On appelle radios libres les stations radiophoniques indépendantes et à caractère non commercial. Le terme, quoique fort proche, est à distinguer des radios pirates, qui émettent de façon illégale, et des radios communautaires ciblant un public précis (communauté géographique ou ethnique par exemple).

Studio de Radio Bronka en 1996

Le concept de radio libre, initialement synonyme de celui de radio pirate, est un mouvement entraîné par les radios émettant clandestinement dans les années 1970 en Europe, pour revendiquer la liberté d'expression et la fin des monopoles d'État dans le domaine de la radiodiffusion et de la télévision. Les radios libres devenues légales, telles celles qui émettaient en France avant la fin du monopole en 1981, ne sont dès lors plus des radios pirates.

Historique

modifier

Le terme a continué à être revendiqué ensuite par un certain nombre de radios associatives non commerciales, très variées, héritières et continuatrices de ce mouvement, sur un maillage national foisonnant (couvrant des périmètres relativement modestes). La fin de cette mouvance s'est traduite par l'apparition de nouvelles stations de radio, commerciales, émettant à une plus grande échelle, mais sans engagement social.

On peut étendre cette notion aux radios qui émettaient en Europe avant l'institution des monopoles d'État, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, en France, ce monopole d'État est intervenu en 1944.

Dans la culture

modifier

Notes et références

modifier
  1. Ozap Actu audiences [1]

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

modifier