1959, la production « de masse » du modèle Ramsès Utilica commence. Voiture compacte avec une carrosserie multi-usages. La Ramsès II était à la fois une berline et un cabriolet avec portières et toit en toile. Le moteur était un deux cylindres de 598 cm3, comme sur la NSU Prinz III, placé à l'arrière et à refroidissement par air. Le véhicule avait une puissance de 22 ch et pouvait atteindre une vitesse de pointe de 116 km/h. 1.130 exemplaires de ce modèle ont été fabriqués.

La Ramses Gamila en 1961Modifier

En 1961 (date non vérifiable et sujette à contestation) un nouveau modèle apparait, la Ramses Gamila. Très peu d'exemplaires ont été construits et les photographies sont rares. C'est un petit cabriolet dont la carrosserie est due à l'italien Vignale ... Il y aurait eu une version pick-up, une limousine et une voiture de sport. L'avant est semblable à la Ramses II d'où le doute sur la date de présentation.

Le second modèle Ramses II en 1963Modifier

 
Une Ramses II

Durant l'été 1963, le constructeur présente un nouveau modèle, la Ramses II avec une carrosserie très inspirée de la « NSU Prinz IV ». Elle disposait du même moteur que l'Utilica, le bi-cylindre de 600 cm3, d'une puissance de 22 ch. 1.700 exemplaires de ce modèle ont été fabriqués, jusqu'à la fin de 1965.

La Ramses III en 1966Modifier

La Ramsès III a été présentée au printemps 1966. ce modèle est un pur produit développé en Égypte par le constructeur Ramses mais avec le moteur et la carrosserie provenant toujours des deux sociétés européennes. Seul un très petit nombre d'exemplaires a été fabriqué ce qui fut un énorme fiasco économique et porta le constructeur à la faillite.

Après l'échec de la « Ramsès III », la société « Egyptian Light Transport Manufacturing » s'orienta vers la fabrication de véhicules utilitaires, en particulier des tracteurs, des camionnettes et camions polonais ; puis des motocyclettes tchécoslovaques grâce notamment à de généreuses subventions gouvernementales pour lancer ces productions.

Avec l'essor économique de l'Égypte qui après dix ans, aurait dû permettre à toute société de continuer sans aide gouvernementale, à partir du printemps 1969, aucune subvention n'a plus été accordée par l'État égyptien.

Le groupe d'État « Egypt Light Transportation Manufacturing Company » et sa filiale, le constructeur automobile Ramses étant en très grande difficulté financière, l'État égyptien a intégré le constructeur, en 1969, dans la société « PVD Nasr Automobile Manufacturing » qui disposait d'une bien meilleure image et d'un support technqiue et financier solide avec Fiat. Après 1972, la marque Ramsès n'a plus été utilisée, la production porta le nom de « Watania Automobile Manufacturing Company » (WAMCO) et faisait partie de El Nasr jusqu'à sa fermeture en 2009.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) "World of Cars" Eligiusz Mazur: "2005 - 2006. One of the largest car directories in the world. World of Cars. Worldwide catalogue. Encyclopedia of today’s car industry."
  • (de) Die Chronik des Automobils. Chronik Verlag, Bertelsmann-Lexikon Verlag, Weltbild Verlag, (ISBN 3-86047-137-6), Seite 347 untere Hälfte.

Liens externesModifier