Ouvrir le menu principal
Port de plaisance d'Aix-les-Bains
Grand Port - Aix-les-Bains (2016).jpg
Le Grand Port.
Présentation
Construction
XVIIIe siècle au XXe siècle
Activités
Plaisance
Superficie
Places
1520
Géographie
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune (France)
Localisation sur la carte de la Savoie
voir sur la carte de la Savoie
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Legenda port.svg

Le port de plaisance d'Aix-les-Bains est une structure portuaire de plaisance érigée à Aix-les-Bains, en Savoie, sur une portion de la rive ouest du lac du Bourget, plus grand lac d'origine naturelle en eau douce de France[1].

C'est le plus grand port de plaisance en eau douce de France[2].

Le site a été créé à partir de la fin du XVIIIe siècle mais s'est principalement développé au XIXe siècle.

Sommaire

PrésentationModifier

Le port d'Aix-les-Bains est composé de trois sites, distants de quelques centaines de mètres :

  • Le Petit Port, situé au sud de l'esplanade du lac, au niveau de l'aquarium du lac du Bourget. Il comporte plus de 500 emplacements[3].
  • Le Grand Port, partie majeure de l'espace maritime aixois. La capitainerie est implantée sur ce site ainsi que le club nautique de voile d'Aix-les-Bains (CNVA)[4]. Il comporte quatre bassins d'entrée. Il possède un peu moins de 1 000 places[3].
  • Le Port de Mémard, implanté au nord de l'espace, est situé à côté du Jardin Vagabond. Ce dernier, plus petit et récent, ne comporte que 80 emplacements[3].

HistoireModifier

Au XVIIIe siècle, l'accès au lac était restreint par une seule parcelle de terrain communal[5].

Ainsi, en 1784, on apprend que le gouvernement propose de créer un port pour « mettre à couvert les barques du transport des sels de Peccais, des vents du midy et du nord »[5]. Ainsi, sous les ordres de l'ingénieur Garella et les plans de l'architecte Giulio, on débuta le chantier avec l'implantation de poteaux pour attacher les barques sur les rives du lac. Un chemin fut, dans le même temps, aménagé[5].

En 1799, un projet agrandissement du port fut entreprit, sans suite, par le gouvernement français[5].

Suite à une loi édictée en 1806, l'État concéda la zone portuaire à Rambert, une compagnie maritime[6]. Cependant, le groupe avait pour obligation d'effectuer les travaux nécessaires et de veiller au bon entretient du port, en échange de droits de perceptions sur les marchandises qui avaient transitées sur le site les précédentes années. L'avancement du chantier fut limité[5].

Suite aux taxes imposées par Rambert sur le port, la ville d'Aix-les-Bains décida de contester les travaux pour non conformité en 1811[5].

Une nouvelle société reprit les travaux en avril 1829, en s'attaquant aussi à l'élaboration du canal de Savières, au nord du lac[7].

Entre les années 1830 et 1850, des terrains furent rachetés par la société avec Pierre-François Bachet et la zone s’agrandit progressivement[7]. Ainsi, une verrerie s'implanta et le trafic fluvial augmenta[8]. Des bateaux, parfois long d'une centaine de mètres, faisaient le trajet Lyon/Aix-les-Bains[9] et la digue du port fut consolidée, par mesure de sécurité, pendant plusieurs années, jusqu'en 1858[5].

Par ailleurs, la Société du Canal du Bourget qui exploitait une ligne de bateau à vapeur sur le lac, demanda à la ville d'établir des bassins froids au niveau de l'actuel Petit Port[10].

Par la suite, la ville d'Aix-les-Bains fit agrandir l'esplanade du lac vers le sud, en achetant successivement des terrains. En 1886, elle racheta l'hôtel Beau Rivage[11] et des travaux au niveau de l'embouchure du Tillet, au Petit Port, furent engagés à la charge de la commune, la préfecture ayant refusé le projet. Durant les années 1890, le Grand Port fut restauré et un phare créé ; l'accès étant ainsi plus facile pour les bateaux à vapeur[5].

 
Des soldats américains à Aix-les-Bains en 1918.

Durant les années 1910, un projet de division du port en deux parties, l'une pour les bateaux à vapeur et l'autre pour la plaisance, fut avancé par les Ponts et Chaussées. Ainsi, plusieurs vagues de travaux furent engagées et en 1933, on recensa trois bassins[5].

Ce n'est que dans les années 1950 que le Petit Port fut vraiment accessible à de nombreux bateaux[10].

En 1957 et en 1962, la ville obtint la concession de l'ensemble de la zone portuaire de la part de l'État. Ainsi, des travaux furent entrepris par le syndicat intercommunal à vocations multiples du lac du Bourget comme la construction d'une grande digue de protection au nord des ports et d'un bassin supplémentaire entre les années 1980 et 1990[5].

Ancien port de commerce, la zone portuaire d'Aix-les-Bains est aujourd'hui un lieu de plaisance uniquement[5],[2].

ActivitésModifier

Station touristique[12], Aix-les-Bains possède le lac comme atout naturel majeur. Ainsi, en période estivale, les touristes sont très présents sur le site ; des départs touristiques sur le lac en bateau étant organisés depuis de nombreuses années[13].

Station nautique 3 étoiles depuis 2001, la commune organise également des événements en rapport avec le lac du Bourget et son port de plaisance chaque année[14]. Par exemple, la fête du lac, avec des bateaux décorés et diverses manifestations, est organisée au mois de juillet au Petit Port[15].

GalerieModifier

BibliographieModifier

  • Henri Ferrand, D'Aix-les-Bains à la Vanoise: la Savoie méridionale Volume 2 de Alpes de Savoie, A. Gratier et J. Rey, , 124 p.
  • J. de Mouxy de Loche, Histoire d'Aix-les-Bains Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, Imp. Savoisienne, , 678 p.
  • Jean Merrien, Plaisance d'eau douce - Les Chants du monde, Denoël, , 415 p.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. Gérard Balvay, Jean-Claude Druart, Stephan Jacquet, Le lac du Bourget: ses eaux et sa biologie, Editions Quae, (ISBN 2759217027, 151)
  2. a et b « Lac Aix les Bains, portail du lac du Bourget - Découverte du lac d'Aix les Bains », sur www.lacdubourget.fr (consulté le 19 mai 2016)
  3. a b et c « Aix les Bains », sur www.agglo-lacdubourget.fr (consulté le 19 mai 2016)
  4. « Participez au Championnat de France Intersérie des Croiseurs Légers 2015 », sur evenements.ffvoile.fr (consulté le 19 mai 2016)
  5. a b c d e f g h i j et k « Site du Patrimoine d'Aix-les-bains », sur www.patrimoine-aixlesbains.fr (consulté le 19 mai 2016)
  6. Zoltan-Étienne Harsany, La vie a Aix-les-Bains sous la Révolution, le Consulat et l'Empire (1792-1825), , 250 p.
  7. a et b « Recherche - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur www.patrimoine.rhonealpes.fr (consulté le 19 mai 2016)
  8. Jean Cuisenier, Les sources regionales de la Savoie: une approche ethnologique, alimentation, habitat, élevage..., Fayard, , 661 p.
  9. France. Assemblée nationale (1871-1942), Annales de l'Assemblée nationale: Compte-rendu in extenso des séances..., vol. 15, Journal officiel,
  10. a et b « Port, dit port de Cornin, puis port de plaisance, le Petit Port », sur www.patrimoine-aixlesbains.fr (consulté le 19 mai 2016)
  11. « Le paysage bâti des bords de lac » [PDF]
  12. « Liste des station classées de tourisme - DGE » [PDF], sur entreprises.gouv.fr
  13. Geneviève Frieh-Giraud, La Navigation sur le Lac du Bourget : Des origines à nos jours, , 118 p. (ISBN 2951924100)
  14. Savoie Mont Blanc Tourisme, « "Station Nautiques" : un large panel d'activités adaptées à tous - Savoie Mont-Blanc (Savoie, Haute-Savoie, Alpes) - Savoie Mont Blanc (Savoie et Haute Savoie) - Alpes », sur - Savoie Mont Blanc (Savoie et Haute Savoie) - Alpes (consulté le 19 mai 2016)
  15. « Le lac en fête : bateaux décorés et animations dimanche », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017)