Plagiocéphalie

signe clinique rhumatologique se traduisant par un aplatissement unilatéral de la voûte crânienne
Plagiocéphalie
Description de cette image, également commentée ci-après
Crâne de nourrisson vu du dessus révélant une plagiocéphalie
Spécialité Génétique médicaleVoir et modifier les données sur Wikidata
CISP-2 L82Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 Q67.3
CIM-9 754.0
DiseasesDB 29858
MeSH D059041

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La plagiocéphalie (du grec plagios = oblique et kephalê = tête) est un signe clinique rhumatologique se traduisant par un aplatissement unilatéral de la voûte crânienne. Il en existe deux formes, aux natures totalement différentes :

  • la plagiocéphalie positionnelle (ou plagiocéphalie posturale) : de loin la plus fréquente, il s'agit d'une déformation du crâne du nouveau-né.
  • la plagiocéphalie sur craniosténose : soudure prématurée des sutures crâniennes du nouveau-né.

DéfinitionModifier

La plagiocéphalie est une « malformation ou déformation du crâne caractérisé par un aspect asymétrique donnant à la tête une forme oblique[1]. »

ÉpidémiologieModifier

Avec ou sans synostose, pédiatres et épidémiologistes notent depuis le début des années 1990 une augmentation de l'incidence de la plagiocéphalie ; ce pourrait être lié notamment à la diffusion et la mise en œuvre de recommandations pour la prévention de la mort subite du nourrisson[2],[3], qui proposent de coucher les bébés sur le dos.

CausesModifier

Deux causes de plagiocéphalie doivent principalement être distinguées[4] :

  • la plagiocéphalie sur craniosténose : soudure prématurée des sutures crâniennes du nouveau-né ;
  • la plagiocéphalie positionnelle (ou plagiocéphalie posturale) : de loin la plus fréquente, il s'agit d'une déformation du crâne du nouveau-né.

Évaluation de la plagiocéphalie : mesures des asymétriesModifier

Il existe différentes façons d’objectiver la sévérité d’une asymétrie et de suivre l’évolution mois après mois :

  • Pour les parents,' prendre des photos régulièrement (minimum une fois par mois) dans le but de comparer la forme.
  • La plagiocéphalométrie (PCM) est un procédé par bande thermoplastique permettant de mouler la circonférence de la tête du nourrisson en quelques minutes.
  • Les mesures anthropométriques : consiste à mesurer la différence entre les 2 diagonales : normal < 3 mm  -  3 mm < légère à modérée < 12 mm  -  modérée à sévère > 12 mm
  • L’index céphalique :  Largeur/Profondeur × 100 : brachycéphalie > 93 % et dolichocéphalie < 75 %[5]

TraitementModifier

Si la craniosynostose nécessite une prise en charge multidisciplinaire et spécialisée[6], la plagiocéphalie de la déformation positionnelle répond bien aux changements systématiques de position de couchage, à la rééducation et la massokinésithérapie[7]. Dépourvu de rapports coût-bénéfice et bénéfice-risque favorables, le port de casque semi-rigide, pas plus efficace que l'évolution naturelle, n'est pas recommandé[8]. Le port du casque entraine des effets secondaires rapportés par les parents : douleurs, irritations cutanées, mauvaise acceptation, sensation de moins pouvoir faire des câlins à son enfant, sudation augmentée[9].

Différents types de casques existent, dont les casques dits « passifs » et les casques dits « dynamiques ». Ces derniers s'avèrent mieux tolérés par les enfants (casque plus léger, durée du traitement moins longue)[réf. souhaitée].

PréventionModifier

Des conseils de prévention peuvent être donnés afin de minimiser le risque de plagiocéphalie positionnelle.[réf. nécessaire] En février 2020, la Haute Autorité de Santé publient les recommandations suivantes :[10]

  • En anténatal
    • Aménagement d’un environnement sans risque pour le nourrisson et favorisant le respect de son activité motrice spontanée pendant le sommeil et l’éveil
    • Les futurs parents doivent connaitre l’effet délétère de tous les dispositifs de contention (cf. facteurs de risque) qui favorisent la survenue d’une déformation cranienne positionnelle (DCP) en limitant la motricité spontanée des nourrissons, et augmentent le risque de mort innatendue (MIN) du nourrisson par enfouissement.
    • L’allaitement maternel doit être encouragé. Il est un facteur de protection contre la MIN et contre la DCP.
  • Après la naissance
    • Il est recommandé de respecter en toute situation la position neutre de la tête en évitant toute posture en hyperextension ou hyperflexion du cou.
    • Il est recommandé d’adresser les enfants présentant un torticolis postural ou musculaire vers un kinésithérapeute à orientation pédiatrique. Plus le traitement est prescrit tôt (durant le premier mois de vie), plus les chances de normalisation sont importantes. Actuellement les données scientifiques ne permettent pas de recommander l’ostéopathie. Une approche ostéopathique à orientation pédiatrique peut être associée à la kinésithérapie en deuxième intention dans le cadre d’une prise en charge pluri-professionnelle.
  • Quand le nourrisson est éveillé
    • Il est recommandé de favoriser les temps d’interactions de qualité entre les adultes et le nourrisson.
    • Il est recommandé de varier les postures et d’encourager les rotations spontanées de la tête du nourrisson par des sollicitations sensorielles (tactiles, visuelles, auditives) à adapter en fonction de l’âge.
    • Les postures ventrale et latérale peuvent être explorées lors d’échanges privilégiés avec l’adulte. Du fait du risque d’enfouissement, le nourrisson doit être surveillé en permanence lors des phases d’éveil sur le ventre.
    • Le développement optimal du nourrisson nécessite qu’il soit positionné sur le dos sans oreiller ni couette ni couverture, dans un environnement facilitant une activité motrice spontanée (tapis ferme au sol avec des jouets positionnés autour de lui, en évitant les arches de jeu et les « mobiles » qui fixent son attention).
    • Il est recommandé de favoriser le portage du nourrisson dans les bras ou en écharpe, en respectant le dégagement permanent des voies aériennes, l’enroulement du bassin et la variation de posture.
    • Dans la gestuelle du quotidien, il est recommandé de favoriser l’enroulement des ceintures (bassin, épaules).
  • Quand le nourrisson dort
    • Le nourrisson doit être couché systématiquement sur le dos dans un lit adapté.
    • Il est recommandé d’alterner régulièrement la position du bébé vers la tête ou le pied du lit, afin d’encourager la rotation spontanée de sa tête d’un côté à l’autre


Notes et référencesModifier

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « plagiocéphalie » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. (en) Kane AA, Mitchell LE, Craven KP, Marsh JL, « Observations on a recent increase in plagiocephaly without synostosis », Pediatrics, vol. 97, no 6 Pt 1,‎ , p. 877-85. (PMID 8657530) modifier
  3. (en) Jones BM, Hayward R, Evans R, Britto J, « Occipital plagiocephaly: an epidemic of craniosynostosis? », BMJ, vol. 315, no 7110,‎ , p. 693-4. (PMID 9314744, PMCID PMC2127486, lire en ligne [PDF]) modifier
  4. (en) Huang MH, Gruss JS, Clarren SK, Mouradian WE, Cunningham ML, Roberts TS, Loeser JD, Cornell CJ, « The differential diagnosis of posterior plagiocephaly: true lambdoid synostosis versus positional molding », Plast Reconstr Surg, vol. 98, no 5,‎ , p. 765-74; discussion 775-6. (PMID 8823012) modifier
  5. Morgan Paul - Ostéopathe D.O., « Plagiocéphalie et Ostéopathie - Mon bébé a la tête plate », sur osteopathe-yvelines.fr,
  6. (en) Kabbani H, Raghuveer TS, « Craniosynostosis », Am Fam Physician, vol. 69, no 12,‎ , p. 2863-70. (PMID 15222651, lire en ligne [html]) modifier
  7. (en) Hummel P, Fortado D, « Impacting infant head shapes », Adv Neonatal Care, vol. 5, no 6,‎ , p. 329-40. (PMID 16328671) modifier
  8. (en) van Wijk RM, van Vlimmeren LA, Groothuis-Oudshoorn CG, Van der Ploeg CP, Ijzerman MJ, Boere-Boonekamp MM, « Helmet therapy in infants with positional skull deformation: randomised controlled trial », BMJ, no 348,‎ , g2741. (PMID 24784879, PMCID PMC4006966, DOI 10.1136/bmj.g2741) modifier
  9. Kate Rowland et Nil Das, « PURLs: Helmets for positional skull deformities: A good idea, or not? », The Journal of Family Practice, vol. 64, no 1,‎ , p. 44–46 (ISSN 0094-3509, PMID 25574506, PMCID 4294410, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2020)
  10. HAS, « Prévention des déformations crâniennes positionnelles et mort inattendue du nourrisson », sur HAS (consulté le 16 mai 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier