Ouvrir le menu principal

Portail:Perpignan/Index thématique

Le Castillet Perpignan.jpg
Rempartsaujourd'hui.jpg

Les fortifications de Perpignan désignent l'ensemble des constructions militaires ceinturant et protégeant la villle de Perpignan, de l'époque médiévale jusqu'à leur démantèlement au tournant des XIXe et XXe siècles.
Durant le Moyen Âge, la ville de Perpignan s'est protégée derrière d'épaisses murailles. À partir de la Renaissance, la ville, devenue l'enjeu des luttes franco-espagnoles, ne cessa guère de les moderniser. En fonction des progrès de l'artillerie, on créa de nouveaux ouvrages, on supprima ou adapta les anciens avec une telle constance qu'à la fin du XIXe siècle, les murailles de la place forte pouvaient raconter toute l'évolution dans l'art de la fortification depuis l'époque médiévale. La quasi-totalité de ses remparts fut démolie dans la première moitié du XXe siècle.
Il n'en reste aujourd'hui que des vestiges épars, notamment au nord-est de la ville, et, bien sûr, l'emblématique Castillet et la Porte Notre-Dame qui lui est accolée.

HistoireModifier

L'enceinte médiévaleModifier

Perpignan devient la capitale du royaume de Majorque à la fin du XIIIe siècle. C'est au début du XIVe siècle que Perpignan est à son apogée, ainsi la ville se dota d'une vaste enceinte composée de courtines et de tours rondes, qui englobant le puig Sant Jaume et le Puig[1] del Rey ; sur ce dernier sera édifié le palais de Jacques II de Majorque. [...]

  1. Puig signifie colline, petit mont